Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

canada-ue.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Domaines stratégiques

Contenu supplémentaire

Environnement

Le Canada et l'Union européenne entretiennent de longue date des rapports de coopération en matière de politiques environnementales. Cette relation remonte à 1975, alors que le Canada et la Commission européenne ont signé un échange de lettres sur la coopération environnementale.

Dans le cadre du Dialogue de haut niveau Canada-UE sur l'environnement, des experts des deux parties se réunissent aux dix-huit mois, pour examiner les politiques et les progrès. Il a été récemment question de la biodiversité, du développement durable, des forêts, du mercure et des changements climatiques, entre autres dans cette tribune.

La discussion de haut niveau sur les enjeux environnementaux est complétée par des réunions périodiques d'experts du Canada et de l'UE dans le contexte des accords multilatéraux sur l'environnement auxquels ils sont tous deux parties. Les questions environnementales occupent aussi une place importante aux sommets annuels Canada-UE. Au Sommet 2008 à Québec, les dirigeants ont émis une déclaration visant à approfondir le dialogue de haut niveau sur l'environnement, en particulier par un travail sur la protection de la biodiversité, la gestion durable des forêts, et la gestion des produits chimiques et des déchets.

Au Sommet Canada-UE à Prague en 2009, les dirigeants ont souligné l'importance de développer un cadre stratégique post-2010 pour la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité en vertu de la Convention sur la diversité biologique (CDB). Ils ont aussi réaffirmé leur détermination à collaborer étroitement pour favoriser l'adoption d'un accord global, ambitieux et exhaustif, sur le changement climatique et réitéré le besoin d'atteindre une réduction d'au moins 50% des gaz à effet de serre dans le monde d'ici 2050,

Au Sommet UE-Canada en 2010, les dirigeants ont souligné que l'UE et le Canada continueront de poursuivre des ambitions élevées à l'égard des défis liés aux changements climatiques. Ils ont indiqué qu'intégrer les ententes intervenues dans le cadre de l'accord de Copenhague dans les textes de négociation de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) sera essentiel pour faire avancer les négociations.

Biodiversité

Le Canada et l'UE ont tous deux ratifié la Convention de l'ONU sur la diversité biologique. Le Canada a été le premier pays industrialisé à le faire et il est l'hôte du Secrétariat de la Convention sur la biodiversité. Le territoire du Canada renferme environ 7% des réserves d'eau douce mondiales. On y trouve 13 réserves de la biosphère de l'UNESCO et la plus grande superficie d'eau douce protégée du monde entier, le lac Supérieur.

Le Canada est un chef de file mondial dans le domaine de la conservation de la biodiversité et offre une importante contribution en préservant la nature sauvage et l'eau au profit des générations futures. Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont pris des mesures pour protéger plus de 100 millions d'hectares de terre, soit près de 10% de la masse terrestre du Canada, et 3 millions d'hectares d'océan.

Changements climatiques

Le Canada reconnaît que les changements climatiques représentent un défi mondial qui exige une solution planétaire. Il soutient une approche envers les changements climatiques qui offre des avantages économiques et environnementaux réels pour tous les Canadiens. Le gouvernement du Canada s'engage à réduire la totalité des émissions de gaz à effet de serre de 17% d'ici 2020 par rapport aux niveaux de 2005. Cette cible est inscrite dans l'Accord de Copenhague et elle est conforme à celle que proposent les États-Unis.

En 1992, le Canada a fait partie de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), un forum international portant sur les efforts mondiaux visant à relever les défis posés par les changements climatiques. Depuis la CCNUCC est entrée en vigueur en 1994, le Canada participe à ses réunions afin de discuter de l'action mondiale sur les changements climatiques, pour recueillir et partager des renseignements sur les émissions de gaz à effet de serre, des politiques nationales et pratiques exemplaires, et pour faire le point sur les progrès nationaux et internationaux relativement à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le Canada continuera de participer de manière active et constructive à la CCNUCC pour soutenir la mise en œuvre d'un régime en matière de changements climatiques qui est équitable et complet qui saura relever les défis mondiaux des changements climatiques et qui desservira les meilleurs intérêts des Canadiens.

