Déclaration du Groupe de Lima en réponse aux mesures de rétorsion prises par le Venezuela contre le Panama suite à l’imposition d’un contrôle financier accru aux autorités et entreprises vénézuéliens

L’Argentine, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Honduras, le Guatemala, le Mexique, le Paraguay et le Pérou ont exprimé leur soutien au Panama, dont les autorités et les entreprises font face à des mesures de représailles de la part de la République bolivarienne du Venezuela, cela parce que le Panama a publié récemment une liste de Vénézuéliens à risque élevé.

Les pays mentionnés ci-dessus déplorent que le gouvernement vénézuélien, plutôt que de contribuer aux efforts de la communauté internationale pour défendre la démocratie et les droits de la personne, et pour protéger le système financier mondial, continue à agir à l’encontre de l’ordre constitutionnel et des normes internationales, en adoptant des mesures nuisibles aux pays de la région et à leurs populations, au moyen d’une liste qui n’a pas de substance ni de fondement juridique. Ces pays condamnent le fait que ces mesures restreignent la connectivité de la région et entravent les déplacements aériens de milliers de Vénézuéliens et de Latino-Américains pour lesquels le Panama est une plaque tournante.

Ces pays réitèrent leur appel au gouvernement du Venezuela pour qu’il s’engage à chercher une solution à la crise politique, économique, sociale et humanitaire qui touche ses propres citoyens et se répercute sur tous les pays de la région.