La Promotion de la Culture Maya comme une Opportunité pour la Croissance Économique en Solola.


Danseurs mayas.


Danseurs mayas.

Entre septembre 2012 et mai 2013, un groupe d’artistes guatémaltèques, avec le soutien du Canada, de la Suède et de l’Espagne, a organisé le festival itinérant Q’ij Sac (Transcendance dans le temps) qui vise à recréer les anciennes traditions indigènes et à attirer l’attention sur des thèmes tels que la réflexion et le dialogue entre différentes générations, communautés ethniques, hommes et femmes, guides spirituelles, chefs communautaires et autorités sur l’héritage maya et ce qu’il signifie aujourd’hui.  Les groupes d’artistes qui ont contribué à ce festival, parmi eux  Sotz’il et Tz’utujil hip hop, ont fait 17 représentations gratuites dans 16 municipalités du département de Sololá, et ont fini avec un spectacle devant le Palais National de la Culture, en présence des autorités du Ministère de la Culture, de l’Institut Guatémaltèque  du Tourisme, du Congrès de la République et des représentants diplomatiques.

Depuis 2009, l’Agence Canadienne de Développement International a soutenu la croissance économique durable du Solola à travers le Projet de Développement Économique Rural du Département de Solola (PROSOL).  Le Département de Solola, comme le reste du Guatemala, est un lieu de contrastes. Il possède un des plus beaux lacs du monde, des paysages exubérants, une diversité naturelle et culturelle énorme, en plus d’artisanat, des légumes et du café d’une qualité très reconnue. Malgré cela, la carté de pauvreté rurale récemment publié par l’Institut National des Statistiques et la Banque Mondiale a montré que le Solola est le deuxième département plus pauvre du pays, avec un taux de pauvreté générale du 84,5% et un taux de pauvreté extrême du 14,6%.

Le PROSOL a une valeur de CAN$ 10,6 Millions et il est exécuté par deux organisations canadiennes,  CECI et SOCODEVI.  À travers de ce projet le Canada aide la population du Sololá à améliorer sa productivité agricole et son accès aux marchés.  Le projet travaille aussi avec les autorités locales pour renforcer la qualité de leur planification et leur investissement pour la croissance économique.

La célébration du changement d’ère maya en décembre 2012 a presenté une opportunité unique pour attirer l’attention mondiale vers la culture maya et réaffirmer et revaloriser l’identité des peuples maya-descendantes qui habitent au Guatemala aujourd’hui; mais c’était aussi une opportunité pour promouvoir la croissance économique de ces communautés.  Le festival Q’ij Sac (Transcendance dans le temps) visait justement à profiter de ce moment historique pour exhiber les traditions indigènes par moyen de la danse, la musique et le théâtre, en invitant à la réflexion et le dialogue entre différentes générations, communautés ethniques, hommes et femmes, guides spirituelles, chefs communautaires et autorités sur l’héritage maya et ce qu’il représente.

Le Canada, par l’intermédiaire  du PROSOL, et en collaboration avec les gouvernements de l’Espagne et de la Suède, a apporté  Q.450 000 pour appuyer l’effort de ce groupe d’artistes.  Cette contribution aide non seulement à promouvoir la connaissance et la revalorisation de la culture des peuples originaires du Guatemala, mais aussi à la construction d’un sens de communauté en favorisant la coexistence, la paix, et en conséquent un environnement plus favorable pour l’apparition et le développement d’opportunités économiques.