Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

Belgique.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Relations bilatérales
  4. >
  5. Canada - Belgique

La route du souvenir canadien, la bataille de l'Escaut (1944)

Entre mi-septembre et le 8 novembre 1944, la Première Armée canadienne a mené une série d’opérations militaires acharnées en Belgique et aux Pays-Bas. La mission consistait à ouvrir une voie de navigation vers le port d’Anvers afin de livrer de la nourriture, du carburant, des munitions et d’autres fournitures indispensables aux troupes alliées pour avancer dans le nord-ouest de l’Europe.

Les importantes défenses allemandes et sa géographie unique ont fait de l’Escaut l’un des champs de bataille les plus difficiles de la Seconde Guerre mondiale. Les forces alliées ont dû se frayer un chemin dans un labyrinthe de routes étroites, de canaux, de digues et de plaines inondées, alors qu’elles avançaient en direction de la péninsule de Beveland-du-Sud, située sur la rive nord du fleuve. Le long de la rive sud, les forces alliées combattaient sur un terrain que les Allemands avaient intentionnellement inondé. Sur les 12 873 victimes de ces combats, 6 367 étaient Canadiennes.

Carte de la bataille de l'Escaut, 1944

La Première Armée canadienne se voit confier la tâche de dégager l'estuaire de l'Escaut avec le 2ème Corps canadien à l'ouest d'Anvers tandis que le 1er Corps britannique est à droite à l'est d'Anvers. Au sein du 2ème Corps canadien, la 3ème Division d'infanterie canadienne et la 4ème Division blindée canadienne ont joué un rôle de premier plan dans la libération de la rive sud de l'Escaut. Affectée au 2ème Corps d'armée canadien, la 1ère Division blindée polonaise a apporté une contribution importante pour sécuriser la rive sud de l'Escaut à l'est du canal Gand - Terneuzen vers Anvers. La 2ème Division d'infanterie canadienne a combattu au nord d'Anvers, puis à l'ouest pour libérer le Beveland-du-Sud et l'île de Walcheren, sur la rive nord de l'Escaut. Les commandos et l'infanterie britanniques ont également aidé à vaincre l'ennemi dans le Beveland-du-Sud et sur l'île de Walcheren. La 4ème Division blindée canadienne participe par la suite à la sécurisation de la région au nord-est d'Anvers jusqu'à Steenbergen. Le 1er Corps britannique repoussa les Allemands dans les combats au nord et à l'est d'Anvers jusqu'à la Meuse. La 104ème Division d'infanterie des États-Unis est affectée au 1er Corps britannique qui avance entre Wuustwezel et Moerdijk.

Le plan établi pour ouvrir l'estuaire reposait sur quatre opérations majeures, à savoir : (1) nettoyer la zone nord d'Anvers et sécuriser l'accès à Beveland-du-Sud ; (2) nettoyer la poche de Breskens au nord du canal Léopold (opération « Switchback ») ; (3) reprendre Beveland-du-Sud (opération « Vitality ») et (4) l'île de Walcheren (opération « Infatuate »).

En obligeant leurs adversaires à se replier de l'Escaut, les Alliés ont pu utiliser le port stratégique d'Anvers - le plus grand de l'Europe occidentale - ouvrant la voie à la libération des Pays-Bas et à la victoire finale.

Itinéraire de la route du souvenir canadien - la bataille de l'Escaut (1944)

L'itinéraire qui vous est proposé ci-dessous sillonne quelques-uns des monuments et plaques, cimetières de guerre et autres lieux d'intérêt belges et néerlandais qui rendent un hommage éternel au Canada pour son rôle dans la bataille de l'Escaut en 1944. Il est impossible d'y inclure tous les monuments et plaques commémorant les sacrifices canadiens lors de la Seconde Guerre mondiale tant ils sont nombreux. Utilisez les coordonnées de chaque site, afin de découvrir les hauts lieux associés au Canada.

