Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

colombie.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Relations bilatérales

Contenu supplémentaire

Les relations entre le Canada et la Colombie

Relations diplomatiques et représentation officielle

Le Canada entretient des relations diplomatiques complètes avec la Colombie depuis 1953.

En Colombie, le Canada est représenté par l’ambassade du Canada située à Bogota. Le Canada a également un consul honoraire à Cartagena.

La Colombie est représentée au Canada par une ambassade à Ottawa. Elle compte également des consulats à Montréal, à Toronto (y compris un bureau commercial), à Calgary et à Vancouver.

Relations bilatérales

D’avril 2013 à mars 2014, le Canada et la Colombie célèbrent 60 années de relations bilatérales diplomatiques complètes. Le Canada entretient des relations multiformes avec la Colombie : liens économiques plus étroits suite à la conclusion d’un accord de libre-échange bilatéral; dialogue franc sur les droits de la personne; coopération au développement; soutien aux efforts de la Colombie en matière de justice, de sécurité et de consolidation de la paix; coopération étroite en ce qui concerne les questions multilatérales; etc.

La vigueur des relations entre le Canada et la Colombie se manifeste par le nombre de visites de haut niveau organisées récemment. Le premier ministre a visité la Colombie en mai 2013 pour assister au Sommet des dirigeants de l’Alliance du Pacifique (en compagnie d’Ed Fast, ministre du Commerce international, et de Diane Ablonczy, ancienne ministre d’État aux Affaires étrangères), en avril 2012 pour le Sommet des Amériques et en août 2011 pour l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange entre le Canada et la Colombie. Plus récemment, le ministre des Affaires étrangères, John Baird, s’est rendu en Colombie dans le cadre d’une tournée en Amérique latine en juillet et août 2013.

La Colombie est l’un des plus proches partenaires du Canada dans la région, tant sur le plan politique que commercial. Des institutions politiques stables, des lois progressistes et une orientation fortement axée sur le marché et l’intégration font de la Colombie un partenaire naturel pour le Canada. L’étroitesse de ces liens se reflète dans la Stratégie d’engagement du Canada dans les Amériques, où la Colombie est considérée comme un pays prioritaire. Même si des difficultés persistent en ce qui a trait aux droits de la personne et au conflit armé, le Canada continue de soutenir la Colombie dans ses efforts en vue de remédier à ces problèmes.

Accord de libre-échange Canada-Colombie

L’Accord de libre-échange Canada-Colombie, de même que les accords parallèles – l’Accord Canada-Colombie de coopération dans le domaine du travail (l’Accord de coopération dans le domaine du travail) et sur l’Accord sur l'environnement entre le Canada et la République de Colombie (l’Accord sur l’environnement) – sont entrés en vigueur le 15 août 2011.

La première réunion du Conseil ministériel sur la coopération dans le domaine du travail s’est tenue à Bogota, en janvier 2012. Elle a mené à l’approbation du Plan d’action sur la coopération dans le domaine du travail et à la rencontre de représentants d’organisations de travailleurs et d’employeurs et de l’Organisation internationale du travail (OIT). La deuxième réunion du Conseil ministériel a eu lieu à Medellín, en novembre 2013, durant la Conférence interaméricaine des ministres du Travail. De même, le Comité sur l’environnement s’est réuni en 2012. Les programmes de coopération sont en place par l’intermédiaire du Programme de travail d’Emploi et Développement social Canada (EDSC), d’Environnement Canada et du Programme d’assistance technique liée au commerce Canada-Amériques.

En mai 2010, le Canada et la Colombie ont également signé l’Accord concernant les rapports annuels sur les droits de l’homme et le libre-échange entre le Canada et la République de Colombie.

Ces accords s’ajoutent à un ensemble d’outils – défense des intérêts, coopération bilatérale et au développement, etc. – au moyen desquels le Canada aide la Colombie à progresser sur la voie de la paix, de la sécurité, de la prospérité et du respect des droits de la personne.

Accord concernant les rapports annuels sur les droits de l’homme et le libre-échange entre le Canada et la République de Colombie

Le Canada et la Colombie ont signé l’Accord concernant les rapports annuels sur les droits de l’homme et le libre-échange entre le Canada et la République de Colombie (l’Accord concernant les rapports annuels) le 27 mai 2010. Cet accord unique en son genre exige des deux pays signataires qu’ils produisent chacun un rapport annuel sur l’effet de l’Accord de libre-échange entre le Canada et la République de Colombie (ALÉCCO) sur les droits de la personne dans les deux pays. L’Accord concernant les rapports annuels est entré en vigueur le 15 août 2011, en même temps que l’ALÉCCO et de deux autres accords connexes, l’Accord de coopération dans le domaine du travail et l’Accord sur l’environnement. Le Canada a déposé son premier rapport aux termes de l’Accord concernant les rapports annuels le 15 mai 2012. Il a déposé son deuxième rapport le 14 juin 2013 devant la Chambre des communes et le Sénat et il devrait déposer son troisième rapport d’ici le 15 mai 2014.

