Informations sur les lauréats des éditions précédentes

2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009


9è édition – 2017

Le lauréat de la neuvième édition est Francisco Valencia, directeur de la Coalition des organisations pour le droit à la santé et à la vie CODEVIDA, qui a reçu ce prix pour son travail acharné le convertissant en une des principales voix pour dénoncer la crise humanitaire au Venezuela. Ces dernières années, Francisco a accompagné les légitimes demandes de millions de vénézuéliens pour un droit à une protection adéquate, immédiate et effective afin qu’aucune autre vie ne soit perdue en raison de la crise humanitaire sans précédent dans le pays.

En mars 2018, Francisco a visité le Canada et a eu l’occasion de partager son expérience et son travail avec des représentants du gouvernement du Canada, spécifiquement avec Affaires Globales Canada où il a rencontré l’Honorable Chrystia Freeland, la Ministre des affaires étrangères. Il a également rencontré différentes organisations civiles au Canada qui travaillent le droit à la santé et le thème de la crise humanitaire. Francisco a eu l’opportunité de visité le programme de greffe de l’UHN à Toronto et a également rencontré la diaspora vénézuélienne à Toronto et à Ottawa.

Mentions spéciales– 2017

Aracelis Sanchéz - Aracelis Sanchez est la mère d’une victime d’une exécution extrajudiciaire, fondatrice et directrice de l’Organisation des Parents de Victimes de Violations des Droits de la Personne (ORFAVIDEH). Aracelis a pris de son expérience et de sa douleur en tant que mère d’une victime pour entreprendre un combat contre la violence et l’impunité, ce qui a permis à l’organisation qu’elle préside aujourd’hui de croître. A travers son travail, Aracelis a promu la connaissance des droits de la personne et a aidé à renforcer la cohésion sociale en donnant les outils nécessaires aux autres personnes pour qu’elles puissent exiger activement le respect et la garantie des droits de la personne, non seulement dans leur communauté mais également dans d’autres régions du Venezuela.              


Huitième édition - 2016

La lauréate de la huitième édition est Trina Bajo, une éducatrice populaire avec plus de trente ans d’expérience qui, de par son rôle dans les écoles de Foie et Joie situées dans des zones fragiles de Caracas, telles que Petare et San Agustin, a combattu aux côtés d’autres éducateurs et défenseurs anonymes des droits de la personne en faveur d’une transformation sociale de ces contextes déprimés. Elle les a soutenu et leur a montré qu’il était possible de vivre comme une confrérie, avec solidarité, respect, pluralisme culturel et légitimité sociale. Cela lui a permis d’influencer la vie de beaucoup, remettant sans cesse en question la violence et l’injustice.

En mars 2017, Trina a eu l’occasion de visiter le Canada et de présenter son expérience et travail à l’Université d’Ottawa. Elle a également rencontré et partagé son expérience à Montréal avec des représentants, des enseignants et des étudiants de plusieurs écoles. Trina a eu l’occasion de rencontrer diverses organisations de la société civile qui font la promotion des droits de groupes vulnérables tels que les enfants et les adolescents. A son retour au Venezuela, Trina a visité Maracay, Valencia et Villa del Rosario, Zulia, afin de partager son expérience de défenseure des droits de la personne avec des professeurs universitaires et des autres membres de la société civile vénézuélienne.

Mentions spéciales - 2016

Jose Gregorio Delgado - Jose Gregorio Delgado (avocat et défenseurs des droits de la personne) a obtenu une reconnaissance pour une carrière dévouée à la défense et la promotion des droits de la personne souffrant d’une incapacité et ce, à tous les niveaux que ce soit au niveau enseignement, recherche et ou défense juridique. A ce titre, il a joué un rôle clé en tant que conseiller au sein de plusieurs initiatives en faveur de la défense et la promotion des droits des personnes souffrant d’une incapacité au Venezuela. Jose Gregorio a également entrepris depuis l’Observatoire Vénézuélien des Personnes Souffrant d’une Incapacité, une recherche approfondie et offert ses conseils dans le processus de réforme de la Loi en Faveur des Personnes Souffrant d’une Incapacité ainsi qu’au sein de groupes techniques de travail du Bureau de l’Ombudsman et de l’Assemblée Nationale au cours de la période 2015- 2016.

