Relations Canada - Tunisie

Relations Canada - Tunisie

Le Canada et la Tunisie ont établi des relations diplomatiques en 1957. Leurs relations bilatérales sont cordiales et les deux pays sont membres de la Francophonie. On dénombre entre 15 000 et 20 000 Canadiens d'origine tunisienne; ils résident principalement dans la province de Québec. Le Canada, qui est l’une des destinations les plus populaires en ce qui a trait aux études à l’étranger, attire près de 2 000 étudiants tunisiens chaque année.

Le Canada se réjouit des progrès réalisés par la Tunisie sur le plan des réformes démocratiques depuis la révolution du jasmin en janvier 2011 et collabore avec le gouvernement tunisien et la communauté internationale pour appuyer la transition politique et économique du pays.

Bien que le Canada et la Tunisie ne soient pas liés par un traité d’extradition bilatéral, les deux pays sont parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption et à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, qui permettent l’extradition, en conformité avec le droit canadien et la Charte canadienne des droits et libertés. Le Canada a également adopté la Loi sur le blocage des biens de dirigeants étrangers corrompus (Tunisie et Égypte), qui rend exécutoires les demandes écrites du gouvernement tunisien de bloquer tous les actifs déposés dans des institutions financières canadiennes par de hauts dirigeants de l’ancien régime, ainsi que par des membres de leur famille et leurs associés.

Relations commerciales

Les relations commerciales entre le Canada et la Tunisie sont relativement modestes. Toutefois, le Canada est résolu à poursuivre de nouvelles occasions de resserrement des liens commerciaux entre les deux pays et d’expansion des investissements en Tunisie. La Tunisie présente des débouchés commerciaux dignes d’intérêt pour le Canada dans les secteurs de l’infrastructure et des services de génie-conseil, de l’agriculture, de l'éducation, des technologies de l’information et des communications, et des technologies vertes. Nos deux pays ont entamé des négociations en vue de conclure un accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE). En 2015, nos échanges bilatéraux de marchandises avec la Tunisie se sont élevés à 212,4 millions de dollars CAD. La Tunisie était le  81e partenaire commercial bilatéral du Canada en 2015. La Tunisie fait partie des pays prioritaires identifiés dans le Plan d’action des marchés mondiaux du Canada et dans la Stratégie canadienne en matière d'éducation internationale.

Du 9 au 16 avril 2016, l’ambassade du Canada à Tunis a mené une délégation d’entreprises tunisiennes multisectorielles d’une trentaine de participants à Montréal. Les entreprises dans le domaine de l’agroalimentaire ont participé au SIAL. L’ensemble de la mission a assisté à des rencontres d’affaires et à des séances d’information organisées en collaboration avec les Chambres de Commerce de Laval et SFAX et TFO Canada.

Le programme d’aide du Canada

Le Canada a contribué 20 millions de dollars canadiens au Fond pour la transition au Moyen-Orient et en Afrique du Nord du Partenariat de Deauville dont la Tunisie est récipiendaire. Jusqu’à aujourd’hui, 16 projets en Tunisie évalués à plus de $42 millions USD ont été financés par ce Fond. Dans la foulée de la révolution du jasmin du début de 2011, le gouvernement du Canada a fourni une aide à la transition sous la forme, notamment, de programmes de renforcement des capacités dans les domaines suivants : inscription des électeurs en vue des élections de l’Assemblée nationale constituante de 2011, liberté d’expression et d’information, engagement civique et politique des femmes, formation des médias et droits de la personne. Pendant la révolution libyenne de 2011, le Canada a également octroyé une aide humanitaire de 10,6 millions de dollars destinée à alléger la pression exercée par le conflit sur les pays voisins, dont la Tunisie. La Tunisie bénéficie aussi du soutien du Programme d’aide au renforcement des capacités anti-terroristes. Les projets actuels avec la Tunisie cherchent particulièrement à limiter le mouvement des combattants terroristes étrangers par une sécurité des frontières accrue, renforcer le cadre financier pour contrer le financement du terrorisme et soutenir des initiatives locales visant à faire face à l’extrémisme violent.

Mai 2016


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pour accéder à ce fichier, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page d'aide.