Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

Libye.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Relations bilatérales

Relations Canada-Libye

En Libye, le Canada est représenté par son ambassade à Tripoli. La Libye est représentée au Canada par son ambassade à Ottawa.

Les relations bilatérales entre nos deux pays, après la révolution qui a secoué la Libye en 2011, sont fondées sur le respect mutuel, un intérêt commun à promouvoir la gouvernance démocratique, la primauté du droit et le respect des droits de la personne, et sur le désir de renforcer nos relations commerciales. En septembre 2011, le Canada a procédé à la réouverture de son ambassade de Tripoli afin de concrétiser son engagement politique et son soutien aux efforts de stabilisation, et afin de renouer solidement les liens commerciaux avec ce pays. Selon les données de recensement les plus récentes, on comptait 3 570 personnes d’origine libyenne au Canada. En 2013, on estimait à 1500 le nombre de Canadiens en Libye. Chaque année, près de 600 jeunes Libyens viennent étudier dans les collèges et universités du Canada.                       

Engagement politique

En 2011, dans le cadre de l’opération Unified Protector de l’OTAN, le Canada a été parmi les premiers pays à répondre au peuple libyen qui exigeait la démocratie et la liberté. Le Canada a contribué de façon significative à la réussite du soulèvement populaire, versant par ailleurs 10,6 M$ en aide humanitaire à la Libye.

En juin 2011, le ministre des Affaires étrangères John Baird s’est rendu à Benghazi afin de témoigner de l’appui du Canada à la société civile libyenne et à la transition démocratique. En octobre 2011, le ministre Baird se rendait également à Tripoli en appui aux efforts de stabilisation du pays après la guerre civile. En janvier 2012, Ed Fast, ministre du Commerce international a conduit une importante délégation de chefs d’entreprises à Tripoli afin de promouvoir nos relations en matière de commerce et d’investissements, et de relancer les liens d’affaires.

Le gouvernement du Canada est déterminé à soutenir les autorités libyennes durant cette période de transition cruciale vers un régime démocratique. Le Canada a versé près de 20 M$ afin d’appuyer les efforts de stabilisation du pays après le conflit, notamment :

  • 11,5 M$ afin d’aider à sécuriser et à détruire les armes de destruction massive, les arsenaux d’armes conventionnelles, les restes explosifs de guerre (ERW), et les sources radioactives;
  • 600 000 $ en aide technique et en formation portant sur la réforme constitutionnelle et le renforcement de la gouvernance;
  • 829 000 $ par le biais de l'Initiative sur les déploiements à l'appui de la capacité de la Libye afin de répondre aux besoins immédiats et à moyen terme définis par le gouvernement libyen. Le Canada a déployé des experts canadiens qui fournissent de l’aide technique et des conseils dans les domaines suivants : formation des policiers, réforme de la défense, services de santé dans les prisons et communications stratégiques;
  • 3 M$ afin de superviser les processus électoraux pour soutenir la transition démocratique en Libye, tout en favorisant l’émancipation des femmes et leur participation au processus démocratique;
  • 2,6 M$ par le biais du Fonds de transition pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (initiative du Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition) pour stimuler l’entreprenariat et la mise sur pied de PME créatrices d’emplois particulièrement pour les jeunes et les groupes vulnérables;
  • 1,7 M$ par le biais du Fonds monétaire international (FMI) afin d’aider les autorités libyennes à initier les réformes recommandées par la Banque mondiale et le FMI en matière de planification et de préparation budgétaires.

En mai 2012, le premier ministre Harper a annoncé une contribution de 15 M$ à un fonds de transition afin d’offrir des subventions et de l’aide technique, et de contribuer à l’accélération des réformes économiques et démocratiques en Libye, en Égypte, en Tunisie et au Maroc. Le Canada est également un acteur prépondérant au sein des  institutions financières internationales jouant un rôle central dans l’aide apportée à la reprise économique des États nord-africains et à leur transition vers la démocratie.

Le Fonds canadien d'initiatives locales (FCIL) a par ailleurs dégagé une somme de 215 000 $ (2012-2013) qui va soutenir le développement communautaire local et la participation pleine et entière des organismes de la société civile libyenne et des ONG. Le FCIL cible les projets favorables à la transition démocratique et à la participation des femmes.

Relations commerciales 

Bien que nos relations avec la Libye soient limitées, le Canada est déterminé à renforcer ses liens commerciaux et ses investissements dans ce pays. Depuis la révolution de 2011, la Libye s’est engagée sur la voie de la modernisation économique, procédant entre autres à des réformes de son régime des marchés pour encourager l’investissement privé et attirer les capitaux étrangers. D’importants débouchés commerciaux s’offrent en Libye, particulièrement dans les secteurs du pétrole, du gaz, de l’éducation, des soins de santé et en infrastructures. En 2013, le commerce bilatéral s’est chiffré à 197,9 millions de dollars CAD, ce qui représente un bond de 24,6 % par rapport à 2012. Malgré des possibilités très intéressantes qui se présentent dans leurs domaines d’expertise en Libye, les entreprises canadiennes hésitent à se lancer sur ce marché du fait de l’instabilité et de l’insécurité qui y règnent. Le Canada a organisé deux missions commerciales en Libye depuis la révolution : la première en octobre 2011 (dirigée par le ministre Baird) et la seconde, en janvier 2012 (dirigée par le ministre Fast).

Juin 2014


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Pied de page

Date de modification :
2014-06-11