William Requejo - William Requejo, qui a une trajectoire de plus de 20 ans, a obtenu une reconnaissance pour promouvoir des initiatives de participation et de convivialité citoyenne pour son rôle au sein de l’association « Union Locale pour la Participation Citoyenne » dans les communautés de Catia. Requejo a été impliqué dans la conception et la mise en œuvre de campagnes de formation et de dialogue citoyen pour les communautés, telles que « le Venezuela Coexiste », lancé en 2004, et « Où vas-tu, Venezuela », mise en œuvre en 2007. Son engagement sans répit pour la défense et la liberté d’expression font de lui un représentant valeureux d’un activisme communautaire consistant et responsable.

Kerlys Hernández - Kerlys Hernández-Parra, une Défenseure certifiée des enfants et adolescents, a obtenu une reconnaissance pour sa carrière de plus de 12 ans en tant que facilitatrice dans des centres d’éducation publics et privés, de processus de formation du contenu de la Loi Organique pour la Protection des Enfants et Adolescents, et également du Système de Protection et de Médiation Scolaire. A Barquisimeto, dans l’Etat de Lara, elle a accompagné des processus de formation et des projets sociaux pour le compte d’organisations telles que Foi et Joie, la Fondation Centre Gumilla, CESAP et dans la sphère publique pour le compte du Bureau de Défense des Droits de l’Enfance et des Adolescents.

Henderson Colina - Henderson Colina a été reconnu pour son travail au sein de l’Association pour la Préservation Environnementale de l’Etat de Falcon (AEPA-Falcon), d’où il a promu le respect de l’environnement ainsi que la préservation de l’héritage culturel. Il s’est également impliqué dans la défense de droits fondamentaux tels que le droit à la vie, l’alimentation, la Santé et la communication, fomentant de la sorte une conscience à propos des difficultés rencontrées susceptibles de mette en péril ces droits. Henderson est un modèle de lutte et un porte-paroles renommé de ces droits et libertés au sein des communautés de l’Etat de Falcon. Son travail en tant que facilitateur communautaire lui a permis d’articuler des efforts au sein de la société civile organisée, des institutions gouvernementales, des agences de développement, du secteur privé et des universités, tout en maintenant une tolérance et un discours basé sur le respect entre tous les protagonistes.


Septième édition – 2015

José David González a gagné la 7ème édition du Prix des Droits de la Personne.  M. González a été reconnu pour son travail en tant que coordonnateur du Comité des Droits Humains de la Guajira.  Le poste qu’il occupe lui a permis de faire une contribution inestimable à la défense des droits de la personne des communautés indigènes de la Guajira et de tous les groupes autochtones de l'État Zulia.

En février - mars 2016, José David a eu l'occasion de visiter le Canada et de présenter son expérience et son travail aux étudiants et à des professeurs de l'Université d'Ottawa.  Il a également rencontré des représentants des différents groupes la société civile consacrés à la promotion active des droits de la personne des groupes autochtones du Canada et il a partagé son expérience avec eux à Ottawa et à Montréal.

À son retour au Venezuela, José David a partagé son expérience en tant que défenseur des droits de la personne avec la société civile et académique de Ciudad Bolívar et de Puerto Ayacucho et il a conclu sa tournée avec un exposé à Paraguaipoa.

Mentions spéciales – 2015

Gloria Perdomo

Gloria Perdomo (Directrice exécutive de l’ONG « Luz y Vida », à Petare, Caracas) est très connue pour sa vaste expérience et pour sa persévérance dans la défense des droits des enfants et des adolescents.

Nizar El Fakih

Nizar El Fakih, un avocat qui a excellé dans la défense des droits de la personne étant donné son engagement avec la coordination de la défense légale des victimes des manifestations de l’année 2014 au Venezuela et  sa participation à ladite défense.

Le Centre Communautaire « Fe y Alegría, La Quinta- Catuche »

Le Centre Communautaire « Fe y Alegría, La Quinta- Catuche » qui, grâce à l'implication et à la participation des habitants du secteur de Catuche de La Pastora, à Caracas, a réussi à promouvoir le droit à la vie et a mis en œuvre des initiatives pour la paix et la coexistence dans cette communauté touchée par la violence armée.

Edgar López

Edgar Lopez, un communicateur social qui, grâce à son expérience en matière de promotion et de diffusion des droits de la personne, est devenu un militant et un professeur universitaire expert dans ce domaine.

