Développement durable axé sur la collaboration au Pérou

« Le cours sur la RSE dispensé par l’IÉDI m’a permis d’acquérir des connaissances de la part d’experts de différents domaines et d’être en contact avec plusieurs décideurs dans des territoires particuliers.» 
Aldo Huamán Arias
Agent de projet, Socios Perú –Lima, Pérou

Lorsque les collectivités, les gouvernements et les entreprises s’associent pour élaborer une vision commune du développement durable, tout le monde y gagne. La responsabilité sociale d’entreprise (RSE) améliore non seulement les chances de réussite des entreprises, mais contribue également à favoriser une société plus stable et prospère.

Le gouvernement du Canada collabore avec le milieu des affaires canadien, les organisations de la société civile, les gouvernements étrangers et les collectivités en vue de favoriser et de promouvoir des pratiques commerciales responsables et de soutenir ainsi une croissance économique viable et la mise en place de valeurs communes.

Experts canadiens offrant le cours :
En haut : Shawn Atleo, Chef héréditaire de la Première Nation d’Ahousaht et ancien Chef national de l’Assemblée des Premières Nations du Canada ; Ovide Mercredi, ancien Chef national de l’Assemblée des Premières Nations du Canada; avocat, négociateur et auteur ; Philip Oxhorn, (Ph. D., Harvard), professeur en science politique à l’Université McGill.
 
En bas : Sonia Laszlo, (PDS, Université de Toronto); professeure agrégée d'économie, Université McGill ; Ben Chalmers, vice-président du Développement durable de l’Association minière du Canada ; José Aylwin, avocat et militant spécialisé dans les droits de la personne et les études autochtones.

Pour un grand nombre d’entreprises, il peut s’avérer complexe et exigeant d’intégrer efficacement à leurs processus les priorités économiques, environnementales et sociales. Reconnaissant ces défis, l’ambassade du Canada au Pérou était fière d’appuyer le cours d’une durée de cinq jours offert à Lima au Pérou, par l’Institut d’étude du développement international de l’Université McGill, intitulé « Responsabilité sociale des entreprises : créer de la valeur grâce à la collaboration en matière de développement durable ». L’ambassade a contribué à financer la participation de dirigeants communautaires et de représentants de la société civile provenant du Pérou, du Chili et de l’Argentine.

« Lorsque je me suis inscrite au cours, je voulais acquérir des connaissances et parfaire mon savoir. En tant que citoyenne, il est de mon devoir de me tenir informée de toutes les réalités, tant à l’échelle locale, régionale, nationale qu’internationale, et de faire partie de la solution et non pas du problème. En étant informée, je pourrais exprimer mon opinion et contribuer au développement de la société. »
Rufina Sarmiento Puma
Dirigeante communautaire régionale pour la communauté paysanne d’Atancama
Membre du conseil d’administration de la Fédération régionale des femmes de la région d’Apurímac – (en espagnol FEMURA)

Promouvoir la collaboration des secteurs public et privé

Le programme de l’Institut d'étude du développement international (IÉDI) offre, par l’intermédiaire de discussions en groupe, d’ateliers et de débats animés, un aperçu des enjeux actuels relatifs à la RSE et des outils et stratégies pratiques utilisés pour harmoniser les objectifs commerciaux aux objectifs sociaux et environnementaux s’appliquant à la RSE. En une semaine de cours, les participants ont appris comment diverses organisations peuvent concilier les priorités conflictuelles et trouver des solutions pour créer des valeurs communes.

L’ambassade a organisé une discussion de groupe intéressante sur le thème « La RSE : l’expérience canadienne ». Patricia Fortier, ambassadrice du Canada au Pérou et en Bolivie, a animé le débat et fourni un aperçu de l’importance de la collaboration entre le gouvernement, les entreprises et les organisations non gouvernementales (ONG) pour créer des valeurs communes.

Des participants de plusieurs secteurs et de divers pays de l’Amérique latine ont ainsi eu l’occasion d’acquérir des compétences professionnelles supplémentaires touchant la RSE.

L’ambassade du Canada était fière d’appuyer le programme sur la RSE de l’IÉDI qui a permis de réunir des dirigeants des entreprises, du gouvernement et de la société civile en vue de concevoir des approches harmonisées visant à aborder la question de la responsabilité sociale.