Relations Canada - Sénégal

Relations Canada - Sénégal

Le Canada et le Sénégal ont établi des relations diplomatiques en 1962. Depuis, le Canada est représenté au Sénégal par l’ambassade du Canada à Dakar. Le Sénégal maintient une présence diplomatique au Canada grâce à son ambassade à Ottawa depuis 1975.

Les relations bilatérales du Canada avec le Sénégal sont étroites et touchent un large éventail d'activités. Le Sénégal est un partenaire important du Canada au sein des institutions multilatérales, telles que la Francophonie et les Nations Unies.

De nombreuses visites de haut niveau dans les deux pays ont contribué à l'essor des relations bilatérales. Le Premier Ministre Stephen Harper est allé au Sénégal lors du Sommet de la Francophonie, qui s’est déroulé en novembre 2014. Le Premier Ministre Harper était accompagné par le Ministre du Développement international et de la Francophonie Christian Paradis et par la Ministre du Patrimoine canadien Shelly Glover. En novembre 2013, le ministre Christian Paradis, ministre du développement international et de la Francophonie, a visité le Sénégal. En visite de travail en octobre 2012, le Premier Ministre Harper a rencontré le Président du Sénégal Macky Sall. En octobre 2011, le Sénégal a accueilli l’Association parlementaire Canada-Afrique. La Gouverneure générale de l’époque Michaëlle Jean a effectué une visite d’état au Sénégal en 2010. Madame Michaëlle Jean a été élue Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie lors du Sommet de Dakar en novembre 2014.

Le Canada et le Sénégal travaillent en étroite collaboration afin de promouvoir la paix et la sécurité régionales. Les deux pays ont participé à de nombreuses initiatives de maintien de la paix. De plus, les Forces armées du Sénégal sont bénéficiaires du Programme d’instruction et de la coopération militaires de la Défense nationale du Canada.

Le Canada et le Sénégal entretiennent des relations commerciales bien établies. Le Plan d'action du Canada sur les marchés mondiaux de 2013 a désigné le Sénégal comme étant «un marché émergent offrant des débouchés particuliers pour les entreprises canadiennes», l’un des 12 pays désignés comme tel dans la région sub-saharienne.

La première édition du Forum économique du Sénégal, tenue le 14 avril 2015 à Montréal, a su mettre à l’avant-scène les occasions d’affaires et d’investissements qui existent dans ce pays. Plus d’une centaine d’institutions et d’acteurs canadiens, incluant une soixantaine d’entreprises, étaient déjà présents sur le marché sénégalais en 2014.  Les échanges commerciaux entre le Canada et le Sénégal s’établissaient à 44,5 millions $ en 2014, dont presque 41,5 millions $ d’exportations et 3,0 millions $ d’importations en provenance du Sénégal.

Un accord de double imposition entre le Canada et le Sénégal est en vigueur depuis 2003. Les deux pays ont également signé un accord de transport aérien lors de la visite du Premier Ministre Harper à Dakar en 2012. De plus, un Accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) a été signé en novembre 2014, à Dakar, en marge du Sommet de la Francophonie, par le Ministre Paradis et par le Ministre des Affaires étrangères du Sénégal.

Le Canada est un partenaire de longue date du Sénégal pour réduire la pauvreté et favoriser une croissance économique durable et inclusive dont profiteront tous les Sénégalais et Sénégalaises. Pour de plus amples informations sur l’aide au développement bilatéral du Canada au Sénégal, veuillez vous référer à la page principale de l’aide au développement au Sénégal.

Le programme du Fonds canadien pour les initiatives locales a financé treize projets à hauteur de 215,800 $ au Sénégal en 2014-2015. Ces projets, financés pour des montants allant de 7,000 $ à 36,000 $, ont porté sur quatre thématiques prioritaires de financement pour le Canada : 1) le respect des droits de la personne, 2) la prévention de la violence sexuelle et du mariage d’enfants précoces et forcés, 3) la participation démocratique accrue, particulièrement celle des femmes et des groupes minoritaires, et 4) la lutte contre l'impact déstabilisant du crime et de la corruption. De plus, deux projets ont été financés en réponse à la situation d’urgence créée par l’épidémie de fièvre Ébola dans les pays de la sous-région qui ont été touchés.

Mai 2015


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.