Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

nigeria.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Relations bilatérales

Relations Canada-Nigéria

Le Canada et le Nigéria ont établi des relations diplomatiques au moment de l’indépendance du Nigéria en 1962. Le Canada est représenté au Nigéria par un haut-commissariat situé à Abuja, ainsi qu'un haut-commissariat auxiliaire situé à Lagos, ouverts en 1999. De 1960 à 1997, le Canada était représenté par un haut-commissariat situé à Lagos, qui a été fermé en raison de la situation politique. Depuis 2004, le Canada dispose d’un consul honoraire à Port Harcourt. Le Nigéria est, quant à lui, représenté au Canada par un haut-commissariat qui a ouvert ses portes à Ottawa en 1973.

Le Canada entretient des relations bilatérales étroites et croissantes avec le Nigéria. Ce pays est l’un de deux partenaires stratégiques du Canada en Afrique subsaharienne. Les deux pays partagent plusieurs valeurs, telles que le multiculturalisme, des institutions, comme le fédéralisme et l’adhésion au Commonwealth, ainsi que des liens entre leurs peuples. Ces éléments communs constituent la base des relations bilatérales entre le Canada et le Nigéria et jettent un fondement solide pour un engagement accru.

Des visites récentes de haut niveau ont permis de renforcer ce partenariat bilatéral :

  • Le président du Nigéria, Goodluck Jonathan, est venu au Canada en juin 2010 pour participer au Sommet du G8.
  • M. Deepak Obhrai, secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, a assisté aux célébrations du Jubilé d’or de l’indépendance du Nigéria à Abuja le 1er octobre 2010, à titre de représentant spécial du premier ministre du Canada.
  • Le secrétaire parlementaire Obhrai a de nouveau représenté le Canada lors de l’investiture du président Jonathan, le 29 mai 2011.
  • En avril 2012, le ministre des Affaires étrangères du Nigéria Olugbenga Ashiru a rencontré à Ottawa le ministre des Affaires étrangères John Baird afin de signer un protocole d’entente visant la création d’une commission binationale, qui couvre quatre domaines principaux : les relations politiques, incluant la gouvernance démocratique et les droits humains, les relations commerciales, la collaboration en matière de sécurité et l’aide au développement.
  • En septembre 2012, le précédent ministre de la Coopération internationale, Julian Fantino, a voyagé au Nigéria pour discuter de questions de santé, du Sahel et de la croissance économique.
  • En octobre 2012, le ministre Baird s’est rendu à Abuja afin d’y coprésider la réunion inaugurale de la Commission binationale, puis à Lagos pour y rencontrer des chefs d’entreprise nigérians.
  • En janvier 2013, le ministre du Commerce international, Ed Fast, a présidé une mission commerciale à Abuja et Lagos. Au cours de sa visite, il a coprésidé, avec son homologue, le ministre du Commerce Olusegun Aganga, la deuxième séance de la Commission binationale.
  • En début mai 2013, le vice-président nigérian, Namadi Sambo, a mené au Canada une délégation comprenant plusieurs gouverneurs d’État et ministres, dont les ministres des Affaires étrangères et du Commerce, pour la Conférence Canada-Nigéria sur l’investissement, qui a eu lieu le 2-4 mai à Toronto. Lors de son séjour au Canada, le vice-président a rencontré le premier ministre Stephen Harper à Ottawa. Les ministres Baird et Fast ont également rencontré à Ottawa le ministre nigérian des Affaires étrangères Ashiru et le ministre nigérian du Commerce Aganga à ce moment. Finalement, le secrétaire parlementaire Obhrai et Mme Lois Brown, secrétaire parlementaire du ministre de la Coopération internationale, ont tous les deux été présents à la Conférence Canada-Nigéria sur l’investissement et ont rencontré divers ministres nigérians.
  • En mai 2014, le ministre du Développement international, Christian Paradis, a visité le Nigéria pour assister au Forum économique mondial (Afrique). Lors de la visite, il a rencontré le vice-président Sambo, a signé l’APIE avec le ministre du Commerce du Nigéria, Aganga, et a co-présidé la troisième réunion de la Commission binationale.

