Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

soudan-soudandusud.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Relations bilatérales
  4. >
  5. Soudan

Relations Canada-Érythrée

Fiche documentaire - (Version PDF, 78 ko) *

Relations diplomatiques et représentation officielle

Le Canada a établi des relations diplomatiques avec l’Érythrée en 1993, après son indépendance. 

L’ambassadeur du Canada en Érythrée est posté à Khartoum (Soudan). Le Canada a également un consul honoraire à Asmara dans le pays même. L’Érythrée maintient une ambassade à Washington DC, également responsable du Canada, ainsi qu’un consulat à Toronto.

Relations bilatérales

Le Canada est toujours préoccupé par la situation des droits de la personne en Érythrée, surtout en ce qui concerne le respect des principes démocratiques et de la primauté du droit, l’emprisonnement ou le mauvais traitement des opposants politiques et des journalistes, et la protection des libertés civiles.

En décembre 2009, le Conseil de sécurité des Nations Unies, agissant en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, a adopté la résolution 1907 qui stipule que les agissements  de l’Érythrée compromettent la paix et la réconciliation en Somalie et que le différend entre Djibouti et l’Érythrée constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales. La résolution 1907 enjoint à l’Érythrée de se conformer immédiatement à la résolution 1862, et à tous les États, et en particulier l’Érythrée, de cesser de fournir un appui aux groupes d’opposition armés en Somalie.

La résolution 1907 impose également des sanctions à l’Érythrée et aux personnes désignées par un comité du Conseil de sécurité. Selon l’article 25 de la Charte des Nations Unies, ces sanctions lient tous les États membres de l’ONU et, par conséquent, le Canada doit les appliquer. Le Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur l’Érythrée (le Règlement), adopté en vertu de la Loi sur les Nations Unies, intègre ces sanctions au droit canadien.

Au Canada, il est fortement suggéré aux personnes qui font affaire avec l’Érythrée d’examiner  de près l’interdiction sur la fourniture d’aide financière liée aux activités militaires figurant dans le Règlement d’application de la résolution des Nations Unies sur l’Érythrée. Ceci pourrait concerner particulièrement les expatriés érythréens qui paient des impôts nationaux à l’Érythrée, puisque les paiements visant à soutenir les activités militaires ou apparentées, qu’on les qualifie de redevances, de contributions, de donations ou de tout autre terme, pourraient être interdits en vertu des sanctions imposées par le Canada.

De plus, le 5 décembre 2011, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 2023 (2011), exigeant de l’Érythrée qu’elle cesse « d’avoir recours à l’extorsion, à la violence, à la fraude et à d’autres moyens illicites de percevoir des impôts en dehors de l’Érythrée » et a décidé que les États membres devraient prendre des mesures pour forcer les individus commettant ces actes à rendre des comptes. Au Canada, le Code criminel prévoit des infractions pour les menaces, la fraude et d’autres activités semblables; toute victime et tout témoin d’une possible infraction devraient en informer le service de police local.

Le Canada appuie la résolution pacifique du conflit frontalier entre l’Érythrée et l’Éthiopie, conformément aux dispositions des résolutions successives du Conseil de sécurité des Nations Unies. Le Canada, qui aspire à une paix durable entre l’Érythrée et l’Éthiopie, soutient l’Accord de paix d’Alger conclu en 2000 qu’il considère comme étant l’unique plan de paix entre les deux pays. Cet accord prévoyait la présence d’une mission de maintien de la paix de l’ONU (MINUEE) dans la région frontalière et la création de la Commission de délimitation de la frontière d'Érythrée – Éthiopie.

Développement et aide humanitaire

Le Canada continue de suivre la situation humanitaire qui prévaut en Érythrée, et la réglementation canadienne ne lui interdit pas de fournir une assistance humanitaire aux personnes dans le besoin. Cependant, le nombre de partenaires disponibles dans le pays est limité par les politiques restrictives du gouvernement de l’Érythrée. Le Canada ne fournit aucun soutien direct aux autorités locales.

Au pire de la sécheresse dévastatrice de 2011/2012 dans la Corne de l’Afrique, le MAECD a fourni un financement de 1 M$ pour aider à répondre aux besoins nutritionnels des Érythréens vulnérables. Avant cette intervention, l’aide humanitaire du Canada à ce pays remontait à 2005, au moment où le Programme alimentaire mondial de l’ONU a cessé ses activités dans le pays après un différend avec le gouvernement sur le vol de denrées alimentaires.

Commerce

Le commerce bilatéral de marchandises a bondi de 2,9 M$ en 2010 à 161,4 M$ en 2013. Les importations d’or et d’argent au Canada représentent l’essentiel de cette augmentation, faisant de l’Érythrée la plus grande source d’or pour le Canada en Afrique subsaharienne. Nevsun Resources de Vancouver est l’un des plus importants investisseurs étrangers en Érythrée avec sa mine de Bisha entrée en activité en 2010. Le gouvernement érythréen a une participation de 40 % dans le projet.

Juillet 2014


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Pied de page

Date de modification :
2014-07-23