Aide au développement et programmes de développement

Le Canada et la Colombie travaillent ensemble depuis plus de 40 ans dans le cadre de la coopération au développement. Depuis 2002, le programme bilatéral de développement du Canada a pour objectif de renforcer le respect des droits de la personne et d’élargir les possibilités sociales et économiques pour les personnes les plus vulnérables, notamment les enfants et les jeunes. La stratégie actuelle, qui doit prendre fin en 2014, se concentre sur deux secteurs – les enfants et les jeunes (en mettant l’accent sur l’éducation et les droits et la protection des enfants) et la croissance économique durable (en appuyant la participation des plus vulnérables au développement économique de la Colombie, et ce, en mettant plus particulièrement l’accent sur le développement rural et la gouvernance des ressources naturelles) – auxquels s’ajoutent deux thèmes transversaux (les droits de la personne et l’aide humanitaire). Le Programme pour la Colombie travaille actuellement à l’élaboration d’une nouvelle stratégie de développement pour 2014-2018. Depuis 2005-2006, le Canada a versé à la Colombie plus de 127 millions de dollars au titre de l’aide publique au développement. La Colombie a participé activement au Programme d’assistance technique liée au commerce Canada-Amériques qui a été conçu pour renforcer les compétences et élargir les connaissances relatives à la promotion du commerce, aux obstacles techniques au commerce, à la facilitation des échanges, aux enjeux sanitaires et phytosanitaires, au travail et à l’environnement.

Dans le cadre de la programmation du MAECD dans le secteur de la sécurité – avec des contributions de plus de 34 millions de dollars depuis 2006 – le Canada a financé des projets d’appui aux droits des victimes et à la réforme de la justice. Il a également appuyé les efforts déployés au chapitre de la sécurité (y compris le désarmement, la démobilisation, la réintégration et le déminage), des activités humanitaires de déminage et de la restitution des terres (remettre les terres à ceux qui ont été obligés de quitter leur maison durant le conflit). En novembre 2013 l’honorable Lynne Yelich, ministre d’État (Affaires étrangères et consulaires), a annoncé que le Canada consacrerait 1 million de dollars de plus en appui à la Mission de soutien au processus de paix (MSPP) de l’Organisation des États américains (OEA). Le Canada est l’un des principaux donateurs à la MSPP en Colombie. Avec les fonds additionnels, le soutien du Canada à la MSPP totalise 8,7 millions de dollars. Le Canada apporte également un appui aux victimes des mines terrestres par le biais de sa contribution de 2,9 millions de dollars à Handicap International et il appuie les campagnes de sensibilisation aux risques posés par les mines grâce à sa contribution de 17 millions de dollars à UNICEF Colombie.

Chaque année, le Canada consacre à la Colombie près de 6 millions de dollars dans le cadre de son programme d’aide humanitaire internationale, pour répondre aux appels annuels lancés par les organisations humanitaires qui tentent de combler les besoins liés au conflit et pour répondre aux appels d’urgence lancés par des organismes qui interviennent en cas de catastrophes naturelles, y compris les inondations. Le Canada travaille avec des partenaires internationaux – y compris le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) – et des ONG canadiennes – Médecins du monde et Action contre la faim – pour apporter une aide aux populations touchées par le conflit en Colombie. Le Canada est un partenaire important dans la lutte en vue de combler les besoins de protection des Colombiens déplacés à l’intérieur des frontières nationales et de ceux qui ont trouvé refuge dans des pays voisins. Le Canada travaille aussi étroitement avec l’UNHCR pour faciliter la réinstallation de ces réfugiés colombiens et d’autres personnes concernées qui sont particulièrement vulnérables. Au cours des dix dernières années, Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) a offert l’asile à plus de 14 000 réfugiés colombiens. Le Canada a traditionnellement été l’un des plus importants donateurs pour l’action contre les mines en Colombie.

Par le biais du Fonds canadien d’initiatives locales – qui a décaissé plus de 1,3 million de dollars au cours des six dernières années –, le Canada a appuyé des initiatives modestes d’aide au développement en Colombie, la plupart visant à promouvoir les droits de la personne (particulièrement ceux des communautés autochtones), la gouvernance et la démocratie.