L’Association Civile ONG Projet Alcatraz

L’Association Civile ONG Projet Alcatraz de la Municipalité de José Rafael Revenga, à l’État Aragua, laquelle se distingue par son projet social qui favorise une culture d'inclusion, la coexistence sociale, la résolution des conflits et le respect des droits de la personne.


Sixième édition – 2014

L’avocat Marino Alvarado Betancourt a gagné la sixième édition du prix pour son travail en tant que coordonnateur de PROVEA, un poste à partir duquel il a été d’un grand apport pour  la défense des droits économiques, sociaux, politiques et culturelle au Venezuela.

Marino Alvarado a obtenu son diplôme d'avocat en 1995 à l'Université centrale du Venezuela. Dans cette même université, il a obtenu, en 2012, le diplôme de spécialiste en droit international économique. Il a commencé sa carrière professionnelle en 1995 à PROVEA en tant que chercheur spécialisé dans la situation des droits de la personne au Venezuela. De 2008 à 2014, il a été coordonnateur général de PROVEA. Aussi, depuis 1995, Marino Alvarado a plaide’en tant qu’avocat devant des tribunaux nationaux et des institutions internationales en faveur de la protection des droits de la personne.

Dans le cadre de son programme d’activités de février-mars 2015 au Canada (Ottawa et Montréal), Marino Alvarado Betancourt a eu l'occasion de faire un exposé sur son travail au Venezuela auprès de la communauté universitaire de l'Université d'Ottawa et un autre exposé aux chercheurs dans le domaine des sciences politiques à l'Université McGill de Montréal. De même, M. Alvarado a rencontré des représentants du mouvement des étudiants et des représentants du mouvement syndical du Québec, et il s’est réuni avec d'autres organisations sans but lucratif qui font un travail semblable à celui de PROVEA à Ottawa et à Montréal.

Depuis le mois d’octobre 2015, Marino Alvarado a visité plusieurs villes à l’intérieur du Venezuela pour continuer de réaliser son programme d’activités comme lauréat du Prix des droits de l’homme 2014.

Mentions spéciales – 2014

Tamoa Calzadilla

Tamoa Calzadilla, communicatrice sociale et chercheur,  a exercé un journalisme sérieux, responsable et scientifique lorsqu’il a fallu dénoncer des violations des droits de la personne et, notamment, des violations de la liberté d'expression. Son journalisme professionnel a permis de rendre visibles les failles dans l'accès à l'information au Venezuela, contribuant ainsi à l’exercice du droit à l'information établi dans la Constitution.

Foro Penal Venezolano 

L'organisation « Foro Penal Venezolano », compte sur une équipe au niveau national et a fait preuve de son engagement avec la défense des droits de la personne. « Foro Penal Venezolano » mérite cette mention pour le rôle clé que cette organisation a joué au moment d’accompagner les victimes des violations du droit à la manifestation  et du droit à un procès équitable et de gérer  leurs dénonciations, tout en soutenant les victimes et les membres de leurs familles. Les efforts consentis par « Foro Penal Venezolano » ont réussi à donner un visage aux victimes pour qu’elles ne deviennent pas de simples données statistiques. En outre, « Foro Penal Venezolano » est connu comme une organisation consacrée à bien documenter et à sensibiliser la communauté nationale et internationale à l’égard de ces violations.

À l’occasion de la 6ème édition du Prix des droits de la personne,  les membres du « Foro Penal Venezolano » qui ont fait l’objet d’une nomination sont comme suit : Luz María Alvares (État Bolívar), Jennie Gutiérrez (État Carabobo), Gonzalo Himiob Santomé (Caracas), Alfredo Romero (Caracas) et Raquel Sánchez (État Táchira).

Marco Ponce

Marco Ponce, Coordonnateur de l'Observatoire vénézuélien de la Conflictivité sociale, est connu pour sa précieuse contribution au suivi statistique et à l’analyse contextuelle des situations de violation du droit à la manifestation. Son travail a contribué largement à la diffusion des conflits sociaux sur le plan national et est devenu un point de référence pour les autres organisations qui sont à la recherche de renseignements sur le sujet.


Cinquième édition – 2013

L’avocat Carlos Nieto Palma a gagné la cinquième édition du prix pour sa longue carrière en faveur de la défense des droits des prisonniers, en tant que coordonnateur de l'ONG «Una Ventana a la Libertad» (Une fenêtre sur la liberté).

