Relations Canada - Angola

Relations diplomatiques et représentation officielle

Le Canada entretient des relations diplomatiques avec l’Angola depuis 1978. Il y est représenté par l'ambassade canadienne à Harare, au Zimbabwe, et il dispose à Luanda d'un consulat dirigé par un consul honoraire. Soucieux d’être bien placé pour participer au développement économique de l’Angola, le Canada a également ouvert un bureau commercial à Johannesburg, en Afrique du Sud.

L’Angola a une ambassade à Ottawa.

Relations bilatérales

Les liens bilatéraux entre le Canada et l’Angola se sont multipliés de façon constante depuis la fin de la guerre civile, en 2002, avec une participation accrue dans des domaines d’intérêts mutuels. La présence du Canada en Angola est axée sur le commerce, particulièrement dans le secteur des industries extractives. Le Canada est également actif dans les domaines suivants : infrastructures, industrie aérospatiale, électricité, télécommunications et eau. L’Angola connaît une croissance économique rapide, avec des possibilités pour un engagement bilatéral (y compris en matière de commerce et d’investissements) qui apparaissent dans ce marché dynamique.

De 1999 à 2000, alors qu’il assurait la présidence du Comité des sanctions contre l’Angola créé par le Conseil de sécurité des Nations Unies, le Canada a contribué à limiter la capacité de l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA) à continuer sa campagne militaire. Les sanctions ont contribué à la signature d’un accord de cessez-le-feu pour mettre fin au conflit en Angola.

Commerce et investissements

La croissance rapide du produit intérieur brut – en moyenne de 11,9 % de 2005 à 2010, selon la Banque mondiale – est d’abord et avant tout attribuable aux exportations de pétrole. L’Angola est actuellement le deuxième pays producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne (il n’est dépassé que par le Nigéria).

Le potentiel de croissance en matière de commerce et d’investissements bilatéraux entre le Canada et l’Angola est prometteur. En 2013, le commerce bilatéral de marchandises a légèrement fléchi, s'établissant à 1,63 milliard de dollars (80 millions $ en exportations vers l'Angola et 1,55 milliard $ en importations de l’Angola). Les légumes, les textiles et la viande sont au nombre des principales exportations canadiennes vers l’Angola. Le pétrole et les combustibles minéraux, la pierre, le plâtre, les produits de ciment et les instruments d’optique font partie des principales marchandises importées par le Canada de l’Angola. Le pétrole et les combustibles minéraux représentaient la majorité des importations chiffrées à 1,5 milliard de dollars.

Maintenant que le confit a pris fin, les besoins de reconstruction de l’Angola sont considérables. Plusieurs entreprises canadiennes ont montré leur intérêt dans divers secteurs : mines, remise à neuf des infrastructures, construction, équipement agricole, éducation, transports et technologies de l’information et des communications (TIC).

Aide au développement

Le Canada n'a pas de programme d'aide au développement important en Angola et aucun projet à long terme n'est prévu dans ce pays.

Juin 2014


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.