Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Mission Permanente du Canada auprès des Nations Unies

CanadaInternational.gc.ca

Bookmark and Share

Célébration de la première Journée internationale des filles


 
Ambassadrice de la jeunesse Fabiola engage les participants à une discussion stimulante de l'avenir.

Le Canada a pris part, récemment, aux célébrations marquant le lancement de la première Journée internationale des filles, qui ont eu lieu à New York et au Siège de l'Organisation des Nations Unies. Le Canada, de concert avec le Pérou et la Turquie, a proposé une résolution visant la création d’une Journée internationale des filles, laquelle a été adoptée le 19 décembre 2011 par l’Assemblée générale des Nations Unies. Depuis ce temps, de nombreux pays et organismes ont fait des campagnes de sensibilisation aux conditions de vie des filles dans le monde entier.

« Parce que je suis une fille » – La motivation de jeunes activistes


Une audience captive écoute une discussion d’experts intitulé « Ensuring Bright Futures »
  

Afin de souligner l’adoption de la résolution, le Canada, le Pérou et la Turquie ont tenu un discussion d’experts intitulé « Ensuring Bright Futures », dans le but de discuter des difficultés auxquelles sont confrontées les filles, en particulier la violence qu’elles subissent à l’intérieur et autour des écoles, le rôle de l’éducation comme moyen d’aider les filles à se faire entendre et les moyens de leur offrir de meilleures possibilités et des conditions de vie plus sûres.

Le table ronde a attiré un grand nombre de participants qui ont rapidement rempli l’Auditorium Dag Hammarskjöld. Plusieurs ambassadeurs et jeunes ambassadrices étaient présents. Le fait marquant du table ronde a été le discours prononcé par Fabiola, une jeune activiste du Cameroun. Fabiola a parlé avec passion de son désir d’aller à l’école, d’être un chef de file dans sa collectivité et de représenter les filles de son pays et du monde entier :

« Parce que je suis une fille, on pense que je devrais laver les couches des bébés, au lieu de manipuler une souris. Parce que je suis une fille, je ferai à manger pendant que mes frères feront leurs devoirs de sciences. Parce que je suis une fille, je devrais rester en arrière plan et regarder les garçons utiliser des ordinateurs. Parce que je suis une fille, je serai peut-être forcée de me marier jeune, au lieu de poursuivre des études en sciences et en technologie. Parce que je suis une fille, je me battrai pour mes droits. Je montrerai à ma société que j’existe. Je transformerai le monde pour créer un monde où chacun est traité équitablement, peu importe le genre, la race, la langue, la culture ou les perspectives religieuses. ».

Le table ronde était animé par Geeta Rao Gupta, directrice générale adjointe de l'UNICEF. La webémission du débat (en anglais seulement) est accessible sur le site Web des Nations Unies.

De jeunes femmes qui appuient de jeunes femmes

Alaina Podmorrow, jeune ambassadrice honoraire du Canada et ardente défenseure des droits des filles en Afghanistan, était également présente. Alaina milite activement pour les droits des filles au Canada et ailleurs dans le monde.

Âgée d’à peine 15 ans, Alaina Podmorow est la preuve vivante qu’un peu d’inspiration peut conduire à de grandes choses : le discours prononcé en 2006 par la journaliste et militante des droits de la personne, Sally Armstrong, sur la situation désespérée des filles et des femmes Afghanes a tant inspiré Alaina que celle-ci a fondé Little Women for Little Women in Afghanistan (en anglais seulement), un organisme qui appuie des projets d’enseignement en Afghanistan. Alaina n’avait que neuf ans à cette époque.

Alaina se consacre à l’organisation, qui a amassé plus de 400 000 $ et compte aujourd’hui 10 divisions au Canada et aux États-Unis. Alaina s’adresse à des auditoires partout au Canada afin de donner de l’information sur l’importance de l’éducation en tant qu’outil de consolidation de la paix.

Les filles : protection contre la violence, l’exploitation et les abus

Le Département de l'information des Nations Unies a organisé un débat intitulé « Les filles : protection contre la violence, l’exploitation et les abus ». La ministre Ambrose a parlé de son rôle, en tant que dirigeante, et a exprimé son espoir que cette journée aidera à sensibiliser les gens à la condition des filles dans le monde entier. Changu Mannathoko, Ph.D, conseillère principale en éducation à l’UNICEF, a livré un discours émouvant sur l’importance de l’éducation des filles, tandis que Evita Saraswati, une activiste musulmane, a parlé des nombreuses difficultés que rencontrent les filles musulmanes, tèl que l'accès à l’éducation.

En plus, le Plan de parrainage international (Plan International en anglais) a organisé une activité de lancement de sa compagne visionnaire intitulée Parce que je suis une fille, qui vise à sensibilier les gens aux questions relièes aux droits des filles partout dans le monde. Comme l’a dit de manière éloquente madame Ellen Margrethe Loj, présidente de l’assemblée des membres et du conseil d’administration de Plan international : « Les filles font partie des groupes les plus marginalisés qui font l’objet de la discrimination la plus grande sur la planète. Nous savons que de donner aux filles des moyens d’agir pour protéger leurs droits est également la meilleure solution pour réduire durablement la pauvreté à l’échelle mondiale. »

Un engagement envers les femmes


La Ministre Rona Ambrose avec la Directrice executive des femmes de l'ONU, Michelle Bachelet
  

La ministre Ambrose a rencontré Michelle Bachelet, directrice exécutive d'ONU Femmes et ancienne présidente du Chili, afin de discuter de la violence faite aux femmes. La ministre a parlé des efforts du Canada pour engager les hommes et les garçons dans la prévention de la violence envers les femmes, et de l’engagement du Canada à mettre fin au mariage d’enfants. 

Pour en savoir davantage sur la façon dont le Canada appuie la Journée internationale des filles, consultez le site Web de Condition féminine Canada.

Pour un complément d’information sur les programmes qui appuient les filles, consultez les sites Web suivants :

>> Pour en savoir plus sur les activités du Canada à l’étranger ou raconter les vôtres, Coup d’œil sur le monde vous attend!

 

Pied de page

Date de modification :
2012-10-25