Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

Libye.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Relations bilatérales

Relations Canada-Libye

La relation bilatérale entre la Libye et le Canada, après la révolution en Libye, se fonde sur le respect mutuel, un intérêt commun de promouvoir la gouvernance démocratique, le respect des droits de la personne et la primauté du droit, et un désir de renforcer les relations commerciales entre les deux pays. En raison de la violence et de l’insécurité qui perdurent en Libye, le Canada a fermé les portes de son ambassade à Tripoli en juillet 2014; il effectue temporairement ses activités depuis la Tunisie. Il s’agit d’une mesure temporaire qui n’a aucune incidence sur les relations diplomatiques de longue date que nous maintenons avec la Libye. Nous retournerons à Tripoli lorsqu’un environnement sûr et stable aura été rétabli. Selon le dernier recensement de la population canadienne, quelque 3 570 personnes d’origine libyenne vivent au Canada. En outre, plus de 1 000 jeunes libyens mènent actuellement des études dans des universités et des collèges canadiens.

Engagement politique

En 2011, grâce au rôle qu’il a joué dans le cadre de l’opération Unified Protector, le Canada figurait parmi les premiers pays à répondre aux demandes du peuple libyen en faveur de la démocratie et de la liberté. En effet, le Canada a contribué de manière importante à la réussite du soulèvement populaire. Il a d’ailleurs versé une contribution de 10,6 millions de dollars en aide humanitaire.

Le ministre des Affaires étrangères John Baird a visité Benghazi en juin 2011 pour soutenir la société civile et la transition démocratique, et il s’est rendu à Tripoli en octobre 2011 pour témoigner de l’appui du Canada aux efforts de stabilisation après le conflit. En janvier 2012, le ministre du Commerce international Ed Fast a dirigé une délégation importante de chefs d’entreprises à Tripoli pour promouvoir davantage nos liens en matière de commerce et d’investissement et redynamiser nos relations commerciales.

Le gouvernement du Canada est résolu à appuyer les autorités libyennes durant cette importante période de transition. Le Canada a affecté une somme d'environ 20 millions de dollars à l’appui des efforts de stabilisation après le conflit, laquelle est notamment répartie comme suit :

  • 11,5 millions de dollars pour mettre en sécurité et détruire des armes de destruction massive, des stocks d’armes conventionnelles, des restes explosifs de guerre (REG) et des sources radioactives.
  • 600 000 $ pour fournir une aide et de la formation techniques liées à la réforme constitutionnelle et au renforcement de la gouvernance.
  • 829 000 $, par l’intermédiaire de l’Initiative sur les déploiements à l’appui de la capacité de la Libye (IDCL), pour répondre aux besoins immédiats et à moyen terme définis par le gouvernement libyen. Plus précisément, le Canada a déployé des spécialistes en Libye qui ont fourni une aide technique et des conseils sur la formation de la police, la réforme de la défense, les services de santé dans les prisons et les communications stratégiques.
  • 3 millions de dollars en assistance électorale pour soutenir la transition démocratique en Libye, tout en favorisant l’émancipation des femmes et leur participation au processus démocratique.
  • 1,7 million de dollars, par l’intermédiaire du Fonds monétaire international (FMI), pour aider les autorités libyennes à mettre en œuvre les réformes recommandées par la Banque mondiale et le FMI au chapitre de la planification et de la préparation du budget.

En outre, par l’intermédiaire du Fonds de transition pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord du Partenariat de Deauville, dont le Canada est un donateur majeur, une contribution de 13 millions de dollars a été approuvée pour soutenir le développement des petites et moyennes entreprises de la Libye, afin de créer des emplois, en particulier pour les jeunes et les groupes vulnérables, de renforcer le leadership dans le gouvernement, de favoriser le développement du secteur privé, de réformer le secteur de l’électricité et de moderniser les services frontaliers et des douanes.

En mai 2012, le premier ministre Harper a annoncé une contribution de 15 millions de dollars au Fonds de transition en vue de l’octroi de subventions et d’une assistance technique visant à accélérer les réformes économiques et démocratiques en Libye, en Égypte, en Tunisie et au Maroc. Le Canada est aussi un intervenant clé au sein des institutions financières internationales, qui jouent un rôle majeur en fournissant aux États d’Afrique du Nord une aide leur permettant de redresser leur économie et d’instaurer la démocratie.

Par ailleurs, une somme de 260 000 $ a été versée par l’intermédiaire du Fonds canadien d'initiatives locales (2012-2014) pour appuyer le développement communautaire local et la participation active des organisations de la société civile et des ONG en Libye. À cet égard, les projets mis en œuvre visaient à favoriser la transition démocratique, à encourager les femmes à participer au processus politique, à fournir une aide humanitaire aux populations touchées par le conflit et à promouvoir la participation directe des citoyens au processus de rédaction de la constitution.

Le conflit civil qui perdure en Libye a retardé la transition démocratique du pays. Il a en outre entraîné de graves violations des droits fondamentaux de la personne, la destruction d’infrastructures essentielles, une importante perturbation économique, une misère humaine généralisée et l’effondrement d’institutions de premier plan. Le Canada poursuit sa collaboration avec les Nations Unies et d’autres partenaires internationaux afin d’appuyer les efforts déployés pour bâtir une Libye stable, démocratique et prospère. Seule une Libye unie, sous la direction d’un gouvernement inclusif et démocratique, et ancrée dans la primauté du droit, sera en mesure de mobiliser les ressources politiques, économiques, sociales et de sécurité nécessaires pour faire progresser la transition démocratique et vaincre le terrorisme.

Relations commerciales

Canada – Libye. Les relations avec la Libye sont limitées. Toutefois, le Canada est déterminé à renforcer et à élargir ses liens commerciaux et d'investissements en Libye lorsque la situation sécuritaire le permettra. En 2014, les exportations canadiennes vers la Libye se sont chiffrées à 71,5 millions de dollars CAD (contre 112,3 millions de dollars en 2013), les importations canadiennes en provenance de la Libye se sont chiffrées à 9,1 millions de dollars CAD (en baisse de 80,8 millions de dollars CAD en 2013). Malgré de très intéressantes opportunités disponibles dans les secteurs d’expertise canadienne, le manque de stabilité et de sécurité en Libye ont retardé l'entrée des entreprises canadiennes sur ce marché.

May 2015


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Pied de page

Date de modification :
2015-05-04