Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

guatemala.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
Bookmark and Share

Le Canada aide les Guatémaltèques à briser le cycle de la violence et du silence


Des représentants du CECI et de l’ambassade du Canada, et des employés municipaux à San Jacinto.
   

Les anciens locaux destinés aux victimes à Chiquimula.
   

Les nouveaux locaux dans le poste de police de Chiquimula. Les fonds canadiens ont aidé à rénover les bureaux, à acquérir des meubles, installer l’éclairage, et créer des espaces pour les enfants.
   

Les anciens locaux à San Jacinto.
   

Les nouveaux locaux à San Jacinto, avec un second étage tout neuf.
   

Un membre du personnel du Bureau de la protection des femmes informe des femmes de leurs droits et des services qui peuvent les aider en cas de violence.
   

Chaque matin, Mayra Liseth Vanegas se réveillait en se demandant si elle allait voir l’aube du jour suivant. Pendant cinq années, elle a supporté en silence les brutales agressions de son conjoint. Mayra vivait un cycle de violence qu’elle croyait impossible de rompre. Le jour où la rage de son mari s’est tournée vers son jeune fils, son instinct maternel l’a poussée à le dénoncer auprès d’un juge qui a délivré une ordonnance de non-communication. Malheureusement, le système, depuis toujours indifférent à la violence à l’égard des femmes, ne l’a pas protégée, et son mari était de retour peu de temps après. La brutalité et la cruauté des agressions physiques et psychologiques contre Mayra et son fils se sont empirées.

Pour les femmes, le Guatemala est un endroit très dangereux. Selon l’ombudsman des droits de la personne, ce pays occupe la deuxième place des pays les plus violents au monde pour les femmes. En 2012, quelque 700 femmes ont été assassinées souvent après avoir été violées, et leurs corps mutilés, abandonnés à la vue de tous. Cibler les femmes fait partie des méthodes de représailles et d’intimidation des gangs rivaux et des organisations criminelles, mais la grande majorité est victime de violence conjugale.

Le plus tragique? Ces morts ne sont que de simples faits divers.

Des ateliers subventionnés par le Canada consacrés aux droits et aux ressources

Un jour, des amis de Mayra l’ont convaincue de participer à un atelier offert par le comité municipal pour les femmes, dans le cadre d’un projet de 1,2 M$ soutenu par le Fonds canadien pour la paix et la sécurité mondiales visant à sensibiliser la population à la violence sexospécifique et à améliorer l’accès à la justice.

Mayra se souvient : « On nous a projeté une vidéo, et je pouvais y voir ma vie. Savoir que d’autres femmes avaient subi les mêmes traitements et qu’elles s’en étaient sorties m’a donné le courage dont j’avais besoin pour dénoncer mon mari aux autorités et faire ce qu’il fallait pour qu’il ne s’approche plus de moi et de mon fils. Après tout, nos vies comptaient et je n’étais pas seule. »

Soutien mutuel et réseaux de femmes

Cela fait un an que Mayra a participé à cet atelier. Elle conseille à son tour des femmes vivant la même situation; devenue une figure de proue au sein de sa collectivité, elle s’emploie à aider d’autres femmes. [vidéo disponible en espagnol seulement]

En coopération avec des partenaires nationaux et internationaux, le Canada s’efforce d’aider plus de femmes à briser le mur infernal du silence. En partenariat avec le Centre d’étude et de coopération internationale (CÉCI), le Canada a contribué à l’amélioration et l’efficacité des bureaux de prévention et d’intervention dans les villes guatémaltèques de San Juan Ermita, San Jacinto et Esquipulas.

Plus de 15 000 femmes ont pris part aux ateliers subventionnés par le Canada et à d’autres activités visant à les sensibiliser, et à les informer de leurs droits et sur les institutions susceptibles de les aider. En collaboration avec les bureaux municipaux de ces trois villes pour la prévention de la violence à l’égard des femmes, le projet a donné lieu à la création de réseaux de soutien.

Depuis le lancement du projet, d’autres collectivités de la région se sont adressées aux autorités municipales pour demander un soutien de même nature. On peut espérer que le mur du silence est en train d’être brisé… à partir de la base, une municipalité à la fois.

Pied de page

Date de modification :
2013-05-28