La diversité au Canada et en Norvège : Le partage des défis et des opportunités

L’ambassadeur canadien en Norvège Artur Wilczynski présente les observations préliminaires.

Julien Bourrelle donne sa présentation luminaire.
 
 

L’ambassadeur canadien en Norvège Artur Wilczynski et l’invité Josef Yohannes, un érythréen norvégien et créateur de la bande dessiné The Urban Legend, un superhéro noir.
 
 

Le chantre Eli Zylberman allume la menorah pour la fête d’Hanukkah.
 
 

À partir des nouvelles perspectives aux possibilités de partenariats novateurs et de la collaboration – la diversité ne peut que renforcer une communauté.

S’appuyant sur les événements précédents en ce qui concerne la liberté religieuse et les questions relatives aux GLBT, l’ambassade du Canada en Norvège a organisé un colloque sur la diversité pour échanger avec les Norvégiens intéressés à bâtir une société prospère et plus inclusive.

Le colloque intitulé « La diversité : Opportunités et défis (déplacement, intégration, prospérité) » a réuni des participants provenant de diverses sphères de la société norvégienne, y compris le gouvernement, les ONG, les entrepreneurs et les dirigeants d’entreprise préoccupés par les thèmes de la diversité et de l’intégration.

Le thème de la diversité tient à cœur l’ambassadeur canadien en Norvège Artur Wilczynski – car il a lui-même été un réfugié et a dû s’intégrer dans la société canadienne lorsqu’il était tout jeune enfant. Le colloque sur la diversité a été une excellente occasion de resserrer les liens avec le public norvégien et d’ajouter au blogue de l’ambassadeur Wilczynski intitulé : « My Refugee Story ».(Mon histoire en tant que réfugié)

La diversité, une partie intégrante du Canada

L’ambassadeur Wilczynski a donné le coup d’envoi avec une courte présentation ou il a souligné que la diversité et le multiculturalisme sont une partie intégrante du Canada et de son identité.

« La diversité est une partie inséparable de la culture canadienne » a déclaré l’ambassadeur Wilczynski.

Avant les présentations liminaires, l’ambassade a invité le chantre Eli Zylberman de la communauté juive à Oslo à allumer la menorah pour le troisième jour de Hanukkah et a adressé quelques brèves remarques. La présence du chantre Zylberman a représenté un symbole de la diversité qui existe dans la société norvégienne, comme dans la société canadienne.

Le premier conférencier présentateur était un candidat au doctorat, Julien Bourrelle, qui a été l’une des sources d’inspiration pour la création de ce colloque sur la diversité. Son livre The Social Guidebook to Norway présente des dessins animés amusants pour aider les étrangers en Norvège à communiquer, à tisser des liens et à comprendre la culture locale. Le livre aide également les Norvégiens à comprendre les autres cultures et la façon dont leurs propres comportements sociaux peuvent être perçus par les nouveaux arrivants.

Au cours de sa présentation, M. Bourrelle a fait observer que « nous ne devons pas laisser les malentendus (culturels) créer une ségrégation dans la société ».

Le deuxième orateur principal était Lisa Cooper, fondatrice et directrice générale de la Leadership Foundation, une société de consultation novatrice axée sur la mobilisation et la promotion du pouvoir qui réside dans la diversité. Lisa Cooper a fait part de son expérience avec les nombreux projets de la fondation qui favorisent la diversité dans la société norvégienne.

Le Canada en tant que modèle d’intégration

La session animée de Q et R qui a suivi les présentations des principaux conférenciers a favorisé un dialogue productif. Le Canada a été cité à maintes reprises comme un modèle pour la Norvège dans l’intégration de son récent afflux de réfugiés, et dans son niveau d’acceptation plus élevé pour le multiculturalisme au Canada. Un participant a fait une remarque sur la perspective du Canada sur la diversité : « [Le Canada ne voit pas] la diversité comme un problème à gérer, mais comme un atout à apprécier ».

Les participants ont également réaffirmé que la communication était nécessaire pour que les gouvernements et les entreprises privées s’unissent pour investir dans l’intégration des nouveaux réfugiés et des immigrants. Le colloque a établi clairement que le Canada et la Norvège ont d’énormes possibilités de collaboration en raison de défis et des expériences qu’ils ont en commun.

Comme l’ambassadeur Wilczynski l’a écrit dans le suivi de son blogue, «Diversity Dividend » : Business to Business - people to people - civil society to civil society : ce sont par ces moyens que les pays échangent et apprennent les uns des autres. En tant que gouvernements et diplomates, nous pouvons aider à tracer le chemin ».

Le Canada croit fermement que toutes les cultures devraient être respectées et bien accueillies. Au moyen d’événements tels que ce colloque sur la diversité, l’ambassade du Canada en Norvège souhaite partager l’expérience du Canada avec d’autres, afin que les réfugiés et les immigrés puissent réussir à se faire accepter et à s’intégrer dans leur nouvelle société.