Pendant plus de vingt ans, Carlos Nieto Palma s’est consacré de manière remarquable à la défense et à la promotion des droits fondamentaux des détenus, même pour défendre ce groupe de personnes auprès d’organismes internationaux reconnus. En 1997, il a fondé l'ONG «Una ventana a la libertad», une organisation pionnière au Venezuela pour de qui est de la défense de ce groupe exclu de la société. Le docteur Nieto Palma a enseigné dans plusieurs universités vénézuéliennes et a été entièrement consacré à la formation des citoyens dans les connaissances de base en matière de droits de l'homme.

Dans le cadre de son programme d’activités au Canada en février-mars 2014 (Ottawa et Toronto), Carlos Nieto Palma a eu l'occasion de faire deux présentations sur son travail au Venezuela auprès de la communauté universitaire: une à l'Université d'Ottawa et l'autre à l'Université de Toronto. M. Nieto Palma a aussi rencontré diverses ONG canadiennes semblables à «Una ventana a la libertad» et, en outre, il a eu l'occasion de visiter trois prisons du Canada. 

À partir du mois de juin 2014, Carlos Nieto Palma va visiter différentes villes de la province du Venezuela afin de continuer à réaliser les activités inhérentes à sa condition de lauréat du Prix des droits de l’homme de l’année 2013.

Mentions spéciales - 2013

Daniel Arzola

Daniel est un jeune garçon de la ville de Maracay, État Aragua, qui a lancé en 2013 la campagne «Je ne suis pas votre blague», selon laquelle la moquerie est un type de violence et le respect est le fondement principal de toute société juste. «Je ne suis pas votre blague» trouve son origine dans l'expérience de Daniel Arzola, qui a été victime d'harcèlement à l’école pour être aspie (syndrome d'Asperger) et pour sa sexualité. Le besoin de sensibiliser les personnes, mais surtout les jeunes, a fait que Daniel Arzola conçoive cette campagne, composée de cinquante posters préparés et utilisés d’une manière très créative et attrayante, et promue par des voies différentes et, surtout, par l’utilisation des réseaux sociaux.

Esteban Antonio Sánchez González           

Esteban Sánchez González, né à l’État Falcón, a consacré sa vie à la pêche artisanale, ce qui lui a permis d'être un défenseur actif des droits de l'homme depuis plus de quarante-sept ans. Né dans la communauté d’Amuay dudit état et formé comme un expert de la pêche par la Fondation La Salle de l’État Nueva Esparta en 1966-1968, il fait preuve d’une expérience lui permettant d'agir en tant que facilitateur de l'Institut de Formation agricole (INAGRO) où il transmet ses connaissances sur les différents disciplines de la pêche artisanale.

En 1966, M. Sánchez González a fondé, avec d'autres pêcheurs et des collecteurs de coquillages, l'Association des Pêcheurs artisanaux de la Baie d’Amuay (ASOPABA), une plate-forme pour encourager la participation des gens de mer à la promotion et au respect de leurs droits et une vitrine à partir de laquelle M. Sánchez González a travaillé sans relâche pour la promotion du développement local, la défense des droits fondamentaux des habitants de cette zone et des droits ancestraux de sa communauté et la protection de l’environnement.

Danny Rousseau

Depuis 2008, Danny Rousseau, président de l'ONG «Orgullo Guayana» (Fierté Guayana), a commencé à réaliser à Ciudad Guayana un large éventail d’activités visant à promouvoir la visibilité des groupes lesbiens, gays, bisexuels, transsexuels et intersexuels (LGBTI) de l'État Bolívar.  Pour ce faire, il organise, chaque année, des activités telles que des manifestations, des forums cinématographiques, des salons, des ateliers, des cours et des activités sportives visant à dignifier la diversité sexuelle et à défendre les droits fondamentaux des communautés LGBTI des différentes villes de l'État Bolívar avec le soutien d’institutions publiques et de l'État.

Grâce aux efforts d’organisation et de formation réalisés constamment par Danny Rousseau dans cet État, le nombre de personnes et d’organisations de défense des autres groupes minoritaires augmente de plus en plus, de même que leur participation active à la promotion et la défense des droits de l’homme dans l'État Bolívar.


Quatrième édition – 2012

Le professeur Luisa Pernalete a gagné la quatrième édition du prix.  Mme. Pernalete a une vaste expérience en matière de défense du droit à la vie et à l'éducation pour l’inclusion et de qualité des nécessiteux.

