Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

perou.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Relations bilatérales

Relations Canada-Pérou

Le Canada et le Pérou entretiennent des relations bilatérales chaleureuses qui continuent de croître, ancrées dans l’engagement du Canada dans les Amériques. Cet engagement repose sur une vision consistant à favoriser la prospérité, la sécurité et la démocratie dans l’hémisphère par la poursuite de trois objectifs : accroître la prospérité mutuelle; s’attaquer à l’insécurité et faire progresser la liberté, la démocratie, les droits de la personne et la primauté du droit; et établir des relations durables entre le gouvernement, les entreprises, la société civile, les milieux universitaires et les collectivités dans la région. Le Canada considère le Pérou comme un partenaire régional fort et constructif lorsqu’il s’agit de faire progresser ces objectifs dans l’hémisphère.

Nos pays collaborent étroitement dans des organisations régionales et multilatérales. À l'Organisation des États américains (OEA), le Pérou est un ardent défenseur de la Charte démocratique interaméricaine (adoptée à Lima en septembre 2001) et il a été l'hôte de l'Assemblée générale de l'OEA en juin 2010. Le Pérou a également assumé un rôle de leadership dans l’Union des nations de l’Amérique du Sud (UNASUR). Le Canada et le Pérou sont tous les deux membres du Groupe des amis d’Haïti. Ils coopèrent également dans des initiatives en faveur de la bonne gouvernance et dans la lutte contre le trafic de stupéfiants. Le Canada appuie depuis longtemps des institutions cruciales de la démocratie péruvienne, comme le Bureau du protecteur des citoyens.

Les interactions bilatérales croissantes à tous les niveaux témoignent de la vigueur des relations entre le Pérou et le Canada. Les deux pays mènent des consultations politiques bilatérales régulières pour discuter des questions d’intérêt mutuel. De plus, notre mission dans la capitale péruvienne (LIMA) accueille régulièrement des députés et de hauts responsables canadiens. La ministre d’État des Affaires étrangères (Amériques et Affaires consulaires), Mme Diane Ablonczy, a assisté à l’investiture du président Ollanta Humala en juillet 2011 et est retournée au Pérou en mars 2012. Le ministre du Commerce international Ed Fast a effectué une visite au Pérou en avril 2012 avant d’assister au Sommet des Amériques à Cartagena, en Colombie. Le premier ministre Harper et le président Humala se sont rencontrés au Sommet de l’APEC en 2011. En 2009, l’Accord de libre-échange Canada-Pérou et des accords parallèles sur la coopération dans le domaine du travail et sur l’environnement sont entrés en vigueur, ce qui a eu pour effet de renforcer la relation commerciale entre les deux pays, laquelle s’est beaucoup renforcée dans les trois dernières années. Depuis l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange, le Pérou a poursuivi sa croissance comme marché clé du Canada dans les Amériques. C’est ainsi que, en 2010, la valeur des échanges bilatéraux de marchandises dépassait les 4,2 milliards de dollars. En 2011, les exportations canadiennes de marchandises vers le Pérou ont été légèrement supérieures à 522 millions de dollars. Elles étaient surtout constituées de céréales, de machinerie, de papier et de carton (surtout du papier journal), d'outillage électrique et de légumes. Les importations canadiennes de marchandises en provenance du Pérou ont atteint 4,453 milliards de dollars en 2011. Elles étaient constituées, entre autres, de pierres et de métaux précieux (or, argent), de minerais (principalement du cuivre, du plomb et des minerais de métaux précieux), de combustibles minéraux et d’huiles minérales, de café, de légumes et d'étain.

Le Pérou est le deuxième partenaire commercial bilatéral du Canada en Amérique latine et dans les Caraïbes (à l’exclusion du Mexique), et la troisième destination de l’investissement direct du Canada en Amérique du Sud et en Amérique centrale. Des débouchés existent dans des secteurs prioritaires tels que l’exploitation minière (projets d’extraction d’or, d’argent, de cuivre et de métaux communs), l’exploitation pétrolière et gazière (exploration et production, et exportation d’équipement, de technologies et de services), l’agriculture et l’agroalimentaire (réouverture du marché du bœuf), les projets d’infrastructure (faisant surtout la promotion des modèles de partenariats publics-privés) et ainsi que les technologies de l’information et des communications (produits et services en lien avec la santé). Étant donné la présence de plus de 100 sociétés d’extraction (minière, pétrolière et gazière) cotées en bourse, ainsi que l'exploitation de six autres mines, les intérêts canadiens dans le secteur péruvien de l'extraction sont importants. C'est pourquoi le Canada collabore étroitement avec ce pays afin de promouvoir la responsabilité sociale des entreprises (RSE), surtout dans les régions où l’exploitation minière revêt une grande importance, ainsi que dans les principaux projets d’hydrocarbures.

En plus de jouer un rôle actif à titre de membre de la Coopération économique de la zone Asie-Pacifique (APEC), le Pérou est un joueur clé dans le Partenariat transpacifique et dans l’Alliance du Pacifique. Le 19 juin 2012, tous les membres du Partenariat transpacifique ont annoncé qu’ils appuyaient la participation du Canada aux négociations.

Depuis 1968, Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (MAECD) gère un programme de développement bilatéral au Pérou. L’objectif de ce programme est de réduire la pauvreté et les inégalités, dans un Pérou plus démocratique et inclusif. En 2009, il a été convenu que le Pérou ferait partie des 20 pays de concentration de l’aide canadienne au développement. Le programme bilatéral de MAECD s’intensifie, en mettant à profit l’expérience canadienne dans les domaines de l’éducation et de la gestion des ressources naturelles dans le secteur d’extraction. Le programme reflète les priorités ministérielles de MAECD garantir l'avenir des enfants et des jeunes et assurer une croissance économique durable. Le principal problème réside non pas dans l’absence de richesse, mais dans l’absence de moyens institutionnels pour s’attaquer efficacement aux inégalités socioéconomiques. Dans ce contexte, la tradition canadienne qui consiste à promouvoir des chances égales, par l’intermédiaire des services publics, revêt une pertinence et un intérêt particuliers. MAECD cherche à appuyer les efforts du Pérou, notamment par le partage de modèles efficaces, lorsque ceux-ci sont adaptés au contexte péruvien.

Lors de sa première rencontre avec le président Humala, en marge du Sommet de l’APEC de 2011, le premier ministre Harper a annoncé un nouveau projet financé par l’ACDI visant à accroître la capacité à gérer et à prévenir les conflits dans les secteurs énergétique et minier. Les deux leaders ont convenu de collaborer afin d’améliorer la coopération dans ces secteurs. En avril 2012, durant le Sommet des Amériques, le premier ministre Harper a également annoncé un soutien pour la gestion efficiente et durable des ressources énergétiques du Pérou.

Le gouvernement du Canada encourage le perfectionnement de nouveaux dirigeants et le renforcement des institutions au Pérou, notamment par l’octroi de bourses par l’intermédiaire du Programme des futurs leaders dans les Amériques (PFLA). En outre, les institutions d’enseignement canadiennes augmentent leurs activités de promotion au Pérou.

En raison de la rapide expansion de l’économie du Pérou, combinée à la signature de l’Accord de libre‑échange Canada-Pérou, et de son riche héritage culturel, le Pérou continue d’attirer l’attention d’un nombre croissant de Canadiens.

Août 2012


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Pied de page

Date de modification :
2014-01-17