Le Canada lutte contre l’extrémisme violent

Heather Grant, ambassadrice du Canada en Suède, présente de nouvelles discussions.

 Adel Elsayed Sparr, secrétaire du comité et coordinateur national en matière de lutte contre l’extrémisme violent lors de l’événement sur la LEV.

La police des frontières lors de l’événement sur la LEV.

« Lutter contre l’extrémisme violent représente un défi qui exige une action complète sur de nombreux fronts, dans la société ainsi qu’à travers les frontières. Chacun prend part au maintien de la sécurité au sein de la collectivité. Il est essentiel de collaborer avec des partenaires internationaux et d’apprendre des autres, car il s’agit d’un problème qui dépasse les frontières traditionnelles. »

Heather Grant, ambassadrice du Canada en Suède

L’extrémisme violent est devenu une préoccupation réelle dans tous les pays du monde avec de nombreux actes violents commis par des personnes radicalisées.

Bien que la pensée radicale ne représente pas un problème en soi, elle devient une menace pour les citoyens, les résidents ou les groupes qui encouragent ou exercent la violence dans le but de renforcer leurs opinions politiques, idéologiques ou religieuses radicales.

Coopération internationale

Les représentants des ambassades du Canada en Norvège, au Danemark, aux Pays-Bas et en Suède ont animé des évènements dans leur pays respectif sur la lutte contre l’extrémisme violent (LEV) afin de mieux comprendre le comportement des personnes radicalisées et de combler les lacunes entre le niveau stratégique et la réalité des faits sur le terrain.

L’événement à Stockholm a rassemblé près de 60 invités, dont les coordinateurs municipaux en matière de LEV de l’ensemble du pays, des représentants de la police de Stockholm et du service de sécurité de Suède, des fonctionnaires de trois ministères et d’autres organismes gouvernementaux, des ONG et des universitaires. Parmi les intervenants figuraient des experts du Canada, de Suède et des Pays-Bas qui se sont concentrés sur des approches pratiques en matière de LEV et sur la façon de passer de la stratégie à la mise en œuvre.

Parmi les thèmes abordés, on trouve les combattants étrangers et la motivation présente derrière la pensée radicale, l’évolution de la menace de l’extrémisme violent aux Pays-Bas depuis les événements du 11 septembre 2001, et la prévention des crimes et de la radicalisation qui entraîne l’extrémisme violent. Avant ces discussions animées, Heather Grant, l’ambassadrice du Canada en Suède, a présenté le contexte.

  • En 2014, le Canada a subi deux attaques terroristes perpétrées par des personnes agissant seules qui se sont inspirées de l’idéologie extrémiste et qui se sont radicalisées jusqu’à être violent. Depuis 2002, 20 personnes ont été condamnées pour infraction de terrorisme en vertu du Code criminel du Canada. En outre, 21 autres personnes ont été accusées d’infractions liées au terrorisme (dont 16 depuis janvier 2015) et attendent leur procès ou font l’objet de mandats d’arrestation.
  • Le Canada lutte contre l’extrémisme violent à différents degrés. Notre stratégie nationale, Renforcer la résilience face au terrorisme, fournit un cadre pour répondre aux menaces terroristes nationales et internationales. Cette stratégie se compose de quatre volets : empêcher, déceler, priver et intervenir. Cependant, la réussite de cette tâche exige le soutien et la participation de l’ensemble des ordres du gouvernement, de la société civile et, avant tout, des collectivités locales et des citoyens : en substance, comme notre thème d’aujourd’hui l’illustre, il s’agit du passage de la stratégie à la mise en œuvre.

L’événement à Stockholm a été bien accueilli et a établi une base de discussion solide sur la LEV parmi les principaux intervenants et les hauts fonctionnaires travaillant dans ce domaine.

Renforçons ensemble la résilience face au terrorisme

La réussite de cette tâche exige le soutien et la participation de l’ensemble des ordres du gouvernement, de la société civile et, avant tout, des collectivités locales et des citoyens. La sensibilisation des jeunes et des adultes au sein des collectivités locales représente une étape importante dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent.

Le Canada continuera de se mobiliser et de collaborer avec des partenaires internationaux ainsi que les représentants des collectivités afin d’établir une certaine confiance et des partenariats. Les familles et les groupes communautaires sont à la base de la résilience. Chacun prend part au maintien de la sécurité au sein de la collectivité.

Pour de plus amples renseignements :