Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

bresil.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
Bookmark and Share

Le Canada et le Brésil promeuvent une coopération agricole sur le terrain

Photo de groupe
La délégation canadienne du Comité consultatif sur l’agriculture visite la ferme San Francisco
   
Jamshed Merchant examine un champ de fèves de soja
Le chef de la délégation canadienne, Jamshed Merchant (sous-ministre adjoint de l’Agriculture)
   
Photo de groupe
Renato Triacca montre à la délégation canadienne où en est sa pratique d’agriculture durable comme producteur de fèves de soja, de maïs et de haricots, ainsi que de bovins de boucherie
   

Le Canada et le Brésil disposent tous deux de terrains vastes et fertiles et sont de grands producteurs agricoles. Les deux pays sont et continueront d’être des fournisseurs d’aliments au cours des décennies à venir, alors que la population mondiale est censée atteindre neuf milliards d’habitants.

Selon l’Organisation des Nations Unies, la production d’aliments devra augmenter de 70 p. 100 pour nourrir la planète en 2050. Pour ce motif, les solutions visant à hausser la durabilité agricole, à accroître les sources d’énergie et d’eau et à réduire les pénuries d’aliments ont été abordées lors de l’assemblée de l’American Association for the Advancement of Science (AAAS) en février à Vancouver, Canada.

« En jetant un regard prospectif sur le XXIe siècle, période au cours de laquelle les aliments, le combustible et l’eau seront très recherchés, le Brésil et le Canada sont des partenaires naturels pour aider à diriger et à façonner les conversations mondiales visant à relever ces défis. »

- L’ambassadeur du Canada au Brésil, Jamal Khokhar

« À titre de principaux exportateurs de biens de consommation et d’énergie, nous sommes intéressés à la source des enjeux portant sur les aliments et les carburants – en lien avec plusieurs questions, notamment en qui a trait à la santé, à la nutrition, à l’environnement et aux améliorations technologiques permettant de tirer profit des gains d’efficacité dans les processus de production », a précisé l’ambassadeur Khokhar lors d’une conférence organisée par le Conseil international du Canada à Toronto en septembre 2011.

Pour raffermir cette coopération, le Brésil et le Canada ont créé un comité consultatif sur l’agriculture comme mécanisme permettant d’échanger des renseignements; de faciliter le commerce; et de promouvoir la coopération économique et commerciale. Depuis, des techniciens se sont réunis chaque année en provenance des ministères de l’Agriculture des deux pays.

Lors de la réunion de janvier 2012, à Brasilia, en plus des rencontres officielles, les délégués ont participé à des visites sur le terrain à Embrapa (au Cerrado) et au Programme d’établissement dirigé.

Embrapa (l’entreprise brésilienne chargée de la recherche agricole) est une société publique, affiliée au ministère brésilien de l’Agriculture et vouée à la recherche agricole pure et appliquée. Les scientifiques d’Embrapa, par exemple, ont mis au point une variété de fève de soja adaptée aux sols acides. Cette variété a aidé le Brésil à devenir un leader mondial en exportations de fèves de soja.

Pour mieux comprendre l’expérience brésilienne, les participants du Comité ont visité l’opération de champ pour apprendre à connaître le travail effectué par Embrapa afin d’assurer la durabilité du biome du Cerrado aux côtés du développement agricole. La délégation canadienne a également été invitée par le gouvernement brésilien à visiter les emplacements du projet ​Assistance technique et services de vulgarisation ruraux (EMATER).

Renato Triacca a montré sa ferme – San Francisco – aux Canadiens. Il a été l’un des premiers colons dans la région qui s’est réinstallé depuis ​​Paraná dans le nord-est du Brésil en 1977. Sur sa ferme, M. Triacca utilise les méthodes avant-gardistes d’Embrapa – notamment l’agriculture sans labourage de la terre (« pratiques agricoles sans labour ») – qui a stimulé les gains de productivité pour le maïs, la fève de soja et le coton, ainsi que pour le bovin.

Ces visites sur le terrain ont inspiré le personnel d’Embrapa à organiser une mission au Canada, notamment au Centre de recherches en agriculture de Swift Current et au Centre de technologies appliquées d’Outlook, en Saskatchewan. Ces centres sont tous deux axés sur la gestion de l’eau et l’irrigation et sur la mise au point de pratiques agricoles durables dans des environnements semi-arides.

Le sous-ministre adjoint d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, Jamshed Merchant, chef de la délégation canadienne, a dit des discussions du Comité qu’elles ont été productives. « Les deux pays ont eu la possibilité de discuter d’une foule d’intérêts agricoles, des aliments au commerce. Ils ont également abordé  la façon de promouvoir la coopération pour valoriser et faire progresser ces dossiers, qui sont tellement importants pour les industries brésiliennes et canadiennes », a déclaré M. Merchant.

Le secrétaire à l’Industrie agroalimentaire et aux Relations internationales du ministère de l’Agriculture, du Bétail et de l’Approvisionnement, Celio Porto, a expliqué le potentiel. « Le monde aura besoin (d’aliments) au cours des prochaines décennies pour satisfaire à la demande d’une population qui atteindra neuf milliards d’habitants d’ici 2050. » Compte tenu de la demande croissante en aliments, « il y a identification d’intérêts entre les deux pays en matière d’agriculture », a conclu le secrétaire.

Avec des échanges bilatéraux de plus en plus marqués qui se chiffrent à près de 7 milliards de dollars CAN par année, selon Agriculture et Agroalimentaire Canada, en 2010, le Canada a exporté vers le Brésil pour 156 millions de dollars CAN, notamment de blé, de lentilles et de nourriture sèche pour animaux. Le Canada a importé 997 millions de dollars CAN de produits brésiliens, en particulier du sucre, des fèves de café non torréfiées et du jus d’orange.

La prochaine réunion du Comité doit avoir lieu en novembre à Toronto, dans le cadre de la Foire royale d’hiver de l’agriculture, et comprend la participation du secteur privé.

>> Pour en savoir plus sur les activités du Canada à l’étranger ou raconter les vôtres, Coup d’œil sur le monde vous attend!

 

Pied de page

Date de modification :
2012-03-28