Relations Canada-Équateur

Relations bilatérales

Le Canada et l’Équateur entretiennent des relations diplomatiques depuis 1960. Nos liens bilatéraux datent cependant du début des années 1900 quand des ingénieurs ferroviaires, des experts miniers et des missionnaires venus du Canada ont travaillé en Équateur.

Aujourd’hui nos relations grandissent constamment dans les domaines commerciale, politique, et culturelle. Nous avons aussi des liens personnels grandissant grâce aux 25,410 canadiens d’origine équatorienne et les 5,000 canadiens qui habitent en Équateur.

Le Canada et l’Équateur jouissent d’une vision similaire quant au libre commerce, la lutte contre la corruption et la promotion de l’inclusion sociale et les droits humains, particulièrement des personnes handicapées, des peuples autochtones et des femmes.

La relation bilatérale fût d’autant plus renforcée par la rencontre entre le Premier ministre Justin Trudeau et le Président Lenin Moreno en marge de l’Assemblée générale des Nations unies en Septembre 2017.

Le Canada et l’Équateur partagent aussi une approche commune dans des forums internationaux comme l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Organisation des États Américains (OEA).

L’Ambassade du Canada à Quito représente le Canada en Équateur. Le Canada maintient aussi un Consul honoraire à Guayaquil. L’Équateur est représenté au Canada par l’Ambassade de l’Équateur à Ottawa et par des Consulats à Toronto, Montréal et Vancouver.

Commerce et investissement

Les relations commerciales entre le Canada et l’Équateur sont un aspect positif et progressif de notre relation bilatérale. L’Équateur est le sixième partenaire commerciale du Canada en importance en Amérique du sud. En 2017, le commerce bilatéral entre le Canada et l’Équateur atteignait 522.6 millions de dollars. Les exportations canadiennes étaient de 311.5 millions (principalement du blé, des produits à base de papier, des légumes, de la machinerie et des véhicules). Les importations canadiennes s’élevaient à 211.1 millions (principalement des fruits et des noix, des arbres et des plantes, du cacao, du poisson et des fruits de mer et des aliments en conserve). Le Canada et l’Équateur ont un accord supprimant la double imposition mis en place en 2002 et un accord de transport aérien qui est entré en vigueur en 2018.

Les entreprises canadiennes sont les principaux investisseurs dans le secteur minier émergeant en Équateur; un élément important de nos relations économiques croissantes. Les compagnies minières canadiennes ont investi en Équateur avec une vision à long terme d’une industrie minière qui se veut responsable d’un point de vue social et environnemental. Les actifs des compagnies minières canadiennes en Équateur atteignaient un total de 525 millions de dollars en 2016. Le potentiel d’investissement canadien dans le secteur s’estime à 32 milliards au cours des 20 prochaines années, lorsque les plus gros projets seront développés et en production.

Les chambres de commerce équatorienne-canadiennes de Quito et de Guayaquil promeuvent et renforcent activement les liens commerciaux et personnels entre l’Équateur et le Canada.  

Relations académiques

Le Canada et l’Équateur ont tous deux entrepris des initiatives afin d’encourager un plus grand flux d’échanges académiques. De ce fait, en date du 31 décembre 2017, 1,080 étudiants équatoriens ont étudié au Canada pour une période de six mois ou plus; représentant une augmentation de 27% depuis 2016. Un accord de coopération a été signé entre le Ministère d’éducation supérieure, science, technologie et innovation (SENESCYT) et CALDO le 6 juin 2014 afin de financer les études supérieures à l’étranger. Le Programme des futurs leaders dans les Amériques (PFLA) offre, depuis 2009, des opportunités d'échanges de courte durée aux étudiants et chercheurs de l’Amérique latine ou des Caraïbes au niveau du collège, du premier cycle et des cycles supérieurs universitaires (maîtrise et doctorat) au Canada. Entre 2010 et 2016, 126 étudiants de l’Équateur ont participé au Programme des futurs leaders dans les Amériques (PFLA).

Assistance technique et autre

Immédiatement après le tremblement de terre de 2016 en Équateur, le Canada a offert 2 millions de dollars afin d’appuyer les partenaires humanitaires sur le terrain. De plus, le Fonds canadien d’initiatives locales (FCIL), opéré par l‘Ambassade à Quito, appui des projets locaux. Les fonds actuels du FCIL servent à promouvoir les droits humains, la démocratie et la durabilité écologique. Le Programme d’aide au renforcement des capacités de lutte contre la criminalité (PARCLC) fournit un appui modeste pour combattre le trafic humain et de petites armes ainsi que la contrebande de drogues et de substances chimiques précurseurs en Équateur.

La Direction générale des partenariats pour l’innovation dans le développement a mis en œuvre un projet pour renforcer les capacités à travers l’innovation et l’expertise volontaire (STRIVE) afin d’améliorer la performance dans le secteur des petites et moyennes entreprises (PME) et de fomenter un environnement propice aux affaires en Équateur. À travers de STRIVE, le Service d’assistance canadienne aux organismes (SACO) travaille avec les Chambres de commerce de Quito et Guayaquil et le Conseil des chambres et des associations de l’Équateur afin d’améliorer les services de support aux entreprises offerts par les chambres de commerce à leurs membres et afin d’assurer la durabilité des chambres de commerce à long terme. Dans ce but, plus de 270 individus (employés, membres des chambres de commerce, municipalités et commerces indépendants) ont reçu de la formation dans les domaines suivants: services de support aux entreprises et institutions, développement urbain et administration, développement économique local, tourisme ainsi qu’hospitalité et gouvernance.

Mai 2018