Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

Royaume-Uni.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Nos bureaux
  4. >
  5. Calendrier des événements

Document archivé

L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n’a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d’archivage. Les pages archivées sur le Web ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un format de rechange en communiquant avec nous.

Mark Lewis : cinq paysages

Canada House Gallery - Galerie de la Maison du Canada

Galerie du CanadaComment nous trouver
On y accède gratuitement par l’entrée Pall Mall

9 octobre au 12 décembre, 2015
Du lundi au samedi
11 h à 17 h 45
Chaque jour de la semaine sera consacré à un film - Horaires de projection .
Le samedi, les cinq films seront présentés en boucle. (Durée totale : 42 min 33 s)

La Maison du Canada accueille Mark Lewis

Londres, Royaume-Uni – La Galerie Canada est heureuse d’annoncer qu’elle accueillera une nouvelle exposition de Mark Lewis, un artiste canadien renommé.

Cette exposition intitulée Mark Lewis : cinq paysages, présente cinq court-métrages filmés dans cinq villes différentes au cours des six dernières années.  Dans les films de Mark Lewis, le cadre est souvent le personnage principal et c’est tout à fait le cas ici : chacun de ces cinq films, présentés à la Maison du Canada tire son inspiration d’un paysage inhabituel ou d’une imposante structure.

Mark Lewis est un artiste canadien qui vit et travaille à Londres.

Célèbre pour ses court-métrages, Mark a représenté le Canada lors de la 53e Biennale de Venise et a exposé au Van Abbemuseum (Eindhoven), au Musée des beaux-arts du Canada, au MoMA (New York), au BFI Southbank (Londres), au Centre Pompidou (Paris), au Louvre (Paris) et à la 31e Bienal de São Paulo. La première de son long-métrage intitulé Invention a eu lieu au Festival international du film de Toronto en septembre 2015.

Le programme permanent de la Galerie Canada bénéficie du généreux soutien de notre sponsor principal, la Fondation Dahdaleh, présidée par Victor Phillip Dahdaleh.

Cette exposition est organisée par Craig Burnett avec le soutien de la Daniel Faria Gallery, la galerie de Mark Lewis.

Contexte

Mark Lewis : cinq paysages, présente cinq films, tournés dans cinq villes différentes au cours des six dernières années.  Dans les films de Mark Lewis, le cadre est souvent le personnage principal et c’est tout à fait le cas ici : chacun de ces cinq films présentés à Canada House, tire son inspiration d’un paysage inhabituel ou d’une imposante structure.

Ces films ont été tournés dans différentes régions du monde. Le plus ancien, Hendon F.C. (2009), a été tourné sur un terrain de football abandonné au nord-ouest de Londres, tandis que le plus récent, Pavilion (2015), a été filmé dans un centre bancaire en plein centre-ville de Toronto. Forte! (2010) a été tourné dans la vallée d’Aoste, en Italie, Beirut (2012) à  Beyrouth, et Above and Below the Minhocão (2014) à São Paulo. Bien que chacun de ces films ait été tourné dans une ville différente et dans des circonstances diamétralement opposées, depuis la chaleur éprouvante du crépuscule libanais au froid mordant d’un matin d’hiver canadien, des préoccupations similaires les unissent. Dans chaque film, nous observons l’impact de l’environnement bâti sur le comportement humain, les cadres et mesures qui modifient notre perception de nous-mêmes et de ceux qui nous entourent.

Hendon (2009)Le terrain de football abandonné de Hendon F.C. est devenu un camp temporaire pour un groupe de Roms. Lewis l’a découvert alors qu’il faisait du vélo près de la North Circular, une zone de Londres qui apparaît dans bon nombre de ses œuvres. Un terrain rectangulaire est un espace distinct, déconnecté des règles du monde extérieur – destiné tout d’abord au sport, il devient un lieu de refuge et un endroit où vivre.

Forte! (2010)Forte! a été tourné aux environs du Fort de Bard, une forteresse militaire datant de l’époque napoléonienne située dans les Alpes italiennes. Invité à exposer dans le musée du Fort et à faire un film sur le bâtiment, Lewis s’est aperçu que ce fort si imposant à l’époque, en raison de sa position élevée au sommet d’une colline et de ses murs énormes, était en fait très vulnérable du ciel. Dans Forte! la caméra, tel un drone menaçant, s’attarde au-dessus d’un sommet enneigé avant de piquer droit sur le fort même. Tandis qu’elle encercle le bâtiment, les occupants prennent la fuite comme s’ils étaient conscients de la menace qui plane sur eux.

