Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

kenya.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
Bookmark and Share

Les enfants kényans plantent des arbres pour l’unité nationale

Un enfant tenant un semis dans ses mains
Un enfant d’âge scolaire de Malindi tenant un semis dans ses mains avant de le planter.
   
Les enfants de Malindi durant un exercice de ralliement
Les enfants de Malindi durant un exercice de ralliement
   
Les enfants durant un exercice de ralliement
Les enfants de Malindi durant un exercice de ralliement
   
Melanie Boyd remettant des certificats à un jeune
Melanie Boyd, chef de la Coopération au Haut-commissariat du Canada à Nairobi remettant des certificats d’amitié à un jeune qui participe au programme « Un enfant, un arbre »
   
Des enfants chantant
Des enfants d’âge scolaire chantant une chanson durant un exercice de ralliement
   

Les voix des enfants qui chantent remplissent l’espace d’une plage sablonneuse à Malindi, une ville côtière kenyane de ce pays de l’Afrique de l’Est. Les enfants chantent la chanson d’un pays unifié, un pays où l’ethnicité négative est non existante et un pays où l’environnement est respecté avec un son de clairon lançant un appel à « Un peuple, une nation ».

Au-delà de 150 enfants de diverses régions, antécédents ethniques et âges jouent et interagissent les uns avec les autres pour la première fois, mais il semble qu’ils se soient connus mutuellement toute leur vie.

Il y a quatre ans à peine, le Kenya a subi une de ses pires crises politiques, économiques et humanitaires. Des élections générales ont eu lieu dans le pays le 27 décembre 2007 et des nombreuses irrégularités ont déclenché des protestations et des affrontements violents avec des nuances de fond ethniques. Les violences ont mené à 1 500 morts et des centaines de milliers de déplacés.

Le Canada a été un des premiers pays à ce moment-là à accueillir un accord de partage des pouvoirs, représenté par l’ex-secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) Kofi Annan, qui a permis la mise en place d’un gouvernement de coalition pour mettre fin à la crise politique. Cet accord est devenu la première étape sur la voie menant au rétablissement de la paix et de la stabilité au Kenya.

De retour sur la plage, les enfants jouent et reçoivent des certificats d’amitié alors qu’ils se préparent à planter des arbres qui cultiveront l’espoir et favoriseront la cohésion parmi les différentes collectivités ethniques dans le cadre d’une expérience de ralliement.

Ce programme « Un enfant, un arbre » a été organisé par la Green Friends Foundation qui a reçu une subvention du Canada par l’intermédiaire de l’Agence canadienne de développement international (ACDI). L’organisme vise à mettre fin à l’ethnicité négative au Kenya, en plus de créer des assises solides sur lesquels ériger une conscience environnementale chez les enfants d’âge scolaire.

« Les enfants seront les leaders de demain et ils exerceront une grande influence sur leurs collectivités locales », a déclaré Godfrey Karume, le fondateur et dirigeant principal dela Green FriendsFoundation. « Les enfants ne véhiculent pas les stéréotypes et les préjugés ethniques que les adultes ont acquis au fil de leur socialisation. La grande partie de la lutte contre l’ethnicité négative et les changements climatiques ne peut être remportée que par un effort concerté de la part de tous, les enfants comme les adultes », a-t-il ajouté.

Les enfants qui fréquentent l’école sont assignés à des modules de six enfants où chaque enfant représente une des six écoles participantes de différentes régions et collectivités ethniques du Kenya. Les enfants plantent ensuite un arbre pour signifier le lien national qu’ils ont créé et ils acceptent d’assumer la responsabilité de prendre soin de l’arbre planté.

Les arbres utilisés pour l’exercice sont des espèces indigènes et à croissance lente pour signifier que le lien d’amitié créé durera toute une vie et qu’eux, en tant qu’enfants, formeront la prochaine génération qui s’affranchira du carcan de l’ethnicité négative.

« Ce projet jouera un rôle dans l’avancement de la paix et de la cohésion au Kenya mais, surtout, il place les enfants au cœur de la démarche, puisqu’ils sont l’espoir d’un avenir meilleur et paisible ainsi que d’un avenir où l’écodurabilité est favorisé. » – Melanie Boyd, chef de la Coopération au Haut-commissariat du Canada à Nairobi.

Grâce à la subvention provenant de l’ACDI,la Green FriendsFoundation travaillera avec au moins six écoles primaires publiques à proximité de la côte kényane en vue de cibler 600 enfants des écoles primaires et de les jumeler à d’autres écoles publiques du Kenya comptant au moins 1 200 arbres plantés et alimentés dans la région et une autre tranche de 10 000 arbres plantés et alimentés dans des écoles à l’échelle du pays chaque année. Ce projet contribuera à améliorer les valeurs de démocratie, de cohésion et de nationalisme chez les enfants d’âge scolaire et chez la société en général.  

Assise à une extrémité de la plage, une adolescente de 13 ans du nom de Jacqueline Tinkuli a voyagé plus de 12 heures avec d’autres élèves de son école de Narok, dans la vallée du Rift. Elle est membre des Massaï, la collectivité pastoraliste bien connue du Kenya.

C’est la première fois qu’elle aperçoit l’océan; c’est également la première fois qu’elle se fait des amis parmi les enfants d’autres collectivités ethniques le long de la côte. Jacqueline découvre que ses nouveaux amis ont les mêmes rêves, les mêmes peurs, les mêmes aspirations qu’elle.

« Bien que mes amis proviennent d’une tribu différente, les rencontrer m’a aidée à comprendre que nous sommes tous pareils. Nous avons tous été créés par un même dieu et nous sommes tous Kényans », a précisé Jacqueline. « Nous n’avons pas choisi d’être Kényans, nous devrions donc apprendre à nous aimer et à nous accepter les uns les autres », a-t-elle ajouté.

Dès son retour dans son village natal, Jacqueline prévoit parler à ses parents, à sa famille élargie et à ses amis de l’importance du nationalisme et de l’acceptation des autres collectivités ethniques, peu importe leurs points de vue ou leur culture.

« En plantant les arbres avec des amis de mon module, nous avons guéri la terre mais je crois que cela guérira nos cœurs davantage », a précisé Jacqueline.

Près de la moitié des 7 milliards d’habitants de la planète sont âgés de moins de 25 ans, avec 90 % des enfants et des adolescents vivant dans des pays en voie de développement tels que le Kenya. Par le truchement dela Stratégiede l’ACDI sur les enfants et les jeunes, une des priorités de l’Agence, les enfants comme Jacqueline peuvent aujourd’hui grandir et devenir des adultes débrouillards, engagés et productifs, prêts à accomplir la tâche d’aménager un avenir meilleur pour eux-mêmes et pour leurs pays.

>> Pour en savoir plus sur les activités du Canada à l’étranger ou raconter les vôtres, Coup d’œil sur le monde vous attend!

 

Pied de page

Date de modification :
2012-03-21