Partager les « Paroles de filles » en Malaisie pour mettre fin aux mariages d’enfants

Discours de Rohani Abdul Karim, ministre malaisien des Femmes, de la Famille et du Développement communautaire.

Judith St. George, haut-commissaire du Canada en Malaisie et le ministre Rohani au kiosque des médias sociaux.

Une partie de l’exposition, qui a été inaugurée avec success.

M. Rohani accueille les invités lors de l’inauguration.

En Malaisie, la loi islamique fixe l’âge légal du mariage pour les garçons et les filles à 18 et 16 ans respectivement et autorise les filles âgées de moins de 16 ans à se marier si elles ont le consentement de leurs parents et du tribunal.

Bien que le gouvernement malaisien déconseille fortement les mariages d’enfants, précoces et forcés (MEPF), 74 pour cent des 600 demandes de mariage d’enfants ont été approuvées par le tribunal de la Syariah en 2014 en raison du consentement au mariage des tuteurs légaux des deux enfants.

En 2015, le Joint Action Group for Gender Equality a déclaré qu’il y avait jusqu’à 15 000 Malaisiens qui s’étaient mariés avant l’âge de 19 ans. Le groupe a également souligné que dans les États les plus pauvres, les jeunes filles étaient souvent mariées à leur violeur.

Afin de sensibiliser l’opinion publique et renforcer son soutien pour mettre fin aux MEPF en Malaisie, le haut-commissariat du Canada en Malaisie s’est associé au ministère malaisien des Femmes, de la Famille et du Développement communautaire (KPWKM) pour accueillir l’exposition publique de photos intitulée « Paroles de filles : Ensemble contre le mariage d’enfants » qui a été créée par le gouvernement du Canada et l’organisme Filles, Pas Épouses.

L’exposition met en lumière le problème des MEPF

 Installée dans le hall principal du centre commercial Berjaya Times Square (BTS), dans le centre-ville de Kuala Lumpur, l’exposition « Paroles de filles » présentait des histoires inédites de jeunes filles ayant été confrontées au mariage d’enfants ou ayant subi un mariage forcé, ainsi que les histoires de dirigeants, de familles et de membres de communautés militant pour la fin des MEPF.

Lors de l'inauguration de l’exposition, Judith St. George, haute-commissaire du Canada en Malaisie, a prononcé un mot d’ouverture important qui venait souligner les efforts du Canada à l’échelle mondiale pour mettre fin aux MEPF. Mme St. George a par la suite présenté le ministre malaisien du KPWKM, Rohani Abdul Karim, qui a prononcé un discours convaincant visant à rappeler que les MEPF sont un problème majeur en Malaisie et que le gouvernement malaisien est « entièrement contre » les MEPF. Le ministre Rohani a également souligné l’importance des initiatives canadiennes et de la collaboration nationale et internationale pour mettre fin à ce problème.

Le Canada est désormais reconnu comme un fervent opposant aux MEPF en Malaisie et a été approché par des organismes des États malaisiens de Melaka et Sabah pour renforcer leurs partenariats dans la lutte contre les MEPF.

Le Canada s’appuiera sur la réussite de l’exposition pour continuer à soutenir ses partenaires et collaborer avec ces derniers afin de sensibiliser l’opinion publique à la pratique dangereuse des MEPF en Malaisie et dans le reste du monde.