Beirut (2011)Dans Beirut, la caméra avance à pas trainants dans une rue sans histoire, au crépuscule. Elle parcourt au passage quelques enseignes avant de remonter le long de l’enseigne du Napoleon Hotel. Tandis que la caméra poursuit son ascension, elle semble à la recherche de quelque chose, comme un prédateur recherche sa proie. Dans les films de Lewis, la caméra a souvent une conscience implicite, comme si c’était elle qui dirigeait le film et cherchait quelque chose à photographier. Nous voyageons avec la caméra qui caresse les bâtiments puis dérive vers une autre terrasse ou une femme nage vigoureusement dans une piscine minuscule.

Above and Below the Minhocão (2014)Le cadre du film Above and Below the Minhocão est une voie rapide surélevée, piétonne le dimanche, qui traverse São Paulo. Dans les ombres allongées d’une soirée tropicale, les gens font du jogging, promènent leurs chiens, ou bavardent assis au milieu de la rue. Une femme court vers la caméra, s’arrête à une barrière et sous la voie rapide, elle voit un homme qui parle sur un téléphone portable. Absorbé par sa conversation et parfaitement inconscient du fait qu’elle l’observe, il passe sous le viaduc et elle le suit. Tandis que vous regardez ce mini mélodrame, vous risquez d’être distrait par le cadre et la multitude de personnages. Le film se sert de l’architecture urbaine pour souligner l’importance des points de vue et des perspectives et fait allusion à ces innombrables vies intérieures qui nous entourent et que nous ne connaîtrons jamais.

Pavilion (2015)Pavilion, le film le plus récent de Lewis, a été tourné dans le TD Centre de Toronto dans l’Ontario, un ensemble de bâtiments conçu par Ludwig Mies van der Rohe. Le « Pavillon » qui donne son nom au film, est une structure d’un seul étage au milieu de six tours qui abritent une institution bancaire. La caméra évolue à l’intérieur du bâtiment et semble fascinée par l’aspect grillagé vibrant de l’architecture. À l’extérieur, dans un petit carré gris de quelques mètres de côté, creusé dans la neige, un homme exécute des cascades sur un vélo BMX, tandis que les piétons traversent à pas lents la place recouverte de neige.

Un film de Mark Lewis est une entité hybride : moitié documentaire, moitié fiction, à la fois photographie et film. L’artiste a dirigé quelques-uns des plans que vous pouvez voir, mais pour la plupart, il a filmé la scène qui se déroulait pendant la production. Lewis joue aussi avec les conventions de la composition dans l’art pictural et la structure narrative cinématographique : la caméra en mouvement brise le cadre de l’image, tandis que le format en boucle remplace le récit par la répétition. 

Chaque jour de la semaine sera consacré à un film (Hendon F.C. le lundi, Forte! le mardi, etc.). Le samedi, la Canada Gallery projettera les cinq films en boucle. La structure de l’exposition propose deux façons de voir les films. Vous regarderez un même film en boucle, comme on regarderait une photo : lentement, à plusieurs reprises, en découvrant de nouveaux détails sur chaque plan, ce qui vous permettra d’appréhender la composition complète d’une œuvre unique. Le samedi, le format séquentiel vous permettra d’observer les méthodes et motifs récurrents utilisés par Mark Lewis pour rythmer et organiser la structure de ses paysages. Vous remarquerez peut-être entre autres choses que les personnages des films apprécient les contours bien délimités autant que l’artiste : la nageuse dans Beirut, l’homme à vélo dans Pavilion et les enfants qui jouent au ballon dans Hendon F.C. ; tous sont entourés de murs et de frontières. Et pourtant, ils trouvent au sein de ces structures une liberté de mouvement et de jeu libératrice.

Craig Burnett

Horaires de projection

  • lundi : Hendon F.C. (2009) – 5 min 52 s.
  • mardi : Forte! (2010) –  6 min 14 s.
  • mercredi : Beirut (2011) –  8 min 11 s.
  • jeudi : Above and Below the Minhocão (2014) – 11 min 14 s.
  • vendredi : Pavilion (2015) – 11 min.
  • samedi : Les Cinq paysages –  42 min 31 s.

Pied de page

Date de modification :
2015-10-01