Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

mali.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Relations bilatérales

Relations Canada - Mali

Le Canada est représenté par un ambassadeur à Bamako depuis 1995 (auparavant, l’ambassadeur résidait à Abidjan (Côte d’Ivoire) avec un bureau d’ambassade à Bamako). Le Mali dispose d'une ambassade à Ottawa depuis 1978. Le coup d’État du 22 mars 2012 a porté atteinte au solide partenariat existant entre le Canada et le Mali, ainsi qu’aux vingt années de démocratie et de progrès dans ce pays. Le Canada a condamné le coup d’État et a suspendu les programmes d’aide comportant le versement direct de fonds au gouvernement du Mali. Toutefois, l’aide humanitaire et l’aide au développement se poursuivent par le biais d’ONG et de canaux multilatéraux.

Avant le coup d’État de mars 2012, le Canada et le Mali collaboraient en matière de paix et de sécurité sur le continent africain. Des instructeurs canadiens du ministère de la Défense nationale et du Centre Pearson pour le maintien de la paix offraient de la formation à l'École de maintien de la paix (EMP) de Bamako. Les deux pays partagent également certaines valeurs comme celles de la démocratie et de la bonne gouvernance, en plus de coopérer étroitement dans les forums multilatéraux, en particulier au sein de la Francophonie.

Depuis 1972, le Mali a bénéficié de l’aide canadienne au développement en plus d’être un important pays cible du programme d’Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (MAECD). En 2009, le Mali a été désigné comme l’un des pays ciblés par MAECD. En 2010-2011, le Canada était le second pays donateur en importance au Mali, avec une moyenne annuelle de fonds consacrés à l’aide d’environ 112 millions $ depuis 2008. Le programme de développement canadien se concentrait sur les jeunes (éducation et santé) et sur la sécurité alimentaire (projets d’irrigation, développement agricole, accès au crédit), en plus de la gouvernance (gestion des finances publiques, contrôles externes, développement institutionnel et justice). Malgré la suspension de l’aide directe au gouvernement du Mali, le Mali demeure un pays cible pour le Canada, et ses priorités en matière de développement sont toujours d’actualité même si le travail sur le terrain s’est adapté au nouveau contexte. Après l’engagement exprimé par le Canada en janvier 2013 de fournir 13 millions $ en assistance humanitaire au Mali, le Canada a aussi, le 15 mai 2013, annoncé une contribution supplémentaire de 75 millions $ visant la diminution du risque des troubles sociaux et a continué de dispenser des services essentiels en santé, sécurité alimentaire, nutrition et éducation.

Le Canada et le Mali entretiennent des relations commerciales modestes, mais non négligeables. Les échanges bilatéraux de marchandises ont atteint 17,2 millions $ en 2012, soit 16 millions $ d’exportations canadiennes vers le Mali et 1,2 million $ d’importations du Mali. Les importations canadiennes incluaient de l’or, du coton et des fertilisants. Les principales exportations de marchandises du Canada incluaient des huiles et combustibles minéraux, de la machinerie et de l’équipement électrique et électronique. Les entreprises minières canadiennes ont fait d’importants investissements au Mali, mais le coup y a ralenti l’activité commerciale canadienne.

L’occupation du nord du Mali par des terroristes et des groupes armés au début de 2012 a poussé le Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) à adopter, le 20 décembre 2012, la résolution 2085 autorisant le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA). Dans les premiers jours de janvier 2013, l’avancée soudaine des forces terroristes et d’éléments associés vers le sud du pays a convaincu le gouvernement malien par intérim de demander l’assistance urgente de la France. La France a donc lancé une vaste intervention militaire appelée Opération Serval. Le 14 janvier 2013, le Canada a dépêché un avion de transport stratégique C-17 en appui logistique aux opérations des soldats français entre la France et Bamako. Depuis le 31 mars, ce soutien aérien fourni par les Forces armées canadiennes est passé de continu à intermittent en fonction de l’évolution des besoins.

Le 13 mai 2013, le Canada s’est engagé à fournir 10 millions $ afin de : appuyer la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA) jusqu’à l’entrée en vigueur de la nouvelle mission des Nations unies au Mali ; contribuer à un fonds d’affectation spéciale administré par l’ONU pour aider le Mali à rétablir les institutions démocratiques avant les élections prévues en juillet et à préserver l’intégrité territoriale du Mali ; et contribuer au programme de formation militaire mis sur pied par l’Union européenne pour aider les forces armées maliennes à protéger les droits fondamentaux de la population civile malienne.

En 2012, le Canada a contribué à la hauteur de 500 000 $ à un fonds multiple géré par le Programme de développement des Nations unies, et ce, en préparation pour les élections de 2012. Malgré le fait que les élections furent reportées par le coup d’État de mars 2012, le Canada a contribué à améliorer le savoir des partis politiques, société civile et institutions gouvernementales sur les fraudes électorales et la gestion des litiges reliés aux élections.

Le Canada a aussi contribué à la hauteur de 250 000 $ à l’établissement d’une mission d’évaluation électorale qui incluait deux députés canadiens et experts lors du premier tour des élections présidentielles qui ont eu lieu le 28 juillet 2013. L’équipe avait été déployée sous la supervision de l’International Republican Institute (IRI).

Novembre 2013


Veuillez prendre note: Pour visualiser un document en format PDF, vous aurez besoin du logiciel Acrobat Reader d’Adobe, offert gratuitement, ou d’un autre logiciel capable de visualiser des documents en format PDF. Nous offrons également une version accessible d’Acrobat Reader, qui comprend un support pour les lecteurs écrans. À l’inverse, vous pouvez convertir un document en format PDF en format HTML ou ASCII en utilisant l’un des services de conversion d’Adobe (offert en anglais seulement).

Pied de page

Date de modification :
2014-01-16