Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

Pays-Bas.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil

Passé plus que parfait – Réflexions sur les relations canado-néerlandaises


Membres du personnel de l’ambassade avec le carrosse du roi.
   

Est-ce que les anniversaires sont vraiment tous importants? Ne posez pas cette question aux Pays-Bas! Nous connaissons tous par expérience les conséquences de l’oubli de la journée spéciale d’un conjoint ou membre de la famille – je suis à tout le moins prêt à admettre que j’ai déjà vécu cette expérience glaciale. Mais vous faites mieux de ne pas l’oublier aux Pays-Bas, où la célébration des anniversaires est une petite manie.

Au bureau, c’est évidemment la responsabilité de la personne fêtée d’apporter gâteau, vlaai (tarte typique des régions du sud des Pays-Bas), ou autres gâteries pour le plaisir de tous.

Les autres anniversaires importants sont célébrés avec autant d’attention.

Par exemple, 2013 a donné lieu au 200e anniversaire de la fondation du Royaume des Pays-Bas (rappelant le retour de Willem I aux Pays-Bas, mettant fin au régime napoléonien qui avait été instauré ici).

J’ai récemment eu le plaisir d’assister à une reconstitution historique du débarquement du roi Willem sur la plage de Scheveningen. Il y a deux semaines, je me suis joint aux festivités sur la place 1813, juste devant l’ambassade, lors du salut du drapeau de l’armée au roi Willem Alexander, à l’occasion du 200e anniversaire de la formation de l’armée néerlandaise.

Soit dit en passant, notre ambassade était le seul bâtiment dans le voisinage avec assez d’espace pour accueillir le carrosse du roi alors qu’il était à l’événement. Nous avons accepté volontiers et les membres du personnel de l’ambassade ont pu en alternance regarder la parade des régiments néerlandais présentant les couleurs du roi et donner des morceaux de sucre aux quatre superbes chevaux frisons. J’étais au premier rang de la section d’honneur, assis avec la ministre néerlandaise de la Défense Jeanine Hennis-Plasschaert. Nous avons discuté de sa récente visite au Forum d'Halifax sur la sécurité internationale, ainsi que de la coopération militaire et de sécurité toujours plus étroite entre nos forces armées.

L’étudiant d’histoire que je suis trouve ces célébrations et commémorations particulièrement significatives. Aussi, il y a beaucoup à se rappeler et à réfléchir dans notre relation avec les Pays-Bas.

C’est en 2014, par exemple, qu’a lieu le 75e anniversaire du début formel des relations et de l’échange d’envoyés diplomatiques entre nos pays. Bien que ce ne soit pas une si longue période dans l’histoire de la diplomatie européenne, c’est en fait l’une des premières reconnaissances diplomatiques établies par le Canada après que notre pays ait commencé à exercer un contrôle souverain de ses relations extérieures à la suite du Statut de Westminster de 1931. Ainsi, il est juste de dire que, même alors, les Pays-Bas étaient considérés comme un partenaire européen particulier en tant que point d’entrée pour le commerce canadien avec l’Europe.

Dès cet automne et jusqu’en 2015, nous marquerons le 70e anniversaire de la libération des Pays-Bas. Ce long et meurtrier conflit a débuté avec la bataille de l’Escaut à l’automne 1944, pour finalement libérer les Pays-Bas de l’occupation en mai 1945. Le 70e anniversaire sera une occasion importante de rappeler le sacrifice de plus de 9000 soldats canadiens qui ont péri sur le sol néerlandais. Si triste cette perte soit-elle, elle est le fondement sur lequel les relations canado-néerlandaises se sont construites, formant une liaison durable marquée par le respect mutuel, la parenté et l’affection.

Les réalistes nous rappellent que le futur est aussi important que le passé et, en effet, il y a beaucoup à attendre du progrès de notre collaboration bilatérale.

Le Canada et les Pays-Bas sont tous deux des adeptes du libre-échange qui profitent du renforcement des relations économiques réglementées et ouvertes sur le monde. Ainsi, nous sommes tous deux de fervents partisans de l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne. Dans le contexte plus large de nos politiques étrangères, nous nous entendons sur l’importance fondamentale des droits humains fondamentaux, y compris dans une initiative conjointe visant à mettre fin aux mariages précoces et forcés et à leurs conséquences négatives sur la vie des jeunes filles.

Cependant, alors que nous nous dirigeons vers un nouveau partenariat dans un monde de plus en plus global, il est bon de s’arrêter afin de réfléchir sur ce qui nous a réunis en premier lieu.

L'ancien premier ministre canadien John Diefenbaker s’est déjà fait demander pourquoi il était si préoccupé par le passé. Sa réponse fut simple - "Ceux qui ne connaissent pas le passé ne peuvent jamais comprendre le présent, et ne peuvent certainement rien faire pour l'avenir."

Donc, une pensée pour les anniversaires et autres commémorations qui nous rappellent pourquoi nous apprécions nos amis (et pas seulement pour la vlaai)!

Ambassador James M. Lambert
Jeudi, 30 janvier, 2014

FacebookTwitter

 


Pied de page

Date de modification :
2015-07-23