Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

Corée.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Relations bilatérales

Canada et République populaire démocratique de Corée

Corée du Nord

La République démocratique populaire de Corée est un État autoritaire dirigé par le Parti des travailleurs de Corée sous la gouverne dynastique de Kim Il Sung (1953-1994), de son fils Kim Jong Il (1994-2011) et de son petit-fils Kim Jung Un (2011 – à ce jour). La Corée du Nord a déclaré son indépendance en 1948. La frontière qu’elle partage actuellement avec la République de Corée (Corée du Sud), et qui forme une diagonale qui croise le 38e parallèle, a été établie aux termes de l’accord d’armistice qui a mis fin aux hostilités de la guerre de Corée (1950-1953).

Relations bilatérales

Le Canada a reconnu la République de Corée en 1949 et la République démocratique populaire de Corée en 2000. Les relations diplomatiques entre le Canada et la Corée du Nord ont débuté en 2001. Cependant, les actes d’agression posés par la Corée du Nord en 2010 ont poussé le Canada à imposer des restrictions sévères à leur relation en octobre de la même année. En particulier, le gouvernement du Canada a annoncé l’adoption d’une politique d’engagement restreint envers la Corée du Nord, qui est toujours en place aujourd’hui. En vertu de cette politique, les relations bilatérales officielles avec le gouvernement nord-coréen se limitent aux questions suivantes : 1) les préoccupations liées à la sécurité régionale; 2) la situation humanitaire et des droits de la personne en Corée du Nord; 3) les relations intercoréennes; 4) les questions consulaires. Toutes les activités de coopération et les communications entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la Corée du Nord sur des sujets non couverts par la politique d’engagement ont été suspendues.

De plus, en août 2011, le Canada a imposé des sanctions économiques à la Corée du Nord en vertu de la Loi sur les mesures économiques spéciales. Ces sanctions avaient été imposées en raison de l’atteinte grave à la paix et à la sécurité internationales qu’ont constituée les actes d’agression de la Corée du Nord. Elles prévoient entre autres une interdiction sur les importations et les exportations; une interdiction sur tous les nouveaux investissements en Corée du Nord; une interdiction sur la fourniture de services financiers auprès de la Corée du Nord ou de ses ressortissants. Il existe des exceptions, notamment en ce qui a trait à la fourniture de biens humanitaires. Ces sanctions s’ajoutent à celles imposées par le Conseil de sécurité des Nations Unies et mises en application dans la législation canadienne.

Pour plus de renseignements sur les sanctions contre la Corée du Nord, veuillez consulter le site Web Les sanctions canadiennes liées à la Corée du Nord.

Droits de la personne

Le Canada demeure profondément préoccupé par les violations des droits de la personne en Corée d Nord, et s’est exprimé ouvertement sur la nécessité de mieux protéger les droits de la personne dans ce pays. Le Canada a en outre régulièrement exhorté la Corée du Nord à régler les questions liées aux droits de la personne, incitant ce pays à observer les normes internationales en matière de droits de la personne et à autoriser la visite des Rapporteurs spéciaux des Nations Unies. En mars 2013, le Canada a coparrainé la résolution du Conseil des droits de l’homme qui établissait une commission d’enquête chargée d’étudier les violations systématiques, généralisées et graves des droits de la personne en Corée du Nord et qui renouvelait le mandat du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Corée du Nord. Lors de l’Assemblée générale des Nations Unies en novembre 2014, le Canada a coparrainé une résolution faisant état d’une grave préoccupation concernant la situation des droits de la personne en Corée du Nord. La résolution faisait mention des constats peu réjouissants du rapport final de la commission d’enquête, exhortait la Corée du Nord à respecter les droits humains et les libertés fondamentales de ses citoyens et soulignait la nécessité de traduire en justice les auteurs des violations des droits de la personne. En 2015, le Canada a coparrainé la résolution de l’Assemblée générale sur la situation des droits de la personne.

Aide humanitaire

La Corée du Nord a souffert de graves pénuries de nourriture au cours des deux dernières décennies.Entre 2005 et 2015, le Canada a versé plus de 28 millions de dollars en aide humanitaire dans le cadre de l’intervention internationale en Corée du Nord. Cette aide humanitaire est confiée à des partenaires multilatéraux d’expérience, comme le Programme alimentaire mondial des Nations Unies et l’UNICEF, dont les travaux sont guidés par les principes humanitaires d’humanité, d’impartialité, de neutralité et d’indépendance. Le Canada ne verse aucune aide humanitaire au gouvernement de la Corée du Nord. Le Canada surveille étroitement sa programmation multilatérale au moyen d’interactions avec ses partenaires et de visites sur le terrain, lorsque les circonstances le permettent.

Pourparlers à six

Les négociations visant à dénucléariser la péninsule de Corée ont débuté en 2003 dans le cadre des pourparlers à six, lesquels réunissent la Chine (présidente), la Corée du Nord, la Corée du Sud, les États-Unis, le Japon et la Russie. Ces pourparlers touchaient aux questions de la dénucléarisation progressive de la péninsule de Corée, de l’aide économique à la Corée du Nord, de la normalisation éventuelle des relations de Pyongyang avec les États-Unis et le Japon, et de l’architecture de paix et de sécurité pour l’Asie du Nord-Est. Le processus est paralysé depuis que la Corée du Nord a annoncé, le 14 avril 2009, qu’elle ne reconnaîtrait plus les pourparlers à six et qu’elle relançait son programme de nucléarisation.

Depuis ce temps, la Corée du Nord a procédé à de nombreuses provocations stratégiques, y compris un quatrième essai nucléaire le 6 janvier 2016, le lancement d’un missile à longue portée le 7 février 2016 et une tentative de lancement d’un missile à partir d’un sous-marin le 23 avril 2016. Au cours de cette période, la Corée du Nord a aussi lancé ou tenté de lancer un certain nombre de missiles balistiques à courte ou moyenne portée.

Bien que la Corée du Nord ait périodiquement indiqué une volonté de reprendre le dialogue sur les questions nucléaires sans conditions préalables, le gouvernement n’a pas pris de mesures concrètes sur la voie de la dénucléarisation, ce qui représente un obstacle de taille à la reprise des pourparlers. Le Canada continue de favoriser des négociations pacifiques, y compris par la voie de pourparlers à six, comme le seul moyen de résoudre les enjeux de paix et de sécurité dans la péninsule coréenne.

Mai 2016


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Pied de page

Date de modification :
2016-05-19