Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

Trinite-et-Tobago.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
Bookmark and Share

Au nom de l'équité – tirez la sonnette d'alarme!

Promotion de la responsabilité à la conférence contre la corruption

Une réception organisée par le Canada
De gauche à droite : Bertrand de Speville, Consultant britannique en approvisionnement, la Haute-commissaire McDonald, Allan Cutler, président de Canadiens pour la responsabilité, à la réception organisée par le Canada.
   
Les membres du Conseil du Transparency Institute de Trinité­et­Tobago et la Haute-commissaire McDonald lors de la réception
Les membres du Conseil du Transparency Institute de Trinité­et­Tobago et la Haute-commissaire McDonald lors de la réception organisée en honneur de M. Allan Cutler, président de Canadiens pour la responsabilité.
   

Les gouvernements sont responsables envers leurs citoyens de la bonne gouvernance en ce qui concerne la gestion et les dépenses des fonds publics. Le gouvernement actuel de Trinité-et-Tobago a proposé la mise sur pied d'une Commission anticorruption qui aura comme responsabilité de recevoir les allégations de corruption ainsi que les plaintes qui lui seraient transmises par la Commission sur l'intégrité, et de faire enquête.

Le Transparency Institute de Trinité-et-Tobago, qui a à cœur de faciliter le dialogue sur ce sujet a organisé une conférence au cours de laquelle les agences d’anticorruption – notamment les acteurs étatiques et non-étatiques – se sont réunies pour discuter des fonctions des deux commissions, ainsi que de la bonne gouvernance et des solutions de rechange aux propositions.

Les pratiques d'approvisionnement corrompues ont contribué à la chute de deux gouvernements de Trinité-et-Tobago au cours des dernières années, si bien que des experts canadiens se sont empressés d'apporter leur aide en proposant des pratiques exemplaires et en discutant des différentes vues globales des commissions anticorruption. La conférence a été une excellente occasion de mettre à profit le partage des connaissances de partout dans le monde et de donner aux citoyens la chance d'exercer leurs droits démocratiques en contribuant aux conversations et en recommandant des solutions à la crise.

La conférence publique de deux jours, financée par le Canada et l'Union européenne, regroupait des participants du gouvernement, de la Commission sur l'intégrité, des partis politiques, de l'association d’avocats, des organisations professionnelles et plusieurs organisations de la société civile. Grâce à l'aide de la Haute-commissaire du Canada à Trinité­et­Tobago, plusieurs conférenciers de renom ont participé à la conférence et ont fait bénéficier les participants de leur expertise – notamment Allan Cutler président de Canadiens pour la responsabilité, qui malgré ses 30 ans d'expérience en approvisionnement et en gestion de projet, est sans doute mieux connu pour son rôle de dénonciateur dans le scandale des commandites qui a fait les manchettes au Canada en 2004.

« Faire les bonnes choses n'est pas suffisant, a déclaré M. Cutler dans un éditorial écrit avant la conférence. Il faut trouver un moyen pour montrer aux gens que les bonnes choses ont été faites. Tout le monde doit insister sur la transparence et sur la capacité de surveiller les activités du gouvernement. »

Selon M. Cutler, la transparence et l'impression de crédibilité sont de la plus grande importance en matière d'approvisionnement, car cela nous rassure sur le fait que les gouvernements obtiennent les meilleurs services à un taux compétitif.

« Pourquoi une entreprise ou une personne voudrait-elle gaspiller son temps à participer à une soumission si elle sait que les dés sont pipés, que le gagnant est connu d'avance, que la méthode de sélection est malhonnête et que la décision est politique » a demandé M. Cutler dans une discussion sur la bonne gouvernance sur la gestion et sur les dépenses des fonds publics.

M. Cutler a souligné l'importance des Vérificateurs généraux, des tierces parties neutres qui jouent le rôle de chien de garde, et de la loi sur l'accès à l'information qui encouragent la transparence en donnant à la population le droit d'accès aux documents du gouvernement. Il a en outre discuté de la responsabilité personnelle et de l'importance des dénonciateurs en dernier recours.

« Une culture d'ouverture et de transparence est nécessaire si l'on veut empêcher la [corruption] de s'installer », a finalement déclaré M. Cutler.

Le président de la Commission sur l'intégrité était également présent et s'est adressé à la la grande foule. S'en est suivie une longue période réservée aux questions et réponses durant laquelle tous les participants ont pu avoir réponse à leurs préoccupations. Après la conférence, Le Haut-commissariat du Canada à Trinité-et-Tobago a ensuit organisé une réception au cours de laquelle tous les participants ont pu socialiser et continuer à partager des connaissances avec leurs collègues de partout dans le monde. Grâce à cette collaboration et aux échanges continus, les pays de partout dans le monde peuvent travailler ensemble à combattre la corruption, au pays aussi bien qu'à l'étranger.

>> Pour en savoir plus sur les activités du Canada à l’étranger ou raconter les vôtres, Coup d’œil sur le monde vous attend!

 

Pied de page

Date de modification :
2011-12-08