Atelier sur le journalisme organisé par le Canada pour les étudiants à Davao


Photo de groupe des journalistes étudiants assistant au Séminaire estival annuel de journalisme de Mindanao, à Davao.
 


Des journalistes étudiants assistent à des conférences et des ateliers visant à améliorer leurs aptitudes à écrire et à rapporter la nouvelle, au Séminaire estival annuel de journalisme de Mindanao.


Des étudiants posent des questions pertinentes à une conférence de presse simulée lors du Séminaire estival de journalisme de Mindanao.

L’ambassade du Canada aux Philippines a offert un atelier sur le journalisme éthique et responsable à des journalistes en herbe à Davao, troisième grande métropole du pays.

Les médias philippins comptent parmi les plus libéraux de toute l’Asie du Sud-Est, mais leur contexte professionnel est l’un des plus dangereux de la planète. Ainsi, en 2009, 58 membres des médias ont été tués dans la province de Maguindanao, dans le sud de l’île de Mindanao, pendant la tournée électorale d’un candidat au poste de gouverneur dans cette région du pays marquée par des tensions politiques.

La majorité des journalistes à l’extérieur de Manille n’ont jamais reçu de formation professionnelle ou universitaire, ce qui a engendré des lacunes sur le plan de l’éthique et du professionnalisme.

Renforcement des capacités et de la démocratie

En tant que défenseur des droits de la personne et partenaire des Philippines en la matière, le Canada préconise et soutient la formation de journalistes compétents et responsables pouvant contribuer à l’avancement du processus démocratique. Cette initiative de la part du Canada se veut une façon d’encourager la liberté de presse aux Philippines.

« Le Canada passe ici pour un ardent défenseur et partenaire des médias locaux, car il contribue au renforcement des capacités en vue de rendre les articles et reportages des médias à la fois plus exacts et plus responsables, connaissant le rôle joué par ces derniers. Il était tout naturel pour nous de faire quelque chose sur le plan de l’éthique en apprenant que la plupart des journalistes dans les provinces hors de Manille n’ont pas reçu de formation professionnelle ou universitaire. Et quoi de mieux que de commencer par former les étudiants en journalisme. » – Ambassadeur Christopher Thornley

L’atelier annuel était présenté au Mindanao News and Information Cooperative Center au cours de sept dernières années. Il a permis à des étudiants en journalisme et en communication de masse, ainsi qu’à de jeunes membres des médias, de parfaire leurs compétences en journalisme.   

L’atelier englobait des sujets comme la médiatique, l’éthique journalistique, les notions élémentaires de rédaction et de diffusion de l’information et les reportages multimédias.

Journalisme éthique et responsable

Au cours de l’atelier de cette année, tenu à l’occasion du 6e Séminaire estival annuel de journalisme de Mindanao, trente étudiants provenant des meilleures écoles de la région ont pu profiter de la présence de six journalistes primés de leur pays venant de divers milieux et possédant des expériences variées. Une étudiante, Kristelle Omar, a eu cette réflexion à propos de la responsabilité liée à la fonction de journaliste :  

« Il semble qu’on accorde bien facilement le titre de « journaliste ». Ce que la majorité des gens ignore, c’est qu’il faut mériter le droit de porter ce titre. Après le séminaire, chacun de nous comprend le poids qui s’y rattache. C’est la raison pour laquelle les autres participants et moi n’avons pas voulu lever la main. Nous ne pensions pas avoir les qualités pour mériter ce titre. Nous ne savons pas si nous pourrons un jour assurer la relève. Mais nous sommes restés, et cela doit bien vouloir dire quelque chose. »

Deux anciennes lauréates du prix Marshall McLuhan décerné par l’ambassade du Canada aux Philippines à un journaliste d’enquête ayant fait preuve d’excellence dans son domaine étaient au nombre des conférenciers.

La lauréate de 2011 et rédactrice en chef du Mindanao Times, Carol Arguillas, a rappelé l’histoire de l’île de Mindanao, tandis que celle de 2009, Diosa Labiste, a parlé des personnalités sur la scène politique et de la politique de vedettariat. Toto Lozano, journaliste à MindaNews et associé au Bangkok Post, a traité pour sa part des reportages multimédias.

L’agent des affaires publiques de l’ambassade, Carlo Figueroa, a parlé aux étudiants de médiatique et de l’importance d’un fondement éthique.

« En ma qualité d’agent diplomatique et d’éducateur, a-t-il dit, je me réjouis que nous puissions appuyer des activités de formation comme celle-ci, qui aident nos journalistes et membres des médias de demain. J’ai constaté que, malgré leur aptitude à écrire, certains journalistes ont du mal à bien remplir leur véritable rôle dans la société dès qu’ils perdent de vue les principes d’éthique inhérents à leur profession. Mieux vaut ancrer solidement ces principes et définir clairement le rôle des médias dans la tête des étudiants quand ceux-ci sont encore malléables et animés d’un brin d’idéalisme. »

L’ambassade du Canada continuera d’appuyer cette activité de formation, en espérant qu’elle sera un jour offerte à d’autres secteurs marginalisés des Philippines.

L’Université de Mindanao a aussi participé à l’organisation de l’atelier, en collaboration avec l’ambassade du Canada et le Mindanao News and Information Cooperative Centre.