1. Le For Freedom Museum à Ramskapelle (Knokke-Heist, Belgique)

Adresse : Ramskapellestraat 91, 8300 Knokke-Heist, Belgique

Le For Freedom Museum à Ramscapelle (Knokke-Heist, Belgique).Le For Freedom Museum expose des dioramas très réalistes, des photographies et des objets originaux (des dons pour la plupart offerts par les familles et les associations régimentaires canadiennes) qui retracent dans un décor vivant la Seconde Guerre mondiale telle qu'elle s'est déroulée au nord-ouest de la Belgique. Aucun habitant de cette région n'a été épargné par les souffrances et la répression qui ont régné entre 1940 et le 3 novembre 1944, le jour où les fusils se sont enfin tus. Installé dans l'ancienne école communale, le musée présente des collections extraordinaires de véhicules, d'uniformes et de vestiges d'aéronefs sortis de terre.

2. Cimetière militaire canadien d'Adegem (Maldegem, Belgique)

Adresse : Prins Boudewijnlaan 51, 9991 Maldegem, Belgique

Cimetière militaire canadien d'Adegem (Maldegem, Belgique)Situé à quelques kilomètres de du centre de la commune de Maldegem, le cimetière militaire canadien d'Adegem abrite le plus grand nombre de soldats canadiens (849) tués pendant la Seconde guerre mondiale en Belgique. La majorité des Canadiens enterrés ici sont tombés lors de la bataille de l'Escaut.

De nombreux soldats décédés sur d'autres fronts belges ont également été rapatriés dans ce cimetière, dont 41 de l'Aviation canadienne et 3 de la Marine. D'autres nations y sont représentées : le Royaume-Uni (268), l'Australie (3), la Nouvelle-Zélande (2), la Pologne (33) et la France (2). La Commonwealth War Graves Commission est propriétaire et responsable de la gestion de ce cimetière.

3. Pont Bailey et plaque canadienne (Maldegem, Belgique)

Adresse : Boomstraatje, 9980 Maldegem, Belgique

Pont Bailey enjambant le canal Léopold et reliant Maldegem à Sint-LaureinsPont Bailey enjambant le canal Léopold et reliant Maldegem à Sint-Laureins
Ce pont Bailey a été construit en 1944 par les troupes canadiennes à l'issue de violents combats menés dans le cadre de l'opération « Switchback ». C'est là que les forces canadiennes ont traversé le canal pour conduire leur attaque. Le site arbore une plaque selon laquelle les 6 et 7 octobre 1944, la 3rd Canadian Infantry Division a lancé l'opération « Switchback », où les régiments canadiens Regina Rifle Regiment, Canadian Scottish Regiment et Royal Winnipeg Rifles ont mené la charge en franchissant le canal de Léopold. Il s'agit de l'un des derniers ponts de type Bailey encore en usage aujourd'hui.

L'opération « Switchback » a consisté en deux attaques dirigées par les forces canadiennes : d'une part, le franchissement du canal Léopold (entre Maldegem et Sint-Laurein) avec le recours à des lance-flammes le 6 octobre ; d'autre part, un débarquement amphibie au nord de la poche de Breskens, à Biervliet-Hoofdplaat (Pays-Bas) le 9 octobre. L'opération a pris fin le 3 novembre avec la libération de Knocke et de Zeebrugge. Les quelque 200 soldats tués au cours de cette opération reposent en paix au cimetière militaire d'Adegem (Maldegem).

4. Parc Stadspark d'Anvers (Anvers, Belgique)

Adresse : Van Eycklei 1, 2018 Antwerpen

Plaque du régiment canadien Royal Hamilton Light Infantry au Stadspark d'Anvers.

Situé au cœur de la ville d'Anvers, ce parc arbore deux plaques en l'honneur du Canada, apposées sur un mur adjacent au mémorial de guerre d'Anvers.
La première plaque comporte l'inscription suivante : « Cette plaque est dédiée à l'héroïsme de la 1e Armée canadienne qui, avec des unités britanniques et polonaises, libéra en automne 1944 l'estuaire de l'Escaut après des combats acharnés, pour ouvrir le port d'Anvers ».

