Le Canada soutient un essai sur les variétés de pommes de terre irlandaises au Guyana

Lawrence Aimoe, Directeur exécutif de l'Office de consultation des Autochtones en Alberta fait une présentation aux dirigeants autochtones

Le Haut-commissaire du Canada, M. Pierre Giroux a visité un des terrains pilotes à Laluni, Soesdyke, Région 4.
 

Auparavant, on croyait que les pommes de terre irlandaises ne pouvaient pas être cultivées de façon commerciale au Guyana. Pourtant, environ 5 675 tonnes de pommes de terre y sont maintenant consommées chaque année.  

Un essai de recherche sur plusieurs variétés de pommes de terre irlandaises est en cours afin de déterminer si elles sont adaptées aux conditions locales. Des parcelles pilotes de pommes de terre irlandaises occupant 13,25 acres sont soutenues dans le cadre du projet régional pour les Caraïbes de 20 millions de dollars financé par le Canada, le projet Promotion de la production agricole régionale par la création d’entreprises et de réseaux (PROPEL).

L’essai a commencé il y a environ un an, lorsqu’une évaluation initiale de l’adaptation aux conditions guyaniennes pour la culture des pommes de terre a été menée par l’intermédiaire du projet PROPEL. Avec des résultats prometteurs, le projet soutenait également plusieurs initiatives de renforcement de la capacité, y compris des échanges interrégionaux pour les producteurs locaux choisis et des chercheurs du National Agriculture Research and Extension Institute (NAREI).

Récemment, le Haut-commissaire du Canada, M. Pierre Giroux a visité un des terrains pilotes à Laluni, Soesdyke, Région 4. Il a souligné que les réalisations du projet PROPEL étaient un élément important de la contribution du Canada à la diversification agricole au Guyana comme véhicule d’une croissance économique durable. Grâce au projet, qui est mis en œuvre par Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC), le Canada offre des semences et un soutien technique aux fermiers afin de les aider à créer les meilleures conditions possible pour la culture de pommes de terre irlandaises. Un élément clé de la durabilité de cette initiative est la formation et le renforcement de la capacité des conseillers agricoles du NAREI qui seront alors en mesure de soutenir les fermiers qui souhaitent se lancer dans la culture de la pomme de terre irlandaise.

Une initiative semblable réalisée dans le cadre du projet financé par le Canada en Jamaïque a été remarquablement bien réussie et a mené à la substitution des importations et à une culture locale de pommes de terre répondant à environ 80 % de la demande jamaïcaine. Tout indique que des résultats semblables ou meilleurs découleront de l’initiative au Guyana. Déjà à la 4e semaine de l’essai, la production est comparable aux normes internationales. Le Haut-commissariat du Canada était particulièrement satisfait de toutes les variétés mises à l’essai. Les variétés canadiennes des pommes de terre irlandaises se sont avérées être celles ayant le plus de potentiel.

Le projet a déjà assuré un marché local pour la première récolte de pommes de terre irlandaises et vise également à s’assurer que tous les intervenants, des producteurs aux consommateurs, participent. Les implications pour le Guyana sont importantes grâce au succès de cet essai et aux progrès dans la production. L’objectif est d’être en mesure de répondre à la majorité de la demande locale en matière de pommes de terre irlandaises afin d’aider les fermiers, le secteur agricole et l’économie.