Luisa Pernalete a été choisie pour son travail exceptionnel en tant que défenseur du droit à la vie et à l'éducation des enfants et des adolescents des secteurs les plus pauvres et les plus marginalisés de la société vénézuélienne.  Elle a fait carrière dans «Fe y Alegría» depuis 1974 et elle est arrivée à occuper le poste de directrice de «Fe y Alegría» dans la région de Zulia (de 1990 à 1997).  Puis, elle a occupé le poste de directrice régionale de Guayana (de 1998 à 2008) et, depuis 2009 jusqu’à ce jour, elle est membre du Centre de formation et de recherche «Padre Joaquín» de «Fe y Alegría», dont le siège est à Guayana.  Dans ce Centre, elle dirige le programme «Mères promotrices de la paix» mis sur pied dans les villes de Maracaibo, Caracas, Barquisimeto et Ciudad Guayana. Luisa Pernalete est membre de l’Assemblée Provea depuis 1990.

Dans le cadre du programme d’activités réalisées par Mme. Pernalete au Canada en mars 2013 (Ottawa et Toronto), elle a eu l'occasion de partager et d'échanger des idées avec des représentants de la société civile canadienne, des professeurs universitaires et des représentants du gouvernement du Canada consacrés à la défense des droits de l’homme et, en particulier, des droits à l'éducation. À cet égard, l’on peut citer les réunions tenues avec l'Institut canadien de la santé infantile, la Coalition pour l'autisme de l’Ontario, des représentants du programme "Breaking the Cycle" et M. Gilbert Whiteduck, chef de la communauté autochtone KitiganZibi Anishinabeg, entre autres. Le professeur Pernalete a  également fait un exposé à l'Université de Toronto, où elle a eu l'occasion de rencontrer des étudiants de cette prestigieuse université intéressés à la question des droits de l’homme.

Il est à noter que, à son retour au Venezuela, elle a rendu visite à sa ville natale Barquisimeto, État Lara, où elle a eu l'occasion de présenter son expérience au Canada, ainsi que son travail au Venezuela, par le biais de plusieurs exposés faits à la société civile de l’État Lara et à des étudiants et des professeurs universitaires de l'Université centre-occidentale «Lisandro Alvarado».

Mentions spéciales - 2012

Tamara Adrián           

Tamara Adrián est le fondateur et le président d'un groupe de professionnels appelé «Diversidad e Igualdad a través de la Ley (DIVERLEX)» (Diversité et égalité au moyen de la loi).  DIVERLEX s’occupe de la défense des droits sexuels et des droits reproductifs, tout en mettant un accent particulier sur les droits des femmes et les droits des communautés LGBT du Venezuela. Par le biais de son organisation, le Docteur Adrián lance des initiatives d’actions ou de litiges stratégiques, de rédaction de projets de loi, d’exercice du droit institutionnel et, en général, des actions visant à protéger les droits des personnes vulnérables et faisant l’objet d’une ségrégation légale pour ce qui est de leurs droits.

Le Docteur Adrián est donc un référent théorique sur ce sujet au niveau national et international, car elle fait des conférences dans le cadre de nombreux congrès tenus, y compris au Canada, en vue de diffuser la notion que les droits sexuels et reproductifs font partie des droits de l'homme.

Comité des victimes contre l'impunité de l’État Lara (COVICIL)

Fondé en 2004, le Comité des victimes contre l'impunité de l'État Lara (COVICIL) est une organisation populaire établie dans les zones les plus défavorisées de la ville de Barquisimeto par des personnes victimes des abus des policiers, des militaires et du système d’administration de la justice, qui, n’ayant pas les ressources nécessaires pour payer les coûts que représentent les services d’un avocat, ont créé un groupe pour  partager des stratégies d’utilisation alternative du Droit.

Jusqu'à présent, COVICIL a pris en charge, documenté et entamé des actions en justice dans environ 400 cas, parmi lesquels l’on peut citer ceux relatifs à la violation du droit à la vie de la part des policiers et des militaires de la région.


Troisième édition - 2011

Lisandro Raúl Cubas a gagné la troisième édition du prix.  Il est l'un des quatre fondateurs de PROVEA (Programme vénézuélien d'éducation et d'action pour les droits de l'homme). M. Cubas s’est rendu à Ottawa et à Montréal en avril 2012. Par la suite, il a visité les villes de San Cristóbal et de Puerto Ordaz.

