Le Canada appuie un centre de TI pour l’apprentissage et l’excellence des jeunes

Grâce à un accès aux plus récentes technologies de l’information, les jeunes de la collectivité défavorisée de Mon Repos dans le secteur de Morvant ont maintenant de plus grandes chances de réussir à l’école.

Mon Repos est situé à la périphérie de Port-d’Espagne, capitale de Trinité-et-Tobago – dans une zone marquée par la pauvreté et une forte criminalité. Dans ce secteur, point de prématernelles, ni d’ailleurs d’écoles primaires ou secondaires. Il n’y a pas d’installations pour les activités des jeunes, aucun terrain de sport ou aires de jeux pour les enfants du coin.

Les habitants de cette collectivité sont étiquetés comme faisant partie du monde de la criminalité et le village est désigné comme un point chaud surveillé étroitement par les forces de l’ordre. Grandissant dans cet environnement lamentable, les jeunes ont très peu de chances de s’en sortir et peu d’encouragements à rester dans le droit chemin.


Gérard Latulippe (à gauche), haut-commissaire du Canada à Trinité-et-Tobago coupe le ruban d’inauguration du Kalifa Andrews Computer Lab dans la collectivité de Mon Repos.

Grâce en partie à une subvention du Fonds canadien d'initiatives locales, le tout nouveau centre des technologies de l’information (TI) du centre communautaire de Mon Repos est maintenant en activité. Cet espace sûr a été conçu pour aider les jeunes à faire leurs devoirs d’école et pour y accueillir des activités parascolaires.

Cet espace communautaire est un point d’ancrage dans l’existence des jeunes de la région. C’est un lieu où ils peuvent se consacrer à l’apprentissage, ce qui est la clé de la réussite, car l’éducation leur offre une solution de rechange constructive à la criminalité et aux comportements autodestructeurs.

Lors de l’ouverture officielle du centre, le haut-commissaire du Canada Gérard Latulippe a félicité la collectivité pour avoir pris cette mesure courageuse afin d’assurer un avenir à sa jeunesse.

« Nous oublions trop souvent que ce n’est pas seulement la responsabilité du gouvernement de jeter les bases de l’avenir de la jeunesse, mais que c’est aussi celle de la collectivité.  La réussite d’un pays ne se mesure pas seulement en dollars, car de solides fondations pour les collectivités et la société sont également à mettre au compte des victoires d’une nation. »

                                                                  – Haut-commissaire Gérard Latulippe

M. Terry Woodsley, président du Comité d’action de Mon Repos était fier d’annoncer que le centre de TI prendrait le nom d’une jeune femme de la région. Kalifa Andrews, en dépit de ses humbles origines, est devenue une athlète de premier plan dans son école, au lancer du poids, au lancer du disque et au soccer. M. Woodsley espère que Kalifa sera une inspiration pour tous les jeunes du voisinage afin qu’ils puissent eux aussi s’élever au-dessus de la mêlée et se dépasser.


Entourée d’enfants du village, Kalifa Andrews se sert d’un des ordinateurs installés dans le nouveau centre communautaire de TI.

Il y a une trentaine d’années, le centre communautaire de Mon Repos a été réduit en cendre et n’a jamais été reconstruit. Sans un lieu central et accessible pour planifier et coordonner des activités, plusieurs structures communautaires comme le conseil du village avaient cessé de fonctionner.

En 2010, le programme sécurité citoyenne du ministère de la Sécurité nationale a soutenu la création d’un espace convivial pour les jeunes afin d’y offrir un éventail de services sociaux accessibles aux résidents et abordables, axés sur le développement, tout en mettant l’accent sur les enfants et les jeunes.

Cet espace est maintenant devenu un vibrant noyau d’activités et de développement communautaire qui offre un lieu de réunion et de formation, et qui sert aussi de local à un programme parascolaire et d’éducation des parents.