Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

suède.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
Bookmark and Share

Le Canada accueille un séminaire visant à promouvoir le dialogue sur les femmes, la paix et la sécurité


 
Des experts discutent de la Résolution 1325 des Nations Unies

Récemment, l’ambassade du Canada en Suède accueillait le séminaire « Mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies – Défis et avenir ».

Adoptée par le Conseil de sécurité en 2000, la Résolution 1325 est le premier instrument de la sorte à demander que l’on se penche sur les incidences distinctes des conflits sur les femmes et les hommes et les jeunes. Elle prône la participation des femmes aux processus de paix et l’inclusion du point de vue tenant compte des sexospécificités à toutes les étapes des opérations de paix – par ailleurs essentiel à l’installation et au maintien d’une paix durable. 

Photo
Yvette Chesson-Wureh et Jenny Rönngren en pleine discussion
  

Pour souligner l’appui continu du Canada à la Résolution 1325 de l’ONU, l’ambassade s’est associé aux organismes suédois Operation 1325, Kvinna till Kvinna et InDevelop pour promouvoir le dialogue et les échanges sur les projets touchant les femmes, la paix et la sécurité.

Le conseiller Patrick Hébert, représentant de l’ambassade au séminaire a déclaré que « un pays ne peut pas se développer sur le plan politique, économique ou social, si la discrimination et la violence sexuelle empêchent la participation pleine et entière des femmes et des jeunes filles. » Il a décrit les efforts menés par le Canada sur la scène internationale pour améliorer le rôle des femmes à l’intérieur du système onusien et pour fournir un appui financier aux organismes qui adoptent une démarche sexospécifique dans leurs interventions en faveur de la paix et de la sécurité.

En plus de rappeler le point de vue du gouvernement canadien et des ONG suédoises, le séminaire a invité les participants à se faire entendre à titre d’intervenants ou de responsables de la mise en œuvre de la Résolution. Ces derniers ont mentionné qu’en plus d’un appui financier, ils aimeraient voir des pays occidentaux comme le Canada et la Suède soutenir le renforcement des capacités par des exemples concrets favorisant la mise en œuvre de la Résolution.

Le conseiller Hébert a conclu son intervention en citant la Suédoise Margot Wallström, représentante spéciale du secrétaire général sur la violence sexuelle dans les conflits : « Nous jetons un regard sur l’adoption de la résolution 1325 et nous envisageons également un avenir où l’inclusion des femmes dans les activités de paix et de sécurité ne sera plus novatrice mais normale. »

Le Canada a dévoilé son Plan d'action pour la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité en octobre 2010. Ce plan met en lumière l’action continue de notre gouvernement pour la mise en œuvre de la Résolution 1325 (et des résolutions subséquentes). Il fournit des orientations sur les questions liées aux femmes, à la paix et à la sécurité dans les domaines des politiques, de la doctrine, des programmes, des opérations de paix et de la formation en la matière, des États fragiles et des situations de conflit.

Le plan d’action insiste également sur la participation des femmes aux processus de paix, sur la protection des droits des femmes et des jeunes filles, et vise à assurer leur accès égal à l’aide humanitaire et au développement.

Dans le cadre des nombreuses initiatives du plan d’action, le Canada finance, avec le Global Network of Women Peacebuilders (GNWP) au Népal, au Burundi et en Sierra Leone, des projets comme l’élaboration de directives sur l’intégration des résolutions du Conseil de sécurité aux plans de développement locaux ou des ateliers de renforcement des capacités en vue d’élaborer la législation locale. Ces projets garantissent la participation pleine et entière des femmes aux réformes touchant le secteur de la sécurité et aux processus de paix. Ils leur permettent d’autre part de passer du stade de victimes de la violence à celui d’actrices de leur propre reconstruction.

Par le biais de participations volontaires au Département des opérations de maintien de la paix (DOMP) et au Département de l’appui aux missions (DAM) de l'ONU, le Canada a également contribué à un programme de formation des formateurs en matière d’enquêtes sur la violence sexuelle et la violence sexospécifique. Ce programme a formé et accrédité 6064 enquêteurs de l’ONU dans 25 pays.

>> Pour en savoir plus sur les activités du Canada à l’étranger ou raconter les vôtres, Coup d’œil sur le monde vous attend!

 

Pied de page

Date de modification :
2012-08-29