Raúl Cubas a été choisi pour sa carrière en tant que facteur clé dans la consolidation et la formation d’une organisation aussi importante que Provea pour l'histoire des droits de l’homme au Venezuela, ainsi que pour sa contribution au renforcement d'autres organisations telles que la Fédération latino-américaine des associations des familles des  détenus disparus, chapitre Venezuela, pour son travail de défense des droits fondamentaux des travailleurs de concert avec le mouvement syndical et pour sa participation en tant que chercheur durant plus de vingt-trois ans à l’élaboration du rapport annuel sur la situation des droits de l'homme au Venezuela et, plus récemment, en tant que coordonnateur du rapport du Vicariat des droits de l'homme de Caracas sur la situation des défenseurs des droits de l’homme au Venezuela.

Au Canada, M. Cubas a eu l'occasion de rencontrer des représentants d’Amnistie internationale et de la Croix-Rouge internationale, ainsi que des représentants du Centre parlementaire canadien et du Ministère de la Justice.  M. Cubas a assisté à un échange  de connaissances académiques lors de sa participation à la table ronde organisée par le Centre pour les Droits de l'homme et l'Éducation de l'Université d'Ottawa.  Il s’est également réuni avec le Directeur de l'Observatoire des Amériques de l'Université de Québec à Montréal.

Au Venezuela, M. Cubas a partagé son expérience au Canada avec la population de Táchira par le biais d'une rencontre tenue à l'Université catholique de Táchira et organisée pour un auditoire de professeurs universitaires et d’étudiants. Il a également eu l'occasion de rencontrer divers groupes de la société civile et des représentants du gouvernement local et régional intéressés par le sujet des droits de l'homme. À Puerto Ordaz, M. Cubas a partagé son expérience au Canada avec des organisations et des défenseurs des droits de l’homme et des activistes dans le domaine des droits du travail.

Mention spéciale - 2011

Walter Trejo Urquiola           

M. Trejo Urquiola est le coordonnateur général de l’Association civile Chaire de la Paix et des Droits de l’homme «Mons. Oscar A. Romero», rattachée à la Direction générale de la Culture de l'Université des Andes à Mérida depuis 1988.

La Chaire de la Paix et des Droits de l’homme «Mons. Oscar A. Romero» est une organisation communautaire pour le développement social consacrée à la réalisation d’actions en faveur de la promotion, de la formation et de la protection des droits de l'homme et de la culture de paix pour l'enfance, l'adolescence et la jeunesse.  Cette chaire met l’accent sur le développement local durable et l’interculturalité au moment de travailler avec les parties prenantes de la société (famille, écoles et communauté) dans l’État Mérida.

En outre, Walter Trejo, par son travail à la Chaire, a favorisé l'éducation et la prévention des facteurs de risque chez les jeunes sur des sujets tels que le VIH / SIDA, les maladies sexuellement transmissibles (MST) et la santé sexuelle et reproductive, entre autres.

Dans le cadre de cette édition, le jury reconnaît spécifiquement la carrière de plus de 20 ans de Walter Trejo au sein de la Chaire «Mons. Oscar A. Romero» et l'importance de diffuser ce modèle à d'autres régions du Venezuela.


Deuxième édition - 2010

M. Feliciano Reyna, Directeur de l’ONG vénézuélienne Synergie et Action solidaire a gagné la deuxième édition du prix.

Feliciano Reyna a été choisi pour son dévouement remarquable à la promotion et à la protection des Vénézuéliens vivant avec le VIH / SIDA, ainsi que pour son rôle de leader au sein de la communauté des droits de l'homme car il dirige l'un des réseaux les plus importants d'organisations de protection des droits de l'homme au Venezuela. M. Reyna est également actif à l'échelle internationale en tant que membre du conseil d'administration de CIVICUS.

M. Reyna a voyagé au Canada (Toronto et Ottawa) en février 2011.  Au Canada, il a eu l'occasion de rencontrer des étudiants et des professeurs universitaires de la Faculté de Droit de l’Université d'Ottawa, des représentants de la société civile canadienne consacrés à la protection des droits des personnes touchées par le VIH / SIDA, des ONG consacrées à la promotion des droits de la communauté LGBT, l'Ombudsman de l'Ontario et des fonctionnaires du gouvernement canadien.

