Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

chili.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
Bookmark and Share

Les entreprises canadiennes appliquent les plus hauts standards de RSE au Chili

La Chambre de commerce Chili-Canada a lancé son deuxième rapport sur les pratiques des entreprises Canadiennes présentes au Chili quant à la Responsabilité sociale des entreprises (RSE). L’étude intitulée « Partenaires du Développement » conclut que les politiques et pratiques de RSE des entreprises canadiennes au Chili sont alignées sur les meilleures pratiques canadiennes de RSE, qui sont parmi les plus avancées au monde.

Le lancement a réuni plusieurs invités spéciaux, dont Magdalena Matte, alors Ministre chilienne du logement; Sarah Fountain Smith, Ambassadeure du Canada au Chili; Louis Guay, Coordinateur canadien en RSE pour les Amériques; Ximena Abogadir, directrice de l’ONG chilienne Casa de la Paz, ainsi qu’une délégation de parlementaires et d’officiaux menée par l’Honorable Keith Ashfield, Ministre du Revenu national et de l’Agence de promotion économique du Canada Atlantique.

Président Schiodtz, Ministre Magdalena
Alors Président de la Chambre de Commerce Chili-Canada, Paul Schiodtz; Alors Ministre du logement, Matte Magdalena
   
Les participants
Vue d'ensemble des participants du lancement
   
Photo de groupe
Richard Smith, expert en matière de RSE qui a préparé l'étude; Margot Edwards, Agente commerciale à l'Ambassade; Louis Guay, Coordonnateur canadien en matière de RSE pour les Amériques
   
Photo de groupe
Keith Ashfield, Ministre du Revenu national et de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique ; Ambassadeure du Canada au Chili, Sarah Fountain Smith; Cuzner Roger, député du Cap-Breton-Canso; Yvon Godin, député de l'Acadie –Bathurst
   

Lors de son discours d’ouverture, Paul Schiodtz, alors Président de la Chambre, a indiqué que ce rapport apportait une contribution positive aux études et débats portant sur la RSE au Chili. Magdalena Matte, alors Ministre chilienne du logement, a réitéré cette conclusion et a félicité la « marque » de RSE canadienne, soulignant du même coup que les entreprises canadiennes au Chili « font les choses de la bonne façon et ce, d’une manière très discrète ».

L’étude a été préparée par l’expert en RSE Richard Smith et comprend trois thématiques principales. La première porte sur les politiques, les lignes directrices et les conventions les plus influentes de la RSE auxquelles les entreprises canadiennes s’efforcent d’adhérer. La seconde section se penche plus particulièrement sur les pratiques des entreprises canadiennes œuvrant au Chili et décrit les facteurs clés qui expliquent leur engagement quant à la responsabilité sociale. La dernière partie de l’étude fait une revue des leçons les plus significatives apprises depuis les dix dernières années et cible quelques-uns des défis qui attendent les entreprises canadiennes implantées au Chili.

Un des défis centraux mentionné dans le rapport est la poursuite de l’amélioration des relations entre les entreprises et les communautés, particulièrement pour assurer une communication efficace et concrète durant la phase d’implantation d’un projet. « Les questions sociales sont beaucoup plus susceptibles de menacer la viabilité d’un projet que les aspects techniques », dit José Tomás Letelier, Vice-président aux Affaires externes de Kinross.

Toutes les entreprises interviewées pour l’étude — incluant entre autres Barrick, EDC, Finning, Methanex, Scotiabank et SNC Lavalin — ont mentionné que leurs racines canadiennes influencent leur culture organisationnelle et leurs pratiques corporatives. Elles ont particulièrement souligné leur attachement à l’éthique, la transparence et la communication, l’importance de mettre l’individu de l’avant, l’intérêt de promouvoir l’équité et l’inclusion au sein du milieu de travail, ainsi que la mise en valeur du dialogue et du consensus avec les diverses parties et intervenants.

À titre d’exemple de projets en RSE, Methanex est la championne d’un processus éducatif visant l’économie d’énergie, thème qui s’insère parfaitement dans les valeurs et la mission de l’entreprise. De fait, elle a commandité un programme de conscientisation de 1500 étudiants de l’école secondaire Juan Bautista Contardi, dans l’objectif de favoriser l’intégration de pratiques efficaces d’économie d’énergie sous l’égide du projet national d’éducation connu sous le nom du Plan pour l’économie d’énergie et l’efficacité environnementale (PAAEE).

De son côté, Transelec/Brookfield a organisé un concours visant à promouvoir une meilleure utilisation de l’énergie, une consommation responsable de l’eau et l’amélioration de la gestion de déchets domestiques. L’idée était non seulement de susciter un intérêt au sein de la communauté et de promouvoir l’économie d’énergie, mais aussi d’apporter des solutions concrètes aux milliers de Chiliens qui pourraient adopter de meilleures pratiques énergétiques leur permettant de mener une vie plus durable au quotidien.

L’étude conclut que cette approche renforce les bonnes pratiques de gestion au sein de ces entreprises et consolide du même coup les relations avec les communautés, les employés, les consommateurs et les autorités locales.

La Chambre de commerce a publié sa première étude RSE au Chili en 2002. La deuxième version du rapport a été publiée en 2010 et constitue un document clé pour souligner la responsabilité sociale et citoyenne des entreprises canadiennes présentes au Chili.

 

Pied de page

Date de modification :
2012-02-10