Au Kosovo, des jeunes filles programment une application pour « marcher librement »

L’ambassadeur canadien Daniel Maksymiuk remet des certificats aux filles ayant participé au développement de l’application.

Au Kosovo, 47 % de la population est victime de harcèlement, mais seuls 7 cas ont été signalés en 2013 - 2014.

« Au Kosovo, de nombreuses femmes victimes de harcèlement ne vont pas directement le signaler à la police, car cette dernière ne prendra pas forcément un seul incident de harcèlement de rue au sérieux. S’il y avait plus de signalements, je pense qu’elle s’occuperait de ce problème bien plus sérieusement. »
– Albana Dulaj, programmeuse de Walk Freely

Pour résoudre le problème que représente le faible signalement des cas de violence fondée sur le sexe , l’ambassade du Canada en Croatie, par l’intermédiaire du Fonds canadien d’initiatives locales, soutient le développement d’une application appelée « Ec Shlirë », qui signifie « Walk Freely » (marcher librement) en anglais. L’ambassade a été fière de contribuer au financement de cette initiative, en collaboration avec l’Agence des États-Unis pour le développement international, le ministère du Travail et de la protection sociale de Kosovo et l’établissement d’enseignement supérieur R.I.T./A.U.K.

« Marcher librement » : signaler le harcèlement sexuel de manière anonyme.

L’application Walk Freely a été conçue pour améliorer la réponse institutionnelle au harcèlement sexuel à l’aide de prises de décisions basées sur les données et les faits ainsi que pour accroître la mobilisation des jeunes par le biais des nouvelles technologies.

Pour tirer profit du fort potentiel des populations connectées, Open Data Kosovo s’est associé au Réseau des femmes du Kosovo, à Girls Coding Kosovo et à la police du Kosovo pour développer l’application Walk Freely. Afin d’acquérir les compétences pratiques nécessaires au développement de l’application, un ensemble de jeunes femmes a participé à huit jours d’ateliers d’apprentissage informatique répartis sur une période de quatre mois. Les deux participantes les plus prometteuses se sont vues offrir des stages à la suite de ce projet.

Les ateliers ont permis à ces jeunes femmes d’acquérir des compétences qui les aideront à obtenir un emploi dans le secteur de la technologie. Le développement de l’application Walk Freely a contribué à lutter contre le manque de femmes dans la population active du Kosovo. D’après une étude réalisée par Democracy for Development, au Kosovo, seule une femme sur dix a un emploi et une sur dix cherche un emploi. Encourager les jeunes femmes à apprendre la programmation peut leur permettre de bénéficier de la même possibilité d’accès à l’emploi qu’ont les jeunes hommes.

L’application est gratuite à la boutique virtuelle Play Store d’Android et permet à toute personne de signaler tout type de harcèlement sexuel de manière anonyme et efficace, et ce, partout dans le monde. Cette application propose un mécanisme de signalement clair qui encourage les hommes et les femmes à signaler un cas de harcèlement afin de démontrer que le signalement peut entraîner un changement dans la société.

« Cette application obligera les hommes à réfléchir à deux fois avant de harceler quelqu’un. Et les femmes peuvent tirer une leçon de cela. Car elles ne devraient pas soutenir les hommes et dire ‘Oh, le harcèlement, ce n’est rien, ce n’est qu’occasionnel’. »
 – Vjosa Preniqi, programmeuse de Walk Freely

Le Canada est fier de soutenir ce projet qui vise à lutter contre les problèmes interdépendants du harcèlement sexuel, le manque de mécanismes de signalement et le taux de chômage élevé des femmes.

Instantanés de jeunes femmes programmant Walk Freely.
 

Les filles acquièrent des compétences afin de pouvoir développer Walk Freely.
 

Aperçu d’une partie de l’application.