Le Fonds canadien d’initiatives locales 2015 a soutenu 6 projets au Chili

L’ambassadeur Marcel Lebleu lors du lancement de la campagne de communication du Frente de la diversidad sexual du projet ‘Quilicura sin closets’.
 

Des femmes migrantes participant à l’école d’été de l’ONG Raíces posent à la fin d’un atelier.
 

L’Ambassade était présente au lancement de la campagne de communication contre la violence faite aux femmes de Carpe Diem et d’Alerta Mujeres.
 

L’ambassadeur Marcel Lebleu prend la parole lors de l’inauguration de la ruka de l’Association Taiñ Adkimn
 

Des membres de communautés autochtones participent à une activité de l’Observatorio Ciudadano.
 

Au cours de l’année financière 2015-2016, l’ambassade du Canada au Chili a financé six projets grâce au Fonds canadien d’initiatives locales (FCIL). Ils ont ciblé des enjeux prioritaires pour l’ambassade, soit le respect de la diversité sexuelle, les droits des femmes et les questions autochtones. Aperçu des projets financés en 2015-2016 (vidéo).

Grâce à l’appui du Canada, l’Université Diego Portales a pu enregistrer quatre premières leçons de son nouveau  cours en ligne  (MOOC, massive open online course) sur la diversité sexuelle et l’égalité de genre. Ce cours permettra aux activistes et étudiants intéressés d’en apprendre davantage sur le droit international et national à ce sujet et sur l’expérience chilienne.

Le Front de la diversité sexuelle a organisé plusieurs ateliers dans des écoles de la municipalité de Quilicura et auprès des fonctionnaires de la ville (située dans la région métropolitaine de Santiago) dans le but de sensibiliser la population aux droits et à la réalité LGBT. Voyez leurs deux vidéos en espagnol produites dans le cadre de leur campagne de communication : “Situación de los DDHH de las personas LGBTI en el mundo y en Chile” y “Ley de Identidad de Género en Chile

L’ONG Raíces a mené pour sa part des ateliers pendant deux fins de semaines afin de former plus de 50 femmes immigrantes vivant dans différentes municipalités de la région de Santiago. Plusieurs thèmes ont été abordés, dont la protection de leurs droits, le trafic de personnes, les politiques d’immigration du Chili et l’accès aux services publics. Regardez le feuillet produit.

Dans la municipalité de Calera de Tango, dans la partie sud de la région métropolitaine de Santiago, l’ONG Carpe Diem et le Réseau Alerta Mujeres ont organisé huit ateliers rassemblant chacun plusieurs femmes afin de les outiller à faire face efficacement aux situations de violence contre la femme dont elles pourraient être témoins ou victimes. Ces ateliers ont été suivis par une campagne de communication et la création de matériel promotionnel sur le sujet.

Le programme du FCIL a également permis à l’Association autochtone Taiñ Adkimn de reconstruire la ruka mapuche située sur le campus de l’Université du Chili à La Pintana qui avait été incendiée au mois de décembre 2015. Plusieurs événements (vidéo) d’échange interculturel, de formation d’étudiants et des cérémonies traditionnelles mapuche y ont lieu. 

Finalement, l’ambassade a également soutenu un projet de l’organisation Observatorio Ciudadano qui consistait en des rencontres avec des communautés autochtones au sud et au nord du pays ainsi qu’à l’Île de Pâques dans le but de les informer et de les préparer à faire entendre leur voix quant au nouveau projet de loi sur la biodiversité et les aires protégées. L’initiative a aussi inclut aussi la cartographie des aires protégées actuelles et des communautés autochtones qui y habitent.