La seconde plaque, fixée sur le même mur, évoque le rôle de la Royal Hamilton Light Infantry dans la zone portuaire d'Anvers, en empêchant la destruction des installations portuaires et des équipements essentiels à ces dernières au nord du canal Albert, aux côtés de la Résistance belge.
La majeure partie des Canadiens tués à proximité d'Anvers pendant la bataille de l'Escaut sont inhumés au cimetière Schoonselhof, situé à Wilrijk, district d'Anvers. Au total, 348 Canadiens reposent dans ce cimetière.

5. Monument de la reconnaissance à la gare de Heide-Kalmthout (Kalmthout, Belgique)

Adresse : Heidestatieplein 1, 2920 Kalmthout, Belgique

Monument de la reconnaissance à la gare de Heide-Kalmthout (Kalmthout, Belgique).Le Monument de la reconnaissance de Kalmthout, un village situé à 20 km au nord d'Anvers, rend hommage à la solide alliance des forces canadiennes et de la résistance. Toutes deux sont parvenues à sécuriser les équipements essentiels du port d'Anvers et à libérer de nombreux villages au nord d'Anvers, notamment Kalmthout.
Deux statues en bronze grandeur nature représentent la première rencontre entre Lt-Col. Denis Whitaker de la Royal Hamilton Light Infantry et Eugene Colson, Anversois (décédé en 2000), dont les 600 Résistants - dockers pour la plupart - avaient pris le contrôle de la zone portuaire d'Anvers depuis le 4 sept. et l'avaient défendue seuls. Denis Whitaker (décédé en 2001) s'est vu décerner deux fois l'Ordre du service distingué, la récompense militaire la plus prestigieuse au Canada après la Croix de Victoria, notamment pour s'être illustré à Dieppe et à Woensdrecht. De cette coopération à Anvers est née une  amitié pour la vie.

6. Cimetière de guerre canadien de Bergen-op-Zoom (Bergen-op-Zoom, Pays-Bas)

Adresse : Ruytershoveweg, 4622 RJ Bergen op Zoom, Netherlands

Cimetière de guerre canadien de Bergen-op-Zoom (Bergen-op-Zoom, Pays-Bas).La plupart des soldats inhumés au cimetière de guerre canadien de Bergen-op-Zoom ont perdu la vie dans les combats qui ont eu lieu pendant la bataille de l'Escaut. Le cimetière compte 972 tombes de Canadiens, dont 64 aviateurs. À proximité de ce cimetière se trouve le cimetière de guerre de Bergen-op-Zoom, où reposent 50 Canadiens, quasiment tous membres de l'aviation.

7. Char Sherman canadien à Hoogerheide (Woensdrecht, Pays-Bas)

Adresse : Onderstal 39, 4631 NN Hoogerheide, Netherlands

Char Sherman, déployé pendant les combats intenses livrés à Woensdrecht.Un char Sherman canadien du régiment Fort Garry Horse et deux plaques commémorent les combats intenses menés en octobre 1944 pour prendre le village de Woensdrecht, des opérations cruciales visant à contrôler l'accès de l'isthme de Beveland-du-Sud. Le 2 octobre 1944, la 2e Division d'infanterie canadienne rencontre une résistance incassable près de Woensdrecht et de Hoogerheide. Des combats sanglants contre les unités d'élite allemandes font rage jusqu'au 16 octobre. Le 13 octobre, le fameux « vendredi noir », le régiment britannique Black Watch perd 145 hommes, dont tous ses commandants, dans une bataille violente. Le 16 octobre, la Royal Hamilton Light Infantry, avec l'appui du régiment Fort Garry Horse et de l'artillerie, se fraye un chemin jusqu’à Woensdrecht. Cette fois, la position est conservée. Les violents combats ont quasiment détruit les villages de Woensdrecht et de Hoogerheide.

