Rebâtir une communauté à Trinité-et-Tobago

Des étudiants bénévoles et des habitants de la région transportent de la terre à l’aide de brouettes et de seaux, dans la chaleur du printemps à Trinité-et-Tobago. La préparation du chantier est en cours. L'objectif est de rebâtir une communauté dans le besoin.

Plus de 2 100 personnes habitent Moriah. La collectivité rurale située dans la partie centre-nord de Tobago est actuellement à risque et très vulnérable aux glissements de terrain.

Compte tenu des pentes fort abruptes et de la présence de nombreuses résidences aménagées à même ces versants, la collectivité est bien souvent aux prises avec ce que les membres qualifient de plus grand danger pour la communauté.

En 2014, l’agence de gestion des urgences du Tobago (TEMA) a reçu quatre rapports d’incidents séparés décrivant des glissements de terrain à Moriah. D’autres glissements n’ont tout simplement pas été signalés.

Dans le but de réduire les effets dévastateurs des glissements de terrain sur les moyens de subsistance, les résidences et la sécurité des ménages dans les régions à faibles revenus, le gouvernement du Canada appuie l’organisme Habitat pour l’humanité Trinité-et-Tobago.

Des étudiants bénévoles et des habitants de la région à l'œuvre dans le chantier. [Habitat pour l’humanité/Kevon Thomas]

Secours aux sinistrés

« Habituellement, nous nous occupons de nouvelles constructions. C’est la première fois que nous ne construisons pas une maison, mais que nous participons plutôt à un projet de secours aux sinistrés financé par le gouvernement canadien ». - Dr Matthew Kenney, professeur, Austin Peay University

Grâce à l’appui du Fonds Canada-Caraïbes pour la gestion des risques liés aux catastrophes, jusqu’à dix murs de rétention formés de blocs en béton remplis et dotés de renforts en acier seront aménagés dans le cadre de ce projet. Selon les estimations, ce mur contribuera à assurer la sécurité d'environ 50 personnes.

De plus, 25 autres personnes seront avantagées grâce à l’aménagement de cinq systèmes de cueillette d’eau de pluie qui serviront à acheminer l’eau des toits dans des gouttières et des réservoirs. L’eau servira à la consommation et à l’irrigation.

Les membres de la collectivité recevront également de la formation relativement aux murs et aux systèmes de cueillette d'eau de pluie, de même que de la formation en construction et entretien, pour que les effets bénéfiques perdurent.

[Habitat pour l’humanité/Kevon Thomas]

Axé sur les bénévoles

Par l'entremise d'Habitat pour l'humanité, 10 étudiants bénévoles de la Austin Peay State University, à Clarksville, au Tennessee, ont commencé à ériger le mur dans Fair Hill, endroit aussi connu sous le nom de Canada Lane.

« Je suis très reconnaissant à tous les partenaires du projet et remercie avant tout et du fond du cœur Habitat pour l’humanité d’avoir comblé l’écart et de nous avoir incité à communiquer avec la [haute-commission] canadienne – Kevin Thomas, président du Conseil du village de Moriah

Les bénévoles planteront 100 arbres ou plantes faisant un tapis végétal afin de stabiliser les pentes et de prévenir les glissements de terrain.

Le projet appuiera également l’ajout de salles de toilettes dans le centre communautaire de Moriah, qui servira de refuge d’urgence en cas de catastrophe.

On prévoit préparer des enseignes pour « Canada Lane » et dévoiler ces enseignes la prochaine fois que le haut-commissaire sera au Tobago, afin de commémorer le 150e anniversaire du Canada et en guise de remerciement aux Canadiens et Canadiennes.

[Habitat pour l’humanité/Kevon Thomas]

Habitat pour l’humanité Trinité-et-Tobago a obtenu des fonds pour ce projet du Fonds Canada-Caraïbes pour la gestion des risques liés aux catastrophes, qui fait partie du Programme régional pour les Caraïbes de 600 millions de dollars du Canada. Le fonds vise à soutenir les organisations non gouvernementales, les groupes communautaires et les organismes gouvernementaux faisant partie de CARICOM (Communauté des Caraïbes) afin de leur permettre d'entreprendre des projets communautaires à petite échelle dans le but de réduire les risques que présentent les nombreux dangers naturels touchant la région, notamment les inondations, la sécheresse, les tempêtes et les ouragans.

Lisez et partagez d’autres récits au sujet des activités du Canada dans le monde entier suivez Coup d’œil sur le monde (COSM).