Relations Canada - République démocratique du Congo

En République démocratique du Congo (RDC), le Canada est représenté par l'ambassade du Canada à Kinshasa. Le premier ambassadeur canadien a été accrédité en RDC en 1962 et l’ambassade à Kinshasa a ouvert ses portes en 1965. L’ambassade a été fermée entre 1993 et 1997 pour protester contre les violations des droits de la personne du régime Mobutu. La RDC est représentée au Canada par une ambassade à Ottawa depuis 1965.

Les relations du Canada avec la RDC sont principalement axées sur l’appui de longue date aux efforts pour assurer l’établissement d’une paix durable, particulièrement dans l’est du pays. Le Canada continue de mettre l’emphase sur l’importance de traiter les causes profondes et les facteurs aggravants du conflit à l’est, entre autres les tensions ethniques, les disputes liées aux ressources et aux territoires et le financement du conflit par l’exploitation et le trafic illégal des ressources naturelles. Le Canada est  préoccupé par la persistance des violations des droits de la personne, notamment des actes de violence sexuelle à l’est de la RDC.  Le Canada continue de travailler avec ses partenaires internationaux et de la région des Grands Lacs par l’entremise de ses engagements diplomatiques, humanitaires, d’aide au développement et de maintien de la paix, pour lesquels le Canada a versé plus de 500 millions de dollars depuis 2006.

La RDC a accueilli le XIVème Sommet de la Francophonie à Kinshasa en octobre 2012. Le premier ministre Stephen Harper a profité de sa présence au Sommet pour exprimer ses préoccupations au sujet de la situation en RDC et souligner la nécessité que des progrès soient faits en matière de respect des droits de la personne, de promotion de la démocratie et de stabilisation de la situation à l’est. Il a également annoncé des aides supplémentaires pour la gestion transparente et responsable des ressources naturelles et la lutte contre  les violences sexuelles. Ce soutien additionnel visera notamment à s’assurer que les auteurs de ces violences soient traduits en justice et reçoivent des sentences appropriées.

En juin 2014, la RDC a été confirmée comme l’un des pays ciblés par le gouvernement du Canada en ce qui concerne les efforts de développement international. L’aide canadienne répond aux priorités identifiées dans le plan de développement national de la RDC, et est basée sur un engagement de longue date, notamment en santé. Le programme bilatéral vise à aider le pays à parvenir à une réduction équitable et durable de la pauvreté et à renforcer les institutions congolaises. Le Canada appuie les efforts visant à assurer l’avenir des enfants et des jeunes et à promouvoir la gouvernance et la démocratie. Une partie importante de la coopération canadienne prend aussi la forme d’aide humanitaire aux populations touchées par les conflits en RDC.

Le Canada a versé 51,31 millions de dollars en aide au développement à la RDC en 2012-2013, incluant plus de 21 millions de dollars en aide humanitaire.

Sous le thème prioritaire des enfants et des jeunes, l’aide bilatérale du Canada renforce la capacité du système de santé en RDC, et contribue à l'amélioration et à l’accessibilité des soins de santé primaires, en particulier pour les individus les plus vulnérables, les femmes et les enfants. En outre, le Canada contribue à la protection des enfants et des jeunes et à la paix et la stabilité à long terme en RDC.

Le Canada apporte également un soutien aux victimes de violence sexuelle en RDC en fournissant des services essentiels aux victimes tels que des soins de santé et psychologiques. La programmation dans ce domaine est axée sur la prévention des violences sexuelles et la poursuite des auteurs de ces actes devant les tribunaux. Comme cette problématique va au-delà de la RDC, le MAECD finance aussi depuis 2006 un projet de prévention et de lutte contre la violence sexuelle dans la région des Grands Lacs.

Depuis 1999, le Canada a versé plus de 300 millions de dollars en quotes-parts à la MONUC/MONUSCO à l'appui des efforts de maintien de la paix. Les Forces armées canadiennes y déploient neuf officiers et les contributions canadiennes à la mission par le biais du budget de maintien de la paix de l’ONU pour 2014-2015 sont d’environ $41 millions(US).

Les relations commerciales entre le Canada et la RDC sont modestes, mais en pleine croissance. En 2014, les échanges bilatéraux entre les deux pays se sont élevés à 51,5 millions de dollars, et la RDC s’est classée au 122e rang des marchés d’exportation du Canada et au 109e comme source d’importations de ce dernier. Cette même année, les principales exportations canadiennes de marchandises vers la RDC, qui se sont chiffrées 25,2 millions de dollars, ont été constituées de textiles, de machines et de véhicules motorisés. Quant aux importations canadiennes en provenance de la RDC, qui se sont établies à 26,3 millions de dollars, elles ont été constituées de cacao, de bois, de pierres et de métaux précieux

Les investissements canadiens en RDC sont importants, notamment dans le secteur minier. La RDC occupe le troisième rang des actifs miniers canadiens en Afrique avec un total de 3 milliards de dollars. Le marché congolais est extrêmement diversifié, toutefois l’environnement des affaires et des investissements pose de sérieux défis à la plupart des entreprises.

 Mai 2015


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.