Le Canada appuie le quatrième Symposium autochtone international au Chili.


Paul Zakos durant l’inauguration du Symposium en compagnie de la traductrice


Maria Hueichaqueo, Présidente de l’Association mapuche Taiñ Adkimn, durant un rituel de commémoration de la défunte « Machi » - chef spirituelle – de la communauté


Banakonda Kennedy-Kish Bell exposant la spiritualité Ojibwa


L’Ambassadeure du Canada, Patricia Fuller, participe à la cérémonie d’inauguration du Symposium

L’Ambassade du Canada au Chili a appuyé pour une autre année le Symposium autochtone international intitulé "Savoir ancestral et interculturalité", qui s'est tenu les 24 et 25 octobre sur le campus de la Pintana de l'Université du Chili.

Ce symposium est le fruit d'une collaboration entre l'Association autochtone Mapuche Taiñ Adkimn de Santiago et le First Nations Technical Institute (FNTI) et le Loyalist College de l'Ontario, qui a débuté en 2007 dans le cadre d'un projet financé par l'ex-programme d'Association avec les peuples autochtones de l'Agence canadienne de développement international (ACDI).

Ce projet a permis d'appliquer la technique d'éducation aux adultes développée au Canada par Paul Zakos du FNTI, "l'Évaluation et la Reconnaissance de l'apprentissage antérieur" (PLAR en anglais) aux programmes d'éducation destinés aux autochtones, dans le but de valider leurs connaissances culturelles dans le cadre de programmes scolaires reconnus par les institutions d'enseignement.

Le réseau international qui s'est développé autour de l'échange de connaissances quant à l'application de cette méthode a donné lieu à la fondation du Collectif autochtone international sur la reconnaissance de l’apprentissage antérieur qui réunit maintenant des membres du Canada, du Chili, des États-Unis, du Mexique, de l’Équateur et du Pérou.

Cette année, les participants canadiens étaient: Paul Zakos, fondateur du PLAR et du Collectif, Glen Brouwer, directeur de quatre écoles du district Sunrise au Manitoba, Banakonda Kennedy-Kish Bell, consultante auprès des universités Ryerson, McMaster, Trent et Toronto, Sharon Hobenshield et Janet Sinclair de l'Université de l'Ile de Vancouver, et Heather Green du Anishinabek Educational Institute.

L'Association autochtone Mapuche Taiñ Adkimn travaille maintenant entre autres avec le Ministère chilien de l'éducation afin d'apporter certains changements aux programmes scolaires, en particulier aux manuels. L'Association bénéficie également de l'appui de la Faculté d'études vétérinaires de l'Université du Chili, laquelle accueille le symposium chaque année et loge la "ruka" Mapuche, maison rituelle traditionnelle de la communauté. L'Association travaille également en étroite collaboration avec la Direction des services de santé du Sud-Ouest de la capitale, afin d'incorporer les pratiques de guérison mapuche aux services offerts à la communauté autochtone, concentrée notamment dans la périphérie sud de la région métropolitaine.

L’Ambassade du Canada a appuyé cette initiative dans le cadre de son engagement à partager avec le Chili les meilleures pratiques en matière de droits des peuples autochtones, à favoriser les échanges en éducation, et à promouvoir la coopération entre institutions d'enseignement.