Engagement du Canada en matière de droits de la personne en Colombie

En plus des 110 millions de dollars (2003-2014) consacrés à des programmes visant à améliorer les conditions au chapitre des droits de la personne en Colombie, le MAECD mène des consultations au moins deux fois par année (auprès notamment d’organismes de la société civile colombienne, de défenseurs des droits de la personne, de syndicats, de journalistes, d’organisations féminines, d’organisations humanitaires internationales, d’organismes onusiens et d’institutions gouvernementales) pour faire le point sur la situation des droits de la personne en Colombie. Le Canada a fait part de ses préoccupations relativement à la situation de populations particulièrement vulnérables (femmes, enfants, Colombiens de descendance africaine, peuples autochtones, défenseurs des droits de la personne, syndicalistes, personnes qui demandent la restitution de leurs terres, etc.) et à des cas précis de menaces imminentes contre des membres d’organismes de la société civile. Le Canada a également reconnu les progrès enregistrés en Colombie au chapitre de la sécurité et des droits de la personne, de même que les efforts déployés par le gouvernement colombien pour mettre en œuvre un certain nombre de politiques en vue de protéger et de promouvoir les droits de la personne et les droits des victimes.

Le Canada mène également des consultations bilatérales de haut niveau sur les droits de la personne auprès du gouvernement colombien. La dernière ronde de consultations a eu lieu le 28 février 2013, en Colombie. Le Canada participe aussi activement au G24, un groupe de 24 pays et d’organismes internationaux qui ont amorcé un dialogue continu et constructif avec la société civile et le gouvernement colombien sur des questions touchant le développement, la paix et les droits de la personne. Le Canada a présidé à deux reprises le G24 et il préside actuellement le sous-groupe sur les droits de la personne.

Sécurité

La Colombie a également bénéficié des programmes de développement des capacités en matière de lutte contre la criminalité et de renforcement des capacités antiterroristes du MAECD.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) et la police nationale colombienne travaillent aussi étroitement en menant des enquêtes ciblant les narcotrafiquants en vue d’assurer la sécurité des collectivités en Colombie et au Canada. La GRC a également apporté une assistance technique et a contribué au renforcement des capacités dans des domaines comme la lutte contre les explosifs, l’exploitation des enfants et Jetway (profilage dans les aéroports).

La Colombie est un partenaire hémisphérique prioritaire du ministère de la Défense nationale (MDN). Le Canada a un attaché à la défense à Bogota depuis 2001, tandis que la Colombie a décidé récemment d’avoir à nouveau un attaché militaire au Canada. En 2011, la Colombie a adhéré au Programme d’instruction et de coopération militaires du ministère de la Défense nationale. Ainsi, les forces armées colombiennes auront accès à une formation qui leur fera connaître les valeurs canadiennes, y compris la nécessité d’incorporer le respect des droits de la personne dans la formation militaire de base et dans les lignes directrices pour les opérations. Le Canada et la Colombie mènent également des pourparlers sur la politique de défense.

Commerce et investissement

La Colombie est un marché bien établi pour les entreprises canadiennes. De plus, l’Accord de libre-échange Canada-Colombie et les accords parallèles profitent à un large éventail d’exportateurs et de fournisseurs de services et assurent un climat plus stable et prévisible pour l’investissement canadien.

En 2013, les échanges commerciaux entre le Canada et la Colombie ont totalisé 1,4 milliard de dollars, faisant de la Colombie notre cinquième plus gros partenaire commercial bilatéral en Amérique latine et aux Caraïbes (à l’exception du Mexique)... La même année, la Colombie a été la quatrième destination en importance pour les exportations canadiennes de marchandises, pour un total de 716,8 millions de dollars, tandis que les importations du Canada provenant de la Colombie se chiffraient à 691,3 millions de dollars. Le Canada exporte principalement vers la Colombie des céréales (principalement du blé), de la machinerie, du papier et du carton, des légumes, de l’engrais, des véhicules et des pièces. Le Canada importe principalement de la Colombie des huiles et des combustibles minéraux (y compris du charbon), du café, du thé et des épices, des plantes et des arbres vivants (principalement des fleurs), des fruits, des noix et du sucre.

La Colombie vient au cinquième rang des destinations d’investissement direct canadien en Amérique du Sud et centrale. À la fin de 2012, la valeur totale des investissements directs canadiens en Colombie atteignait près de 1,8 milliard de dollars.

Mars 2014


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder à ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Pied de page

Date de modification :
2014-03-25