Comment une école inclusive jordanienne autonomise les élèves réfugiés

L’école publique Qesaria est une école jordanienne typique située dans une banlieue au nord d’Amman, la capitale. Que ce soit à l’extérieur et à l’intérieur de l’école, vous serez agréablement surpris par les peintures murales colorés du bâtiment.

Les visiteurs pourront également observer des plantes de jardin soigneusement agencées dans des pots en plastique colorés, des projets d’enfants affichés avec fierté dans l’entrée principale et une plaque installée à l’extérieur du bureau du principal comportant le message suivant : « Ne dites pas que je suis Syrien ou Jordanien. Nous sommes tous des frères et sœurs. »

Qesaria est une des 196 écoles jordaniennes qui a mis en œuvre un système de classes alternées (l’école accueille des enfants deux fois par jour, avec les matins principalement consacrés aux enfants jordaniens, et les après-midis principalement aux enfants syriens) pour répondre à l’engagement historique de la Jordanie en faveur de la scolarisation de tous les enfants, et ce, quel que soit leur nationalité.

Une plaque installée à l’extérieur du bureau du principal qui comporte le message suivant : « Ne dites pas que je suis Syrien ou Jordanien. Nous sommes tous des frères et sœurs. »

Le Canada et d’autres donateurs se sont ralliés à cet engagement en offrant leur généreux soutien au ministère jordanien de l’Éducation et à d’autres intervenants éducatifs majeurs.

L’ambassade du Canada en Jordanie récemment soutenu le projet « Scaling Up Access to Formal Education for Syrian Girls and Boys » (Élargissement de l’accès à l’enseignement formel pour les filles et les garçons de nationalité syrienne). À l’instar d’autres donateurs (USAID, UKAID, et la Norvège), le Canada contribue à améliorer l’accès à l’enseignement formel et la qualité de celui-ci pour les filles et les garçons de nationalité syrienne.

Crise des réfugiés syriens

L’afflux de réfugiés syriens en Jordanie a accru la pression exercée sur les services publics, notamment dans le secteur de l’éducation. La Jordanie accueille actuellement un nombre estimé de 212 000 réfugiés syriens d’âge scolaire, dont plus de 126 000 inscrits dans des écoles publiques situées dans les communautés hôtes.

Parmi les pays de la région qui accueillent de grandes populations de réfugiés syriens, la Jordanie est un des États les plus progressistes en matière d’accès au système éducatif officiel.

Toutefois, cette expansion rapide a accru la pression exercée sur des services et une infrastructure déjà en difficulté. La majorité des enfants syriens et de nombreux enfants jordaniens sont accueillis dans des salles de classe surchargées de classes alternées.

« Des millions de personnes déplacées en Syrie et en Irak en raison du conflit ont encore besoin de notre aide. Certains retournent chez eux, dans des villes et villages détruits. De nombreux autres luttent pour satisfaire leurs besoins essentiels dans les communautés d’accueil au Moyen-Orient. Le Canada continuera de préserver leur dignité, et de se faire le porte-parole des plus vulnérables, y compris les femmes et les filles, qui sont parmi les plus gravement touchées par cette tragédie. » - Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et de la Francophonie

Éduquer les filles

Du fait de son soutien majeur, le Canada a supervisé une initiative visant à s’assurer que les filles (particulièrement celles susceptibles d’être déscolarisées en raison de préoccupations sécuritaires ou d’un mariage précoce) restent à l’école.

Plus de 800 des 126, 000 élèves syriens inscrits dans une école publique se rendent à l’école Qesaria, dont une jeune fille prénommée Rihana. 

Rihana vit avec sa mère, son père et ses cinq frères et sœurs dans un petit appartement au 2e étage d’un immeuble situé à deux pas de l’école.

Bien qu’elle vive à proximité de l’établissement, elle n’a pu s’y inscrire que récemment en raison d’un manque de places.

La ministre canadienne du Développement international rencontre Rihana et sa famille lors de sa visite en Jordanie.

Grâce au principe des classes dédoublées, Rihana a intégré avec fierté et enthousiasme la classe de 2e année.  

Le premier geste de Rihana au réveil est d’enfiler son uniforme scolaire, même si ses cours ne commencent qu’à 14 h 30.

Rihana est un bel exemple des nombreux enfants qui bénéficient d’une éducation publique en Jordanie.

Le gouvernement jordanien considère le Canada comme un donateur clé, de par sa présence depuis plus d’une décennie dans le secteur éducatif jordanien.

Le Canada renforce le système national afin de proposer une education de qualité sur le long terme, tout en s’efforçant de veiller de manière concertée à ce que tous les enfants, y compris les réfugiés, accèdent de manière égale à une éducation publique de qualité.

Récemment, le gouvernement jordanien a soutenu l’amélioration de l’accès à l’éducation chez les enfants syriens sans documents officiels et a éliminé les frais de scolarité et de manuels scolaires pour tous les enfants réfugiés indépendant de leur origine.

Lisez et partagez d’autres récits au sujet des activités du Canada dans le monde entier - suivez Coup d’œil sur le monde (COSM).