The Equality Effect - Lutte en faveur d’une justice pour les enfants victimes de viol au Kenya

Ateliers 160 filles à Meru, organisé en partenariat avec Ripples International (organisation partenaire : Effet d’égalité à Meru, Kenya) Crédit photo: Brian Jaybee.

Enfants victimes de viol Crédit photo : Bryan Jaybee

Des membres de la communauté et de la police travaillant ensemble. Crédit photo : Bryan Jaybee

Éduquer les communautés à l’aide d’informations cruciales sur les affaires de viol. Crédit photo : Bryan Jaybee

Du centre vers la droite : Fiona Sampson, David Angell, haut-commissaire du Canada au Kenya et les élèves d’une école au lancement de la campagne « 160 filles + Moi » à Nairobi (Kenya). Crédit photo : Jacquie Labatt

Une salle d’audience ne semble pas être source de changement social. Pourtant, c’est dans ce domaine que l’ONG canadienne The Equality Effect a axé ses efforts pour résoudre le problème des viols d’enfants au Kenya.

À l’aide d’une équipe d’avocats répartie entre deux continents, The Equality Effect a recueilli des informations et a déposé une plainte dans laquelle elle déclare que 240 affaires relatives à des déflorements d’enfants n’ont pas fait l’objet d’enquêtes complètes en 2012.

Ce constat a donné lieu en 2013 à une décision inédite de la Haute Cour du Kenya de former les employés des organismes d’application de la loi quant au traitement des affaires de viols de mineurs et à la manière d’enquêter sur ces dernières, afin de s’assurer que les victimes ont accès à la justice.

Le haut-commissariat du Canada au Kenya, par l’intermédiaire du Fonds canadien d’initiatives locales, a soutenu l’initiative The Equality Effect, et notamment la mise en œuvre d’une formation policière conjointe pour les organismes canadiens et kenyans d’application de la loi, l’élaboration d’une application mobile permettant d’enregistrer les accusations de viol et le lancement de la campagne de sensibilisation du public « 160 filles et moi ».

« De nombreux progrès ont été réalisés au Kenya, notamment en attaquant de front le problème du viol d’enfant, mais il reste beaucoup à faire. Ceci n’est pas un phénomène unique à notre pays »,
Fiona Sampson, fondatrice et présidente de The Equality Effect.

Une police qui travaille de concert pour arrêter les agresseurs

Dans le cadre de leur formation, les agents de police canadiens et kenyans ont adopté une méthode d’apprentissage et de mentorat entre pairs. La formation était axée sur l’apprentissage des étapes à suivre dans ce genre de situation, et ce du dépôt d’une plainte pour viol jusqu’à l’arrestation des agresseurs et leur comparution devant la justice. La formation a également traité des difficultés rencontrées par les polices canadienne et kenyane lors des enquêtes relatives à des affaires de déflorement et les agents ont été amenés à chercher des solutions à ces problèmes.

Une application mobile qui donne le pouvoir aux enfants victimes de viols

L’application mobile The 160 Girls permet aux communautés d’accéder à des informations cruciales sur les affaires de viol. Parmi les principales caractéristiques de l’application, on retrouve des informations sur les étapes à suivre lors d’une enquête pour viol, une présentation des droits des victimes, les devoirs de la police et un plan spécifiquement conçu pour permettre aux communautés de trouver le poste de police le plus proche.

La campagne « 160 Filles + Moi » vient en aide aux victimes

La campagne « 160 Filles + Moi » a permis de mobiliser des membres de l’opinion publique qui ont manifesté leur solidarité avec les victimes de viols. Cette campagne a appelé à une prise de responsabilités de la police et des communautés afin de garantir l’arrestation et la poursuite judiciaire des personnes auteurs de viol. 

Le Canada continue de soutenir les projets de l’initiative The Equality Effect, qui souhaite continuer à se développer et effectuer le même travail au Ghana et au Malawi, où le taux de viols sur les personnes mineures demeure alarmant et où le stigmate social lié aux victimes de viol empêche ces dernières d’accéder à la justice.