8. Plaque de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada au Sloedam (Arnemuiden, Pays-Bas)

Adresse : Postweg, Arnemuiden, Netherlands

Plaque de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada au SloedamLe barrage du Sloedam (1 km de long et seulement 45 mètres de large), le seul lien à l'époque entre Walcheren et Beveland-du-Sud, a été le théâtre de lourds combats entre le 31 octobre et le 5 novembre 1944. Une plaque de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, inaugurée en 2010, évoque le rôle des unités de la 5e Brigade d'infanterie canadienne lors des attaques frontales menées sur le barrage. Le 2 novembre, l'attaque amphibie lancée par la division britannique 52nd British (Lowland) Division est une réussite. Les défenses allemandes sont débordées, ce qui permet aux forces canadiennes de progresser dans la partie orientale de Walcheren. Le débarquement des commandos britanniques de la 4th Commando Brigade scellera finalement le sort des défenses allemandes sur l'île de Walcheren, avec des attaques venues du large à Vlissingen et à Westkapelle.

9. Musée de la libération de Zélande (Nieuwdorp, Pays-Bas)

Adresse : Coudorp 41, 4455 AH Nieuwdorp, Netherlands

Le pont Bailey et l'église provisoire au Musée de la libération de ZélandeLe musée accorde une attention particulière à la bataille de l'Escaut.

Les 3 hectares du parc de la libération arborent des bunkers, un pont Bailey, des barrages routiers, un char Sherman, une église provisoire, etc.

Autre curiosité du musée : un transporteur de troupes Buffalo amphibie.

10. Monument de commémoration du débarquement amphibie à Biervliet (Terneuzen, Pays-Bas)

Adresse : Parkeerplaats Paulinahaven, Biervliet, Netherlands

Monument de commémoration du débarquement amphibie à Biervliet (Terneuzen, Pays-Bas).Un monument commémore le débarquement opéré dans le cadre d'une offensive réussie incluant près de 90 véhicules amphibies (notamment des Buffalos et des Terrapins), menée par le régiment des North Nova Scotia Highlanders à Hoofdplaat et le régiment canadien de la Highland Light Infantry à Biervliet le 9 octobre 1944. La mise en place avec succès d'une tête de pont a permis aux troupes de progresser en direction de Knokke.

11. Pont Hickman à Retranchement (Sluis, Pays-Bas)

Adresse : Zwinstraat 17, 4525 AC Retranchement, Netherlands

Le mémorial situé près du pont baptisé « Hickmanbrug » (pont Hickman) rend hommage au génie militaire canadien dirigé par le sergent John Lockhart Hickman, lequel a été tué par un feu de mortier alors que l'unité sous son commandement érigeait un pont Bailey au-dessus du canal à Retranchement le 31 octobre 1944. Cette opération s'inscrivait dans le cadre de la dernière offensive menée par les Canadiens dans les polders de la Flandre zélandaise en direction de Knokke-Heist et de Zeebrugge, là où la bataille de l'Escaut a pris fin pour la Belgique.

Le pont Hickman à Retranchement (Sluis, Pays-Bas).

Les unités du génie ont joué un rôle capital durant la bataille de l'Escaut, dans cette zone jonchée de canaux et de terres inondées. Retranchement est le village côtier le plus à l'ouest des Pays-Bas. Le sergent Hickman est inhumé au cimetière militaire canadien d'Adegem (Maldegem).

 

D'ici, il ne faut parcourir que quelques kilomètres pour arriver au point de départ de cette route à Knokke-Heist.

Une fois les combats terminés, le 8 novembre, l'Escaut fut débarrassé de mines et le 28 novembre, le premier convoi de cargos alliés pénétrait dans le port d'Anvers, dirigé par le cargo Fort Cataraqui, de construction canadienne.

Le cargo Fort Cataraqui, de construction canadienne, entre dans le port d’Anvers le 28 novembre 1944
Le cargo Fort Cataraqui, de construction canadienne, entre dans le port d’Anvers le 28 novembre 1944 

Pied de page

Date de modification :
2019-09-12