Au Venezuela, M. Reyna a rencontré, dans la ville de Puerto Ordaz, des étudiants et des professeurs de la Faculté de Droit de l'Université catholique Andrés Bello, chapitre Guayana. À Barquisimeto, il a tenu une réunion académique à l'Université centre-occidentale «Lisandro Alvarado».  À Coro, il s’est réuni avec des professeurs et des étudiants de l'Université «Francisco de Miranda». Dans le cadre de chacune de ces visites, M. Reyna a participé à une série d'activités organisées pour échanger des idées sur l'importance et le rôle de la société civile dans la défense des droits de l’homme.

Mentions spéciales - 2010

Maison de la femme «Juana Ramirez "La Avanzadora"»

Soutenue par 35 années de travail ininterrompu en faveur des droits des femmes, cette Maison est un point de référence sur le plan national et international en matière de soins  intégrés fournis aux victimes d’actes de violence liée au sexe et de suivi de l’application des lois nationales et des traités internationaux en faveur des femmes.

Andrés Cañizales

M. Cañizales est un professionnel de la communication connu pour ses talents en matière d'analyse rigoureuse de la situation de la liberté d'expression au Venezuela.  Son but est de justifier la nécessité de préserver l'échange d'idées dans le cadre de la tolérance et du respect requis pour avoir une société démocratique.

Réseau de soutien pour la justice et la paix

Le Réseau de soutien pour la justice et la paix est une organisation non gouvernementale vénézuélienne consacrée à la promotion et à la défense du droit à la vie, à l'intégrité, à la liberté, à la sécurité et à l'inviolabilité du domicile. Ce réseau est un pionnier du mouvement des droits de l’homme au Venezuela.  En 2010, il a célébré son 25ème anniversaire avec la réalisation d’un travail très important pour la lutte contre les abus de pouvoir des autorités et des policiers.

«Universitarios en Frontera» (Universitaires dans la Frontière)

Il s’agit d’un groupe de bénévoles qui cherche des solutions pour résoudre les problèmes socioculturels existant dans la frontière entre la Colombie et le Venezuela. UNIVERSITARIOS EN FRONTERA (UF) est composé d'étudiants universitaires, de professeurs et d’anciens élèves de l'Université catholique de Táchira (UCAT), qui, depuis 2009, ont travaillé sur une base volontaire dans les zones urbaines de San Cristóbal et dans les collectivités rurales de la zone de «Alto Apure». UF est une initiative qui reflète l’engagement des secteurs organisés de la province pour lutter contre la violence, rechercher la paix et renforcer la convivialité.


Première édition - 2009

M. Humberto Prado, Directeur de l'Observatoire vénézuélien des prisons, a gagné la première édition du prix.

Humberto Prado a été choisi pour son travail remarquable en tant que défenseur des droits des prisonniers au Venezuela, ainsi que pour ses recherches inlassables en vue d’obtenir une connaissance approfondie des systèmes pénitentiaires du monde entier qui tiennent compte de la dignité et des droits fondamentaux de ces personnes, ce qui est à l’origine de l’une de ses plus grandes réalisations:  la création, en 2002, de l'Observatoire vénézuélien des prisons (OVP), une organisation qui constitue un point de repère sur le plan national et international en termes de situation pénitentiaire du Venezuela.

Dans le cadre du programme d’activités réalisées au Canada en février 2010 par M. Prado, l’on peut souligner qu’il a eu l’occasion de connaître trois prisons à des niveaux de sécurité différents, cette visite ayant été organisée par l’Agence des prisons du gouvernement du Canada. Il a également rencontré des professeurs universitaires et des étudiants intéressés par le sujet des droits de l'homme à l'Université d'Ottawa et des professeurs de l'Université de Toronto.

Il est à rappeler que M. Prado, à son retour au Venezuela, a pris part à des activités organisées par l'Université catholique de Táchira, l’Université de Carabobo et l’Université de Zulia, afin de partager son expérience au Canada avec des auditoires universitaires et des gouvernements locaux intéressés par ce sujet

A su regreso a Venezuela, podemos destacar la participación del Sr. Prado en eventos en la Universidad Católica del Táchira, Universidad de Carabobo y Universidad del Zulia, con el fin de compartir su experiencia en Canadá con audiencias académicas y de gobiernos locales interesados en el tema.