Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

kenya.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Relations bilatérales

Relations Canada - Kenya

Relations diplomatiques et représentation officielle

Le Canada a établi des relations diplomatiques avec le Kenya en 1963, après son accession à l’indépendance.

Au Kenya, le Canada est représenté par le haut-commissariat canadien situé à Nairobi, la mission canadienne la plus importante en Afrique. Le haut-commissariat coordonne également les relations canadiennes avec cinq autres pays de la région, et avec le Bureau des Nations Unies à Nairobi, siège du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et du Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-HABITAT). Le Kenya est représenté au Canada par un haut-commissariat situé à Ottawa.

Relations bilatérales

Les relations bilatérales entre le Canada et le Kenya sont solides et fondées sur des intérêts communs, particulièrement au chapitre de la sécurité régionale. L’économie du Kenya est la plus importante de l’Afrique orientale et, grâce à son port principal, le Kenya est une voie commerciale essentielle pour le reste de l’Afrique.

Le 9 avril 2013, le président Uhuru Kenyatta a été assermenté à titre de quatrième président du Kenya, après les élections du 4 mars 2013 qui ont élu le président, le nouveau Parlement et les gouverneurs de comtés. Il s’agissait des premières élections en vertu de la nouvelle constitution du Kenya, adoptée en 2010, en guise de réponse nationale aux violences postélectorales de 2007-2008. Le Canada a salué la tenue d’élections pacifiques au Kenya à l’occasion des premières élections tenues dans le cadre de la nouvelle constitution. Le groupe d’observateurs du Commonwealth a conclu « que malgré certaines lacunes, les élections générales de 2013 étaient crédibles et respectaient la plupart des normes d’élections démocratiques auxquelles s’était engagé le Kenya ».

Le Kenya est un joueur de premier plan dans les efforts régionaux visant à renforcer la paix et la sécurité, à titre de membre de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et comme membre actif qui assume la présidence du Conseil de la paix et de la sécurité de l’Union africaine. Le Kenya participe aux efforts de l’Union africaine pour stabiliser les relations entre le Soudan et le Soudan du Sud, et a déployé des soldats en Somalie dans le cadre de l’AMISOM, ainsi qu’au Soudan, au Soudan du Sud, en République démocratique du Congo et au Libéria dans le cadre de missions de maintien de la paix.

Le Kenya accueille le Centre international de formation au soutien de la paix (CIFSP) qui a profité de l’appui du Groupe de travail sur la stabilisation et la reconstruction du MAECI. Le Kenya est membre du Programme de formation et de coopération militaires depuis 1970, et compte plus de 300 officiers kényans formés à ce jour. Par ailleurs, deux officiers des Forces canadiennes sont déployés à temps plein au Centre de formation international pour le soutien de la paix à Nairobi. 

Aide au développement           

À Nairobi, la section développement du haut-commissariat est chargé des programmes touchant le Kenya, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe, en plus de soutenir le Programme régional panafricain et des initiatives en Somalie et dans d’autres pays de la sous-région. En 2011-2012, le Canada a versé environ 58,02 M$ à l’appui des initiatives de développement au Kenya, dont 6,04 M$ à des ONG canadiennes. Dans le cadre de son programme pour le Kenya, le Canada met l’accent sur l’éducation de base des enfants et des jeunes, et sur l’obligation du secteur public de rendre compte de leurs activités.

Le Canada a versé 2,9 M$ à la Commission électorale indépendante chargée du redécoupage des circonscriptions (IEBC) par l’entremise d’un fonds commun du programme de développement des Nations Unies (PDNU) pour soutenir la préparation et la tenue des élections de 2013.

Le conflit de longue date qui déchire la Somalie voisine, combiné à la sécheresse et la famine qui ont touché la Corne de l’Afrique en 2011, a provoqué une crise humanitaire en Somalie et l’exil massif de Somaliens vers le camp de Dadaab, au Kenya, qui est le plus grand camp de réfugiés au monde. Le Canada a versé 161,1 M$ pour répondre aux besoins humanitaires découlant de la sécheresse et de la famine, dont 98,3 M$ aux organisations qui œuvrent en Somalie, ou encore pour soutenir les réfugiés somaliens dans les pays voisins comme le Kenya.

Commerce

Le Canada entretient de bonnes relations commerciales avec le Kenya, qui propose un environnement propice aux affaires et qui est une plaque tournante du transport pour la région. Le commerce bilatéral de marchandises a atteint 116,7 M$ en 2012, soit 95,5 M$ en exportations et plus de 21,1 M$ en importations du Kenya. 

Les investissements canadiens les plus notables au Kenya se concentrent dans le secteur des ressources naturelles, où de petites compagnies d’exploration minière cherchent activement des gisements de minéraux et de pétrole. D’autres investissements canadiens importants ont été faits, notamment dans les centres de maintenance aéronautique, les centres d’appels et les hôtels. Le Kenya propose également des occasions d’affaires dans le secteur des technologies propres, les infrastructures de transport et le domaine de l’éducation.

Octobre 2013

 


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Pied de page

Date de modification :
2013-10-24