Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

Thaïlande.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Relations bilatérales

Relations Canada-Birmanie

Le Canada salue les récentes réformes et appuie une transition pacifique qui respecte les droits de la personne, la démocratie et la primauté du droit en Birmanie.

Comme annoncé par le ministre Baird en juillet 2012, le Canada s’apprête à ouvrir une ambassade en Birmanie, à Rangoon (Yangon). Le tout premier ambassadeur résident du Canada auprès de la Birmanie a été désigné en mars 2013.

Le 24 avril 2012, le Canada a assoupli ses sanctions économiques contre la Birmanie. La plupart des interdictions contenues dans le Règlement sur les mesures économiques spéciales visant la Birmanie de 2007 ont été suspendues ainsi que celles concernant les exportations, les importations, les services financiers et l’investissement. La Birmanie a également été retirée de la Liste des pays visés, ce qui signifie que les exportateurs n’auront plus à se procurer une licence d’exportation auprès du ministère des Affaires étrangères, en vertu de la Loi sur les licences d’exportation et d’importation, pour exporter vers la Birmanie des biens et des technologies qui ne figurent pas sur la Liste des marchandises d'exportation contrôlée (LMEC). Toutefois, le Règlement modifié sur les mesures économiques spéciales visant la Birmanie comporte toujours des sanctions contre certaines personnes et entités et interdit le commerce d’armes et de matériel connexe, ainsi qu’une assistance technique et financière y afférente. Les Canadiens ainsi que les entreprises canadiennes qui envisagent de mener des activités en Birmanie sont invités à se familiariser avec les restrictions subsistantes et à prendre connaissance de la lettre ouverte des ministres : Faire des affaires en Birmanie. Pour de plus amples informations à ce sujet, vous pouvez consulter notre page Web sur les sanctions économiques imposées contre la Birmanie par le Canada.

Le Canada s’emploie, grâce aux efforts déployés à l'échelle du gouvernement, à renforcer les forces démocratiques et la société civile en Birmanie et à répondre aux besoins humanitaires des Birmans qui se sont réfugiés à l'extérieur du pays.

  • Par une contribution de plus de 1,8 million de dollars sur cinq ans au profit de médias indépendants et d'autres groupes, l'enveloppe du Fonds pour la paix et la sécurité mondiales (FPSM) consacrée à la démocratie a permis d'accroître les connaissances et de renforcer les capacités d'acteurs démocratiques et du peuple birman. En 2012‑2013, le FPSM a financé trois projets à l’appui de la transition démocratique en Birmanie. Le premier projet a appuyé des médias indépendants et la réforme des médias; le deuxième a contribué à accroître les connaissances d’intervenants clés sur la pratique de la démocratie et le partage du pouvoir dans des contextes de diversité ethnique et culturelle et à promouvoir le dialogue entre ces intervenants; enfin, le troisième a permis à des parlementaires et à des fonctionnaires birmans de se familiariser avec les fondements du modèle canadien de gouvernance parlementaire.
  • L’ambassade du Canada à Bangkok appuie des petits projets communautaires centrés sur les droits de la personne, la bonne gouvernance et le développement démocratique au moyen du Fonds canadien d’initiatives locales pour des projets en Thaïlande en lien avec la Birmanie (plus de 100 000$ en 2012-13).
  • Par suite des modifications annoncées en avril 2012 au régime des sanctions canadiennes, Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (MAECD) peut désormais inclure la Birmanie dans son programme au titre de l’ensemble de ses mécanismes d’aide, notamment Programmes multilatéraux et mondiaux, Partenariats avec les Canadiens et Programme régional de l’Asie du Sud‑Est.
  • Par le truchement d’un programme de MAECD doté d’une enveloppe de 15,9 millions de dollars sur cinq ans (2010‑2015) et mis en oeuvre par l’ONG canadienne Inter Pares, le Canada appuie la prestation de services de base, tels que la fourniture d’aliments et de soins de santé aux réfugiés birmans, aux migrants et aux personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays, tout en soutenant le travail de plus de cinquante organisations de la société civile établies dans des pays voisins (Thaïlande, Bangladesh, Inde, Chine et Malaisie).
  • En 2012, MAECD a octroyé une aide humanitaire de 3,6 millions de dollars destinée à la Birmanie, dont 3 millions de dollars ont été affectés au Programme alimentaire mondial, 400 000 $ au Haut‑Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés et 200 000 $ au Comité international de la Croix‑Rouge.

Le Canada collabore également avec la Birmanie dans le cadre de l’Association des nations de l’Asie du Sud‑Est (ANASE), dont la Birmanie est un État membre et le Canada un partenaire du dialogue, ainsi que du Forum régional de l’ANASE (FRA).

Avril 2013


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Pied de page

Date de modification :
2014-01-17