Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

Turquie.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Relations bilatérales

Relations Canada - Turquie

Aperçu

La Turquie est une république démocratique, laïque et constitutionnelle, dotée d’un patrimoine culturel diversifié. Membre de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et candidate à l’adhésion à l’Union européenne, la Turquie, qui a assumé la présidence du G20 en 2015, joue en rôle de plus en plus important sur les scènes régionale et internationale. Par ailleurs, la Turquie est un membre fondateur du Fonds monétaire international, de la Banque mondiale, des Nations Unies et de ses nombreux organismes, et est un membre de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et de l’Organisation de coopération islamique. En 2014, Recep Tayyip Erdoğan a été élu président à la suite des toutes premières élections présidentielles directes, après avoir occupé le poste de premier ministre pendant 11 ans.

Depuis son établissement, la politique étrangère de la Turquie porte surtout sur le maintien de bonnes relations avec les pays occidentaux ainsi que l’établissement et le renforcement des relations avec ses pays voisins. La situation géographique de la Turquie contribue à définir ses objectifs de politique étrangère à mesure que le pays continue l’expansion de sa coopération avec des partenaires sur des questions stratégiques et sécuritaires dans la région. À l’échelle mondiale, la Turquie accroît sa présence en prenant un rôle plus important au sein d’organisations et de plateformes internationales.

« Horizon 2023 » définit l’ambitieux plan du gouvernement de la Turquie en matière de développement socioéconomique jusqu’en 2023, qui marque le 100e anniversaire de la République de Turquie. Cette stratégie présente notamment l’intention de la Turquie :

  • de se joindre à l’Union européenne;
  • de s’établir comme économie du savoir;
  • de croître en tant que carrefour régional de la fabrication, particulièrement de produits haut de gamme;
  • de fournir une voie sûre et sécuritaire pour l’énergie, du Caucase et du Moyen-Orient jusqu’en Europe;
  • de servir de corridor de transport entre l’Asie et le Moyen-Orient.

Relations bilatérales

Le Canada et la Turquie entretiennent des relations diplomatiques depuis longtemps. En 1944, la Turquie a ouvert une ambassade à Ottawa, et en 1947, le Canada a nommé son premier ambassadeur auprès de la Turquie. Au cours des dernières années, en tant qu'amis et alliés, le Canada et la Turquie ont accentué la profondeur et la variété de leurs relations bilatérales en tant que partenaires stratégiques dans les domaines politiques, commerciaux et sécuritaires.

La coopération multilatérale a augmenté par l’entremise de liens créés dans le cadre de l’OTAN, des Nations Unies et de ses organismes, de l’OSCE, de l’OCDE et du Conseil de l’Europe. Grâce à ces liens qui les unissent, les deux pays œuvrent à réaliser l'objectif commun consistant à promouvoir la paix et la stabilité dans l'ensemble de l'Europe et de l'Asie centrale.

Visites de haut niveau

Au cours des dernières années, un certain nombre de visites de haut niveau ont été organisées entre la Turquie et le Canada. Ainsi, l’ancien président de la Chambre des communes, Andrew Scheer, a visité la Turquie en 2014, tandis que président de la Grande assemblée nationale turque a dirigé une délégation parlementaire au Canada en février 2015. Plus récemment, le premier ministre Justin Trudeau s’est rendu en Turquie pour participer au Sommet du G20 de 2015, à Antalya, de sorte qu’il y a rencontré le président (Recep Erdoğan) et le premier ministre (Ahmet Davutoğlu). Au cours de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN, en décembre 2015, le ministre des Affaires étrangères du Canada, Stéphane Dion, a rencontré son homologue turc, Mevlüt Çavuşoğlu.

Coopération militaire et collaboration en matière de défense

Les Forces armées de la Turquie et du Canada coopèrent depuis longtemps. Les deux pays sont résolus à défendre les valeurs démocratiques et la sécurité mondiale dans le cadre de la coopération et de la sécurité internationale. Les forces militaires des deux pays sont d’excellents partenaires sur la scène multilatérale et collaborent bien l’une avec l’autre au sein de l’OTAN. Récemment, le Canada et la Turquie ont collaboré étroitement à titre de participants de premier plan à la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan et de partenaires à la Coalition internationale pour lutter contre l’État islamique en Iraq et au Levant (EIIL).

La Turquie a offert un refuge à plus de 2,5 millions de personnes qui ont fui les conflits en Iraq et en Syrie. Le Canada pour sa part est résolu à atténuer le fardeau qui pèse sur la Turquie et il est en train d’accueillir 25 000 réfugiés qui viennent de la région, y compris de la Turquie.

Commerce et investissement

La Turquie dispose de solides facteurs économiques fondamentaux, d’une population jeune à l’esprit d’entreprise et d’un marché dynamique. Son économie repose sur un système financier robuste et riche qui comprend d’abondantes ressources agricoles et minérales, ainsi qu’une industrie de la fabrication et un secteur des services solides. Bien que l’absence de pétrole présente des risques économiques, le pays constitue, en raison de sa situation géographique, un pont de longue date entre les continents pour le transport et les échanges commerciaux.

La Turquie est un marché émergent qui présente un grand intérêt pour le Canada. Ce pays est également un marché prioritaire ciblé par les stratégies du gouvernement canadien en matière d’éducation internationale et d’infrastructures. Avec des échanges commerciaux bilatéraux de marchandises totalisant 2,4 milliards de dollars en 2014, la Turquie est le 34e partenaire commercial en importance du Canada.

La Turquie est la 20e économie en importance dans le monde et elle arrive au 3e rang en Europe, après l’Allemagne et la Russie, pour ce qui est du nombre d’habitants (près de 78,2 millions). En raison de sa position géographique stratégique et les accords commerciaux qu’elle a signés avec d’autres pays, la Turquie offre la possibilité d’accéder à d’autres marchés de la région en établissant des partenariats avec des entreprises turques ayant déjà percé ces marchés et en mettant à profit sa position de plaque tournante régionale.

La Turquie compte des créneaux susceptibles d'intéresser les investisseurs canadiens, notamment dans les secteurs de l'énergie, des technologies de l'information et des communications, de l'exploitation minière, de l’éducation et de l’infrastructure. Les débouchés en Turquie correspondent aux capacités du Canada en matière d’offre.

Février 2016


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Pied de page

Date de modification :
2016-02-29