Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

Coree.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Relations bilatérales

Canada et République populaire démocratique de Corée

Corée du Nord

La République populaire démocratique de Corée (la Corée du Nord) est un État autoritaire dirigé par le Parti des travailleurs de Corée sous le régime dynastique de Kim Il Sung (de 1948 à 1994), de son fils Kim Jong Il (de 1994 à 2011) et de son petit-fils Kim Jung Un (depuis 2011). La Corée du Nord a déclaré son indépendance en 1948. Sa frontière actuelle avec la République de Corée (Corée du Sud) a été établie aux termes de l’accord d’armistice ayant mis fin aux hostilités de la guerre de Corée. Pendant la guerre, le Canada a fourni environ 26 000 soldats au Commandement des Nations Unies (CNU), la force multinationale qui a combattu l’agression nord-coréenne. Le Canada continue de contribuer au CNU en tant que symbole de son engagement durable à l’égard de la paix et de la stabilité dans la péninsule coréenne.

La Corée du Nord est le seul pays à avoir effectué des essais nucléaires au XXIe siècle. La Corée du Nord a fait l’essai d’un dispositif nucléaire pour la première fois en 2006 et effectué six autres essais à ce jour. La crise nucléaire a commencé lorsque la Corée du Nord a annoncé son retrait unilatéral du Traité de non‑prolifération en 1993. Les négociations qui ont suivi entre les États-Unis et la Corée du Nord ont donné lieu à l’adoption de l’Accord-cadre, signé en 1994 à Genève, en Suisse. Toutefois, les tensions se sont accentuées à nouveau lorsque la Corée du Nord a admis avoir produit de l’uranium hautement enrichi à usage militaire en 2002. Les négociations visant à dénucléariser la Corée du Nord ont débuté en 2003 dans le cadre des pourparlers à six, qui se sont poursuivis jusqu’en 2009, date à laquelle la Corée du Nord a annoncé son retrait de ce processus. En 2016 et en 2017, la Corée du Nord a procédé à trois essais nucléaires et à des dizaines de tirs de missiles balistiques, tous contraires aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies. C’est ce qui a mené la communauté internationale à imposer des sanctions supplémentaires importantes. À ce jour, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté dix résolutions distinctes imposant des sanctions à la Corée du Nord, dont quatre en 2017 seulement.

En janvier 2018, le Canada et les États-Unis ont organisé conjointement à Vancouver, la réunion des ministres des Affaires étrangères sur la sécurité et la stabilité dans la péninsule coréenne. Des représentants de 20 pays ont participé à la réunion, dont l’objectif était de faire avancer les efforts diplomatiques visant à faire de la péninsule coréenne une région stable, sécuritaire et dénucléarisée. La ministre des Affaires étrangères du Canada a réaffirmé l’engagement sans équivoque du Canada aux efforts diplomatiques visant à créer les conditions favorables à une solution négociée.

En 2018, le Canada a également fait avancer la question nucléaire nord‑coréenne lors de sa présidence du G7. Le Canada a également accru sa contribution en personnel au CNU en Corée du Sud. Le lieutenant-général Wayne D. Eyre des Forces armées canadiennes a été le premier non‑Américain à être nommé commandant adjoint du CNU en 2018.

En 2018, les États-Unis et la Corée du Nord ont entamé des pourparlers en vue de la dénucléarisation. Aux Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang, les athlètes de la Corée du Nord et de la Corée du Sud ont participé ensemble à la cérémonie d’ouverture sous le drapeau de l’unification de la Corée. Les Jeux de PyeongChang ont été suivis de plusieurs réunions de haut niveau entre la Corée du Sud et la Corée du Nord, lesquelles ont abouti à la Déclaration de Panmunjom en avril 2018 et à la Déclaration de Pyongyang en septembre 2018, qui comportaient des mesures militaires de confiance mutuelle visant à réduire le risque de conflit armé dans la péninsule coréenne.

Le président des États-Unis, Donald Trump, et le leader de la Corée du Nord, Kim Jong Un, ont tenu à deux reprises des sommets sur la question nucléaire. Le Sommet de Singapour, qui s’est tenu en juin 2018, a marqué la première rencontre. Le deuxième sommet, qui a eu lieu en février 2019, à Hanoï, au Vietnam, a poursuivi le processus vers une solution diplomatique.

Relations bilatérales

Le Canada a reconnu la République de Corée en 1949 et la République populaire démocratique de Corée en 2000. Le Canada et la Corée du Nord ont établi des relations diplomatiques en 2001. Elles se poursuivent par l’intermédiaire de l’ambassade du Canada à Séoul (chargée également de la représentation canadienne auprès de la Corée du Nord) et de la Mission permanente de la Corée du Nord auprès des Nations Unies, à New York. La Suède agit en qualité de puissance protectrice du Canada à Pyongyang.

