Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

Trinite-et-Tobago.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
Bookmark and Share

Tirer parti de la diaspora de Trinité-et-Tobago

Les membres de Kobo Town sont descendus jouer parmi le public, où écoutaient la haute-commissaire Karen L. McDonald (à droite) et son mari Bruce White, lors des célébrations de la fête du Canada.
 
Les membres de Kobo Town sont descendus jouer parmi le public, où écoutaient la haute-commissaire Karen L. McDonald (à droite) et son mari Bruce White.

Lorsqu'il s’agit des liens entre le Canada et Trinité-et-Tobago, il y a certainement de quoi à célébrer. Le Canada compte une importante collectivité de Trinité-et-Tobago, avec environ 100 000 individus qui habitent surtout dans la Région du Grand Toronto. À Trinité-et-Tobago, on compte plus de 6 000 citoyens canadiens qui y ont élu domicile.

De temps en temps, ces deux collectivités ont l’occasion de se réunir. Lors d‘une fête récente, le Haut-commissariat du Canada à Port d’Espagne a puisé dans la diaspora de Trinité-et-Tobago et a ramené à Trinité-et-Tobago des talents musicaux de calibre international.

Drew Gonzalves (à gauche), originaire de Trinité-et-Tobago, joue avec son groupe Kobo Town au concert de la fête du Canada à Port d’Espagne.
Drew Gonzalves (à gauche), originaire de Trinité-et-Tobago, joue avec son groupe Kobo Town au concert à Port d’Espagne.
   

Profitant des liens solides entre le Canada et Trinité-et-Tobago, le Haut-commissariat a offert un concert de l’ensemble canadien-caribéen Kobo Town, qui a aidé à faire connaître le talent musical canadien et à vanter l'intégration réussie de personnes d'origine caribéenne dans le tissu de la société canadienne. Il s’agissait d’une occasion pour souligner le patrimoine multiculturel unique du Canada et pour fêter l’épanouissement de la relation avec Trinité-et-Tobago.

Environ 300 invités ont assisté à l’activité, tenue à l’hôtel Hilton de Trinité, et le public a pu profiter du merveilleux concert de ce groupe dont le répertoire était non seulement agréable, mais incitait aussi à taper du pied.  D’ailleurs, plusieurs ont quitté leur place pour danser dans les allées lors des numéros les plus rythmés et entraînants.

Fondé par le compositeur trinidadien/canadien Drew Gonsalves, et composé de musiciens nés à Trinité, en Guyana, et au Canada, Kobo Town prend son nom du quartier historique de Port d’Espagne, où le calypso est né des chants vantards et comiques des combattants de bâtons  qui se promenaient dans les rues. 

Les employés recrutés sur place du Haut-commissariat à Port d’Espagne écoutent le concert à l’occasion de la fête du Canada, véritable reflet de la diversité autant de Trinité-et-Tobago que du Canada.
Les employés recrutés sur place du Haut-commissariat à Port d’Espagne écoutent le concert, véritable reflet de la diversité autant de Trinité-et-Tobago que du Canada.
   

En explorant la riche tradition lyrique et les rythmes qui ont fondé le calypso, Kobo Town s’efforce de démontrer la pertinence toujours contemporaine de cette musique en traitant les grandes préoccupations de nos jours. La violence domestique, la guerre en Irak, les paradoxes de la mondialisation, la dépendance des Caraïbes, et l’expérience amère de l’immigration sont parmi les thèmes abordés dans la large gamme de leur répertoire.

Finaliste aux prix Indie, aux Prix de musique folk canadienne, et aux prix Folk Alliance International, le premier album de Kobo Town, « Independance », a fait l’objet de grands éloges à l’échelle internationale, et le concert du groupe au Haut-commissariat a fait de même.     

La haute-commissaire Karen L. McDonald (deuxième à droite) et son mari Bruce White, se régalent en écoutant Drew Gonzalvez au cuatro et Jan Morgan à la trompette (originaire de la Guyana).
La haute-commissaire Karen L. McDonald (deuxième à droite) et son mari Bruce White, se régalent en écoutant Drew Gonzalvez au cuatro et Jan Morgan à la trompette (originaire de la Guyana).
   

« Un mélange de calypso, de reggae-roots, d’instrumentation acoustique, de techniques de studio « dub » et de cultures trinidadiennes et jamaïquaines, Kobo Town représente un genre de musique unique, stylistique, militant et transnational plein de rythme, d’activisme et de poésie », a écrit Brent Hagerman du magazine Exclaim!   

Pendant son séjour à Trinité-et-Tobago, Kobo Town a également participé à un concert-bénéfice, faisant preuve de la possibilité, ainsi que des avantages, de puiser dans la diaspora pour créer des liens entre des individus et des collectivités.

>> Pour en savoir plus sur les activités du Canada à l’étranger ou raconter les vôtres, Coup d’œil sur le monde vous attend!

 

Pied de page

Date de modification :
2011-08-31