Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

mexique.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil

Les sages-femmes à travers les cultures

Bookmark and Share


Une sage-femme autochtone mexicaine réalise un rituel lors de l’inauguration du séminaire.
   

Margaret Mina témoigne de son expérience de sage-femme au Canada.
   

Table ronde avec des représentants du gouvernement mexicain sur l’importance de la santé maternelle et infantile.
   

Les pratiques traditionnelles des sages-femmes ont contribué à diminuer le taux de mortalité lié à la grossesse et à améliorer la nutrition prénatale au sein des collectivités autochtones et rurales canadiennes. À plus de 2 000 km du Canada, au Mexique, de nombreuses collectivités espèrent pouvoir apprendre de ce progrès.

Au Mexique, rien qu’en 2016, l’Observatory of Maternal Mortality (l’Observatoire de la mortalité maternelle) a attribué 800 décès à des complications de la grossesse et de l’accouchement.

Sur l’invitation de la Commission nationale des droits de la personne du Mexique (CNDH), Margaret Mina, Eileen Moorhouse et Ellen Blais, trois sages-femmes autochtones canadiennes, se sont récemment rendues au Mexique pour partager leur savoir et leur expérience.

Pratiques traditionnelles de la profession de sage-femme

Les trois sages-femmes ont présenté les pratiques traditionnelles de la profession de sage-femme pour la prévention de la violence obstétrique lors d’une table ronde animée par l’ambassade du Canada.

« Participer à ce séminaire m’a permis de vivre une expérience extrêmement enrichissante. J’ai pu rencontrer des sages-femmes d’autres cultures et d’autres pays, et en apprendre plus sur les méthodes qu’elles utilisent pour aider les femmes enceintes » – Eileen Moorhouse, sage-femme canadienne

Les participants ont eu l’occasion de discuter des pratiques exemplaires et des contraintes relatives aux aspects médicaux des soins prénataux, notamment l’importance de la santé sexuelle et génésique et les difficultés liées à la réduction de la mortalité maternelle et infantile. La discussion a aussi porté sur les aspects non médicaux de la santé, tels que la reconnaissance institutionnelle de la profession de sage-femme, le rôle de la culture dans la santé prénatale et l’enseignement des pratiques des sages-femmes dans un cadre académique ou par l’intermédiaire des pratiques traditionnelles dans les collectivités rurales et autochtones.

Le dialogue a également permis de souligner les similitudes et les différences entre les expériences des femmes et sages-femmes mexicaines, colombiennes et canadiennes au sein des collectivités autochtones, rurales et urbaines.

Le séminaire a rassemblé des représentants du gouvernement fédéral et des administrations des États, notamment la Commission nationale pour le développement des peuples autochtones (CDI) et la CNDH, ainsi que le secteur de la santé représenté par des sages-femmes autochtones et traditionnelles, des sages-femmes issues de collectivités urbaines et des étudiants en médecine et en maïeutique.

Reconnaissance institutionnelle

La reconnaissance institutionnelle de la profession de sage-femme au Canada a joué un rôle essentiel dans la réduction du taux de mortalité maternelle ainsi que pour la santé des nouveau-nés. Une fois les sages-femmes officiellement autorisées à exercer, les effets se sont rapidement fait sentir dans leurs collectivités.

« La santé maternelle et infantile est très importante pour le Canada. Dans ce domaine, les sages-femmes traditionnelles, et notamment autochtones, jouent un rôle essentiel. Nous sommes ravis que plusieurs sages-femmes canadiennes aient partagé leur expérience avec les sages-femmes et les autorités mexicaines lors de cet important séminaire. » – Pierre Alarie, ambassadeur du Canada auprès des États-Unis mexicains.

La Commission nationale des droits de la personne du Mexique (CNDH) envisage de solliciter l’appui du Canada pour demander la reconnaissance des pratiques traditionnelles de la profession de sage-femme en tant que patrimoine culturel immatériel de l’humanité auprès de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Ces efforts permettent de soutenir la reconnaissance de la profession de sage-femme au Mexique, tant dans le système juridique, le patrimoine culturel et traditionnel qu’en tant que composante d’un système de santé complet et humain.

L’ambassade du Canada était ravie de pouvoir favoriser ce dialogue interculturel et continuera à travailler avec ses partenaires pour promouvoir et soutenir la santé maternelle et infantile au Mexique.

Pied de page

Date de modification :
2017-07-17