La responsabilité sociale des entreprises au cœur de la Francophonie à Kinshasa


Les conférenciers, dont Mme Carole Robert

Chaque année, des pays du monde entier rendent hommage à la langue française.

Lors de la célébration de ce patrimoine et de cette culture francophones à Kinshasa, le Canada a introduit le concept contemporain de la responsabilité sociale d’entreprise (RSE) qui est étroitement lié au développement des ressources en République démocratique du Congo.

La République démocratique du Congo (RDC) est un pays au potentiel minier immense. Un grand nombre d’entreprises étrangères, dont plusieurs canadiennes, exploitent ses ressources naturelles. Pourtant, bien des habitants des secteurs miniers vivent dans la misère.

C’est avec cette situation à l’esprit que l’ambassade du Canada a organisé une conférence-débat autour de la « Responsabilité sociale des entreprises : de la théorie à la pratique. »

Selon le président de la Commission des ressources naturelles du Sénat, M. Fungu Musendu, la notion de responsabilité sociale est pour le moins ambigu dans le Code minier de la RDC, car l’étendue et l’ampleur des obligations des entreprises minières n’y sont pas clairement définies.

La conférence-débat visait à sensibiliser le public congolais à la RSE, mais également à faire la promotion des entreprises canadiennes comme des partenaires sensibles, expérimentés et responsables qui contribuent au développement des collectivités locales.

Des spécialistes congolais du domaine ont présenté leurs arguments, et une conférencière canadienne a soulevé un point de vue très prometteur. L’auditoire a pu entendre le sénateur Flore Musendu Flungu, le directeur de l’ONG South African Resources Watch et le chef du département juridique du Registre des Mines qui, entre autres attributions, s’occupe de la répartition des droits de prospection et d’exploitation. Mme Carole Robert, fondatrice de l’ONG canadienne Biotechnologie pour le développement durable en Afrique, a conclu la présentation avec une étude de cas sur la mise en œuvre pratique et durable de la RSE.

Un public diversifié – ambassadeurs, organismes internationaux, un ancien vice-premier ministre, dirigeants d’entreprise, membres de la société civile et du milieu syndical, cadres de la fonction publique, universitaires, et représentants des médias – s’est montré intéressé par les exposés et a pris une part active au débat passionné qui a suivi.  

La soirée a mis en lumière des préoccupations économiques et sociales au sein de la francophonie sur un sujet qui va certainement susciter d’autres conversations à l’avenir. Le Canada est résolu à favoriser la prospérité économique et l’exploitation responsable des ressources en RDC et dans le monde.