Les actes d’agression perpétrés par la Corée du Nord en 2010 ont amené le Canada à adopter une politique d’engagement limité à l’égard de ce pays, et cette politique est toujours en vigueur aujourd’hui. Conformément à cette politique, les relations bilatérales officielles avec le gouvernement nord-coréen se limitent aux questions suivantes :

  • les préoccupations liées à la sécurité régionale;
  • la situation humanitaire et des droits de la personne en Corée du Nord;
  • les relations intercoréennes;
  • les questions consulaires.

Le Canada est vivement préoccupé par les programmes d’armes de destruction massive (ADM) et de missiles balistiques de la Corée du Nord. Le Canada exhorte la Corée du Nord à :

  • procéder au démantèlement complet, vérifiable et irréversible de ses programmes d’armes de destruction massive (ADM) et de missiles balistiques;
  • mettre fin à toutes les activités qui s’y rattachent;
  • adhérer de nouveau au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires;
  • se conformer à son accord de garanties avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA);
  • renouer le dialogue en vue d’une solution politique négociée en ce qui concerne la question nucléaire.

Le Canada demande également à la Corée du Nord d’adhérer à la Convention sur les armes chimiques et au Traité d’interdiction complète des essais nucléaires.

Sanctions canadiennes contre la Corée du Nord

En 2011, le Canada a décidé d’imposer des sanctions économiques autonomes à la Corée du Nord en vertu de la Loi sur les mesures économiques spéciales (LMES), qui prévoient notamment :

  • l’interdiction des importations en provenance de la Corée du Nord et des exportations à destination de ce pays;
  • l’interdiction d’effectuer de nouveaux investissements en Corée du Nord;
  • l’interdiction d’offrir des services financiers à la Corée du Nord et à ses ressortissants.

Certaines exceptions s’appliquent à la fourniture de biens humanitaires. Ces sanctions s’ajoutent à celles imposées par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Face à l’augmentation des essais nucléaires et de missiles de la Corée du Nord, en 2016 et en 2017, le Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) a adopté un certain nombre de résolutions successives visant à renforcer les sanctions déjà adoptées par les Nations Unies. En vertu de la Loi sur les Nations Unies, le Canada a incorporé dans sa législation nationale les mesures nécessaires prévues par toutes les résolutions pertinentes du CSNU.

La Corée du Nord utilise des méthodes de plus en plus perfectionnées pour échapper aux sanctions internationales, notamment le transfert de produits pétroliers de navire à navire. Le Canada a contribué à un effort multinational visant à contrer le contournement des sanctions maritimes par la Corée du Nord. Un aéronef de patrouille maritime a été déployé dans la région en mai et en octobre 2018. Le NCSM Calgary est venu renforcer la présence du Canada dans la région en octobre 2018, contribuant ainsi à cet effort multinational. Le 28 avril 2019, le premier ministre a annoncé que le Canada continuera de déployer périodiquement des navires, des avions et du personnel des Forces armées canadiennes au cours des deux prochaines années, dans le cadre de l’Opération NEON.

Par l’entremise du Programme de réduction de la menace des armes d’Affaires mondiales Canada, le Canada contribue à divers projets qui renforcent la mise en œuvre du régime mondial de sanctions et empêchent la Corée du Nord de contourner les sanctions et d’exploiter ses réseaux de prolifération.

Pour plus de renseignements sur les sanctions contre la Corée du Nord, veuillez consulter les sanctions canadiennes liées à la Corée du Nord.

Droits de la personne

Le Canada demeure profondément préoccupé par les violations flagrantes des droits de la personne en Corée du Nord. Le Canada a plaidé ouvertement pour une meilleure protection des droits de la personne dans ce pays, demande aussi régulièrement à la Corée du Nord de remédier aux violations systématiques des droits de la personne et de respecter les lois et les normes internationales en matière de droits de la personne.

Le Canada continue d’appuyer les résolutions sur la Corée du Nord au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et à la Troisième Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies, et participe activement au processus de l’Examen périodique universel.

Le Canada appuie également toutes les procédures spéciales des Nations Unies concernant la Corée du Nord, notamment le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en République populaire démocratique de Corée. Veuillez consultez le dernier rapport du Rapporteur spécial sur la Corée du Nord du Haut‑Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

Aide humanitaire

Depuis deux décennies, la Corée du Nord est touchée par des pénuries alimentaires généralisées. Depuis 2005, le Canada a accordé plus de 35 millions de dollars en soutien à l’intervention humanitaire internationale en Corée du Nord. L’aide humanitaire du Canada se fait par l’intermédiaire de partenaires multilatéraux expérimentés, comme le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies et l’UNICEF, dont le travail se fonde sur des principes humanitaires, à savoir l’humanité, l’impartialité, la neutralité et l’indépendance. Le Canada n’apporte aucune contribution financière directe au gouvernement de la Corée du Nord, ni aux organisations nord-coréennes. Nous surveillons de près les activités des programmes multilatéraux dans le cadre d’échanges avec des partenaires de même que par un suivi régulier et constant. Un petit nombre d’ONG canadiennes continuent d’apporter une aide humanitaire à la Corée du Nord dans le cadre des sanctions canadiennes et internationales.

May 2019


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pur accéder a ce ficher, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Pied de page

Date de modification :
2019-05-08