Le Canada salue le leadership du Nigéria dans les affaires africaines et mondiales, et tout particulièrement son apport considérable aux opérations de la paix internationale. Le Nigéria est maintenant le deuxième plus important fournisseur de troupes africaines aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies, et le cinquième plus important à l’échelle internationale, avec plus de 4 700 troupes déployées au Darfour et au Libéria. Le Nigéria a affecté plus de 1 000 soldats et plusieurs aéronefs au soutien de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA) autorisée par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Le Canada reconnaît et salue le rôle de chef de file que joue le Nigéria au sein de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui est composée de 15 États membres et qui fait partie des institutions internationales les plus solides et les mieux organisées d’Afrique. La CEDEAO joue un rôle de premier plan au niveau régional en ce qui concerne la résolution des conflits armés et les crises politiques (p. ex., Côte d’Ivoire, Guinée, Guinée-Bissau, Libéria, Mali, Niger et Sierra Leone), les problèmes de sécurité tels que le commerce illicite d’armes légères et de petit calibre, le terrorisme et la traite de personnes et la promotion de l’intégration économique régionale.

Le Nigéria est le plus grand partenaire du Canada en Afrique sub-saharienne en matière de commerce bilatéral de marchandise. Les échanges commerciaux entre le Nigéria et le Canada ont plus que triplé depuis 2007, malgré une baisse en 2013 qui s’explique par une diminution des importations de pétrole. En 2013, la valeur des échanges de marchandises a atteint 1,6 milliards de dollars. Les exportations du Canada vers le Nigéria ont augmenté de façon significative depuis 2003 et étaient de 463,3 millions de dollars en 2013. Les importations canadiennes en provenance du Nigéria, d’une valeur de 1,2 milliards de dollars américains, sont constituées de pétrole et gaz, cacao, le cacao, le caoutchouc, le plomb et les aliments transformés. Le Nigéria est la neuvième plus grande source d'étudiants étrangers au Canada.

La présence des entreprises canadiennes au Nigéria est importante et revêt de multiples facettes. Les intérêts canadiens couvrent une vaste gamme de secteurs clés, y compris le pétrole et le gaz, les télécommunications, la fabrication, l’aéronautique, l’énergie, l’ingénierie et l’éducation. Les nouveaux secteurs susceptibles de faire l’objet d’une importante croissance comprennent la technologie minière et le transport. Des efforts récents et soutenus en vue de réformer le secteur banquier devraient faciliter les investissements étrangers et créer des possibilités pour les entreprises canadiennes.

Le Canada a conclu un accord sur la double imposition avec le Nigéria en 1992. Le 1er mai 2013, le Premier ministre Stephen Harper a annoncé la conclusion des négociations en vue d’un Accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) entre le Canada et le Nigéria, marquées par la signature d’une Déclaration d’intention par le ministre Fast et son homologue nigérian, le ministre Aganga. L’APIE a été signé par le ministre du développement international, Christian Paradis et par le ministre Aganga le 6 mai 2014, durant la visite du ministre à Abuja.

Des représentants canadiens et nigérians ont échangé des propositions pour un accord de transport aérien. Le principal intérêt du Canada, la capacité d'offrir des services en partage de codes entre les deux pays sur les compagnies aériennes des pays tiers, continue de poser un défi pour le Nigéria. D'autres discussions sont susceptibles d'avoir lieu en 2014.

En ce qui concerne l’aide au développementAffaires étrangères, Commerce et Développement Canada (MAECD) concentre son support, d’une valeur de 43,39 millions de dollars, dans l’année fiscale 2012-2013, sur le renforcement de la prestation des soins de santé au niveau communautaire, la prévention et le traitement des principales maladies qui contribuent à la mortalité maternelle et infantile, ainsi qu’à l’éradication de la polio. Cette aide vise à réduire le taux de mortalité maternelle au Nigéria, qui se situait à 630 décès par 100 000 naissances vivantes en 2010. Les taux de mortalité néonatale, infantile et des enfants de moins de cinq ans sont également élevés. En 2010, plus de 850 000 enfants nigérians âgés de moins de cinq ans sont décédés, ce qui représente environ 10% du taux de mortalité infantile mondial.

Afin de promouvoir une croissance économique durable, le Canada élabore de nouveaux programmes visant à accroître les opportunités d'emploi et les occasions d'affaires pour les Nigérians. Dans le cadre de sa promotion de la gouvernance démocratique, le Canada a offert son soutien aux processus électoraux de 1999, de 2003 et de 2007. Le Canada a également mis en œuvre un projet permanent jusqu’en 2015 visant à soutenir le cycle électoral à long terme. En septembre 2010, le Canada a financé une aide technique à la Commission nationale électorale indépendante du Nigéria. Le Canada continue d’appuyer  les groupes et les institutions qui s’efforcent de renforcer la démocratie, la responsabilisation, la bonne gouvernance et la liberté de religion au Nigéria.

Mai 2014


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Pied de page

Date de modification :
2014-05-15