Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

Hongrie.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil

Au moyen de l’art et l’histoire, les jeunes luttent contre les préjugés et la discrimination


L’exposition a été bien reçue par un auditoire diversifié. Les participants et les parrains comprenaient l'école secondaire des arts Szombathely, l'école primaire pour malvoyants (Budapest), l'école communautaire juive Lauder Javne (Budapest), l'école primaire et secondaire Fazekas Mihály (Budapest), l'école secondaire de la Fondation Kürt (Budapest), l'Université de l'Église réformée Károli Gaspar (Budapest), Visual World Foundation, la Commission nationale hongroise de l’UNESCO, et le Musée commémoratif de l'Holocauste de États-Unis, un projet de la Conférence pour l’enseignement international de l’Holocauste. 
 

L’exposition, qui se composait de dix œuvres d’art et d’installations en 3D, était la production collective de plus de 200 étudiants. 
   

Ambassadeur Helfand discute l'importance de la diversité et de droits de l'homme avec les élèves et les enseignants. 
   

Des survivantes de l’Holocauste ont partagé leur expérience inspirante de la période de l’Holocauste. 
   

L’ambassadrice Lisa Helfand a fait visiter l’exposition et a discuté des arts et de l’inspiration des étudiants, avec l’apport du conseiller artistique et de la personnalité médiatique Nóra Winkler. 
   

Il s’agissait d’une expérience unique qui a permis aux étudiants d’intégrer l’histoire et l’art pour lancer un dialogue sur l’inclusion.

   

Les étudiants et les enseignants ont travaillé dur pour réfléchir de façon créative au sujet des concepts qu’ils ont appris et les transformer en magistrales œuvres d’art.
Références photographiques : Judit Kocsis, Visual World Foundation

   

L’ambassade du Canada à Budapest a accueilli une exposition d’art émouvante réalisée par des étudiants qui communiquait de façon créative l’importance des droits de la personne et la valeur de la diversité.

L’exposition, qui se composait de dix œuvres d’art et d’installations en 3D, était la production collective de plus de 200 étudiants, qui ont participé à un projet visant à promouvoir la tolérance et l’inclusion au moyen des médias et de l’éducation. Visual World Foundation, une organisation non gouvernementale (ONG) basée à Budapest, a dirigé le projet de lutte contre la discrimination « Votre décision: Former les spectateurs à devenir des participants » en travaillant avec des étudiants de six établissements d’enseignement hongrois du niveau élémentaire au niveau universitaire pour produire l’œuvre d’art exposée à l’ambassade.

Pour lancer l’exposition, l’ambassadrice du Canada auprès de la Hongrie, de la Slovénie et de la Bosnie-Herzégovine au Canada, Lisa Helfand, a parlé de la lutte du Canada contre l’antisémitisme et de l’importance de l’inclusion et de la tolérance pour vaincre la discrimination dans un film de douze minutes qui a été projeté dans les salles de classe, galvanisant les efforts des étudiants.

L’histoire inspire l’art

En utilisant deux exemples historiques, l’Holocauste et le génocide du Rwanda de 1994, de jeunes participants ont étudié des questions difficiles, se concentrant sur le rôle que les personnes ordinaires jouent lorsqu’elles sont confrontées à des tragédies humaines. Le projet a étendu l’enseignement traditionnel sur la discrimination, qui a tendance à être axé sur les victimes et les responsables. Les étudiants ont travaillé à comprendre les motivations des individus qui sont restés spectateurs lorsque leurs amis, camarades de classe et voisins ont été privés de leurs droits, alors que d’autres, au contraire, se sont courageusement engagés et ont aidé ceux qui étaient dans le besoin, leur sauvant la vie en fin de compte.

« Nous pouvons difficilement nous former à être des héros, mais si nous sommes de plus en plus nombreux à comprendre nos peurs et nos motivations, reconnaissant ce que nous pouvons faire pour aider les autres, alors nous pouvons peut-être agir en tant qu’être humain même lorsque la pression est forte. »
Zsuzsanna Kozák, Visual World Foundation

Pour introduire le projet d’exposition, la dirigeante Zsuzsanna Kozák a rappelé l’importance de la dignité humaine et de la responsabilité individuelle envers les autres personnes qui pourraient faire l’objet de toute forme de discrimination. Les jeunes, les enseignants, les éducateurs et les psychologues scolaires ont collaboré au moyen des médias sociaux pendant quatre mois. Leurs expériences ont été complétées par la participation des survivantes de l’Holocauste Éva Fahidi et Katalin Sommer, qui ont partagé leur expérience inspirante de la période de l’Holocauste, ce qui a ému les participants et aidé le public à ressentir et à comprendre les répercussions personnelles de ces événements.

L’exposition a été bien reçue par un auditoire diversifié. L’ambassadrice Lisa Helfand a fait visiter l’exposition et a discuté des arts et de l’inspiration des étudiants, avec l’apport du conseiller artistique et de la personnalité médiatique Nóra Winkler. L’ambassadrice a dit aux étudiants qu’elle était impressionnée par la qualité de leur travail, « qui transmet un profond sentiment de compréhension des expériences des autres personnes ». Miklós Thaisz, un haut représentant du gouvernement du ministère de la capacité humaine a reconnu que l’exposition parvenait à renforcer les principaux concepts tels que la démocratie et la citoyenneté active dans une mesure que les jeunes comprennent le mieux. Miklós Réthelyi, président de la Commission nationale hongroise de l’UNESCO, a indiqué que l’éducation était le meilleur moyen de combattre l’intolérance et la xénophobie. Il a également annoncé que le projet avait bénéficié du parrainage de la Commission nationale hongroise de l’UNESCO.

Devenir un voisin

L’ouverture de l’exposition a été suivie par une formation d’une demi-journée et un atelier destiné aux étudiants et aux enseignants. Szilvia Gyurkó, une activiste locale pour les droits de l’enfant, a tenu une formation de sensibilisation pour les étudiants afin de mettre en évidence les occasions et les responsabilités en tant que voisin. Les enseignants ont étudié de quelles façons les leçons tirées des génocides passés pouvaient être traduites en discussions en classe. La survivante de l’Holocauste Éva Fahidi a fait participer les étudiants et les enseignants à un jeu de rôles créatif et stimulant pour chercher à redéfinir les concepts et les termes liés à la responsabilité individuelle.

Le projet a eu un effet significatif sur les participants; les étudiants de différentes écoles et de différents contextes ont eu l’occasion de célébrer leurs différences et les éléments qui les relient. Les étudiants, les enseignants et les spectateurs ont acquis une meilleure compréhension de la promotion de l’inclusion et de l’égalité ainsi que des avantages de la diversité par le Canada.

Il est prévu que l’œuvre d’art des étudiants voyage dans les six écoles participant au projet et soit exposée dans d’autres lieux dans les mois à venir.

Pied de page

Date de modification :
2016-07-18