Le Canada s'est engagé à travailler à l'échelle internationale pour combattre les changements climatiques par l'entremise des Nations Unies, y compris :

  • en fournissant annuellement des données sur les émissions de gaz à effet de serre;
  • en signalant son progrès dans la réduction des gaz à effet de serre;
  • en offrant de l'aide financière et un soutien technique aux pays en voie de développement, plus particulièrement aux pays les plus pauvres et vulnérables, afin de les aider à combattre les changements climatiques; et
  • en effectuant des observations scientifiques des changements climatiques mondiaux et de la recherche sur les changements climatiques et ses récpercussions.

Le Canada est également engagé à:

  • la Coalition pour le climat et l'air pur dans le cadre de laquelle Canada est un des principaux pays dirigeant des mesures concertées visant à réduire les polluants de courte durée de vie ayant un effet sur le climat;
  • le Forum des principales économies sur l'énergie et le climat, une initiative lancée en mars 2009, visant à rassembler les 17 principaux émetteurs au monde, afin de faire avancer les principaux enjeux évalués lors des négociations internationales sur les changements climatiques;
  • l'Initiative mondiale sur le méthane, une initiative voluntaire qui sert de cadre international pour faire la promotion d'une méthode de récupération du méthane rentable, et de son utilisation comme source d'energie propre;
  • le Partenariat REDD+, qui sert de plateforme pour accroître les mesures et le financement visant à réduire les émissions découlant de la déforestation et le dépérissement des forêts dans les pays en développement.
  • mettre en oeuvre une nouvelle réglementation rigoureuse pour limiter les émissions de gaz à effet de serre provenant du secteur de l'automobile;
  • mettre en œuvre le Règlement sur les carburants renouvelables;
  • collaborer avec les États-Unis à la réglementation des émissions provenant des camions lourds;
  • adopter un nouveau règlement sur la production d'électricité à partir du charbon;
  • poursuivre le dialogue sur l'énergie propre avec le gouvernement américain;
  • investir dans une infrastructure verte, l'efficacité énergétique, les technologies d'énergie propre ainsi que dans la production d'énergie et de combustibles plus propres grâce à l'investissement que le gouvernement du Canada effectue depuis 2006, et qui représente plus de 17 milliards de dollars;
  • fournir un investissement de 325 millions de dollars sur huit ans, dans le cadre du budget de 2013, afin de soutenir le développement de technologies propres offrant des gains d'efficience aux entreprises et favorisant un développement économique durable;
  • offrir aux termes de l'Accord de Copenhague un financement nouveau et supplémentaire pour la lutte contre les changements climatiques de 1,2 milliard de dollars pour les exercices 2010/11, 2011/12 et 2012/13.

Gestion des produits chimiques et des déchets

Le Canada continue d'être un chef de file mondial de la gestion du cycle de vie des produits et substances chimiques et contribue, par son Plan de gestion national des produits chimiques, à l'élaboration des enjeux, relatifs aux produits chimiques et aux déchets, actuellement examinés par la Commission du développement durable des Nations Unies. Environnement Canada a pris des engagement internationaux afin que les enjeux relatifs aux produits chimiques et aux déchets soient gérés de façon efficace par l'entremise d'ententes internationales, telles la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants, la Convention de Rotterdam sur la procédure de consentement préalable en connaissance de cause applicable à certains produits chimiques et pesticides dangereux qui font l'objet du commerce international et la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination, et par le coopération avec des organisations ou la participation à des initiatives clés, comme l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la Commission de coopération environnementale de l'Amérique du Nord.

Informations connexe

Canada

EU

Autre

Pied de page

Date de modification :
2013-08-23