Le partenariat Canada-Ghana en matière de recherche agricole à un impact durable


Un chercheur du CSIR (Conseil pour la recherche scientifique et industrielle) explique à la haute-commissaire du Canada au Ghana, Mme Trudy Kernighan, le processus de sélection des semences dans l'amélioration génétique de maïs à haute qualité protéique.


Phytogénéticien du CSIR (et ancien diplômé de l'Université de Guelph), le Dr Antwi-Boateng explique le processus de sélection des différentes variétés de maïs à haute qualité protéique.


Phytogénéticien de l’institut de recherche sur la culture de maïs du CSIR (et ancien diplômé de l'Université de Guelph), le Dr K. Obeng-Antwi explique le processus de sélection des différentes variétés de maïs à haute teneur protéique.


Le directeur de l’institut de recherche sur les cultures, la haute-commissaire du Canada au Ghana et le personnel des deux organisations posent pour une photo devant une variété de MQP, CIDA-Ba, nommée en l’honneur de l'ACDI.

Le Canada et le Ghana entretiennent un solide partenariat dans la recherche agricole grâce à la collaboration entre les universités canadiennes et ghanéennes, à l’accroissement de la capacité des institutions nationales de recherche, ainsi qu’à d'autres projets de développement financés par le Canada.

L'appui du Canada a permis au Ghana d’élaborer un système de recherche agricole qui améliore la sécurité alimentaire et la croissance économique dans tout le pays.  

La contribution du Canada au Projet de développement de la culture des céréales au Ghana (PDCCG) se fait encore sentir aujourd'hui. Le PDCCG, financé par l'Agence canadienne de développement international (ACDI), a duré de 1979 à 1997; il consistait en un projet de recherche agricole et de vulgarisation qui mettait l'accent sur ​​l’accroissement de la capacité institutionnelle et sur l'égalité des sexes.

Le projet a été cité par la Banque mondiale dans son Rapport 2008 sur ​​le développement dans le monde comme « l'une des rares réussites africaines d’un projet à long terme financé pour accroître la recherche nationale et la vulgarisation au profit de la production alimentaire. »

L'appui du Canada au PDCCG a contribué à la création de plusieurs nouvelles variétés améliorées de maïs que les agriculteurs utilisent encore largement, notamment les variétés de maïs à haute qualité protéique (MQP) dont la valeur nutritive est plus élevée que celle des variétés traditionnelles.

Les variétés MQP sont actuellement utilisées dans plus de 15 pays. À la suite de ce projet, les agriculteurs ghanéens ont considérablement accru leurs rendements et leurs revenus. Pour témoigner de l'étroite collaboration entre le Canada et le Ghana, les chercheurs ont surnommé l'une de ces nouvelles variétés « CIDA-Ba (bébé de l'ACDI) ».   

Le Canada continue de soutenir le système agricole du Ghana, en s'appuyant sur les leçons tirées du PDCCG. Le Canada fournit une aide budgétaire directe au ministère de l'Alimentation et de l'Agriculture, dont un soutien aux comités de liaison de la recherche et de la vulgarisation – un concept élaboré dans le cadre du PDCCG.  

Lors d'une récente visite à l'Institut de recherche sur les cultures – l'organisme d'exécution du PDCCG – Mme Trudy Kernighan, haute-commissaire du Canada, a déclaré que « le Canada est fier du rôle qu’il a joué en soutenant la recherche agricole au Ghana. Les variétés de maïs élaborées avec l'appui du Canada sont maintenant largement utilisées par les agriculteurs. »